UN PEU DE BONNES NOUVELLES : LE MONDE S’AMÉLIORE, LENTEMENT MAIS SÛREMENT

Anne Kertz Kernion

Anne Kertz Kernion (www.cardsbyanne.com) n’est pas présente aux Nations unies mais ses paroles de sagesse s’appliquent certainement aux ONG et à tous ceux qui travaillent à un changement mondial :

« Récemment, j’ai évité les nouvelles parce que je me sens tabassée. Les mauvaises nouvelles, comme un fleuve, nous arrivent à chaque heure de chaque jour, elles nous bombardent sans répit et tout cela use mon esprit. Aussi c’est un soulagement bienvenu d’entendre quelques bonnes nouvelles pour changer, et les dernières statistiques nous disent ceci : le monde va réellement mieux de beaucoup de manières mesurables. Les taux par tête de violence, de pauvreté et de maladie diminuent, alors que les opportunités d’éducation et les taux de survie de la petite enfance augmentent. Ces données nous donnent des raisons d’espérer. Par exemple, le crime violent a diminué de 50% depuis 1992, plus de personnes vivent dans des pays démocratiques que jamais auparavant, l’espérance moyenne de vie a augmenté dans le monde, et davantage d’enfants vont régulièrement en classe. Mais les bonnes nouvelles ne sont pas habituellement qualifiées de ‘nouvelles’, aussi nous n’entendons pas parler de toutes ces tendances positives. Pour le dire simplement, le tambourinage des mauvaises nouvelles ne reflète pas la réalité des nombres. Et les nombres comptent. Nous FAISONS du monde un meilleur endroit, lentement mais sûrement.

Je ne suggère pas que nous devrions tous nous retirer et commencer à manger des bonbons à l’ombre d’un palmier. ‘Meilleur’ ne signifie pas parfait. Il y a encore énormément de travail à faire pour ceux qui souffrent de maladies, de la faim, du changement climatique, de la violence, etc. Mais ne perdons pas de vue le progrès que nous avons réalisé. Continuons à tenir bon, en utilisant notre ingéniosité humaine pour faire advenir encore plus d’amélioration dans notre monde… Et souvenez-vous de ce que les nombres nous disent. Le monde s’améliore sous beaucoup d’aspects. »

Visionnez Objectifs du Millénaire pour le développement : tableau de suivi 2014 : http://bit.ly/1xXgRE3

Ecoutez « Un peu de bonnes nouvelles » par Anne Murray : (chanson en anglais)


parolestraduction.com/francais/3/anne-murray/a-little-good-news.html

ORANJE HUIS : UN REFUGE DE NOUVEAU STYLE POUR DES FEMMES

oranjehuis-218x174La plupart des victimes de la violence domestique ne sont en sécurité que si elles se cachent, ce qui peut intensifier des sentiments de honte et d’isolement. Aux Pays-Bas, un nouveau style de refuge fournit un logement visible et cependant sûr pour des femmes et des familles qui fuient la violence. Les résidentes de Oranje Huis reçoivent un accompagnement spécialisé, elles restent en contact avec ami(e)s et famille, et retrouvent l’estime d’elles-mêmes.

Rendre publique la question de la violence domestique est une étape de sa prévention. Il en est de même pour l’éducation sur les droits des femmes et des filles à mener des vies exemptes de violence. Les lois nationales et locales doivent aussi aboutir à poursuivre les personnes qui infligent de mauvais traitements, jusqu’à ce que les refuges pour les victimes de la violence domestique ne soient plus jamais nécessaires. Prenez la parole aux niveaux local et national sur la question de la violence domestique.  blijfgroep.nl/sites/default/files/infoFleaflet.pdf
(en néerlandais)

FILLES : PARTENAIRES DÉCISIVES MAIS NÉGLIGÉES DANS LE DÉVELOPPEMENT

cropped-Smaller-Teen-Orientation-Pic-with-Phumzile-20142

Aux Nations unies à New York, le groupe de travail sur les filles a soumis récemment une déclaration convaincante à la considération de la 59e session de la Commission de l’ONU sur la condition des femmes qui se tiendra en mars 2015. Aux côtés de beaucoup d’autres ONG, les Sœurs de Notre-Dame de Namur ont soutenu cette déclaration en faveur de la nécessité pour les voix des filles d’être « représentées dans tous les domaines de la vie civique : éducation, emploi, santé, sécurité, économie, technologie, environnement, et construction de la paix. » Les filles sont des partenaires décisives mais négligées dans le développement, qui ne peuvent être laissées en arrière. Le document contient six principales recommandations à affirmer par les gouvernements participants en mars :

  • Rejeter toutes les formes de violence et les pratiques nuisibles contre les femmes et les filles
  • Reconnaître les droits humains des filles dans toutes les phases du cycle vital
  • Changer les profondes attitudes culturelles négatives envers les femmes et les filles
  • Traiter la féminisation persistante de la pauvreté
  • Faire reculer les taux de mortalité infantile et maternelle
  • Mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes, y compris le recrutement d’enfants soldats.

Ce que vous pouvez faire

Lire la déclaration du groupe de travail sur les filles :  girlsrights.org/2014/10/wgg-statement-csw-59  (en anglais uniquement)

Regarder un graphique en français sur l’inégalité des genres : http://bit.ly/1pcSkdt

Signer la pétition pour que les filles aient accès à la technologie : globalfundforwomen.org/be-the-spark   (en anglais uniquement)

Prendre la parole aux niveaux local et national sur la question des droits des filles


L’équation est simple : lorsque les filles sont en bonne santé et vont en classe,
lorsque les cadres légaux et l’accès aux finances soutiennent les femmes,
lorsque les vies des femmes sont exemptes de violence et de discrimination, les nations prospèrent.
Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU

MIGRATION D’ENFANTS NON ACCOMPAGNÉS : DÉFIS ET OPPORTUNITÉS AUX ETATS-UNIS

Soeur Mary Jo Toll

Sr. Mary Jo Toll, présidente du comité des ONG sur la migration aux Nations unies, dit : « L’ONU est un forum essentiel pour trouver des solutions à la migration d’enfants non accompagnés, parce que les politiques nationales rendent difficile la réalisation de solutions à long terme aux Etats-Unis. Les avocats de l’immigration sont conscients du nombre croissant de jeunes qui voyagent seuls et cherchent le statut de demandeurs d’asile. Le nombre d’enfants mineurs qui traversent la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, venant du Guatemala, d’El Salvador, de Honduras et du Mexique s’élève jusqu’à présent à 60.000 en 2014.

child migrants

Des ONG et des groupes d’Eglise assistent ces jeunes en leur donnant un abri et une réponse élémentaire à leurs besoins sociaux et en les inscrivant à l’école. Pouvoir aller en classe avait été hors de question pour des enfants qui avaient peur de quitter leurs maisons de crainte des gangs. Une grande majorité de ces enfants fuient des pays notés parmi les plus violents du monde ; les raisons de demander l’asile existent et les enfants requièrent une représentation légale. »

Pour en savoir plus : www.ngo-migration.org  (en anglais)

ELARGISSEZ LE CERCLE : PARTICIPEZ À DES RÉUNIONS DE L’ONU EN 2015

UNmeetingPar l’intermédiaire du bureau de l’ONG des Sœurs de Notre-Dame de Namur, des personnes ont la capacité de participer à des réunions majeures de l’ONU. Il n’y a pas de droit d’entrée pour suivre ces séances de l’ONU, mais les participants sont responsables de leurs frais de transport, de logement et de restauration. Des fonds sont disponibles pour aider des Sœurs de Notre-Dame de Namur qui viennent d’Amérique latine et d’Afrique. Si vous êtes intéressée à participer à une réunion importante de l’ONU en 2015, contactez Jean Stoner dès que possible à SNDatUN@sndden.org

Du 4 au 13 février 2015 : 53e Commission sur le développement social      (New York)
Thème :  Repenser et renforcer le développement dans le monde contemporain
un.org/News/fr-press/docs/2014/SOC4816.doc.htm

Du 9 au 20 mars 2015 : 59e Commission de la condition de la femme      (New York)
Thème : Un examen des progrès réalisés dans l’application de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing 1995   www.unwomen.org/fr/csw/csw59-2015

Du 13 au 17 mai 2015 : 14e Commission on Population and Development     (New York)
Thème : Réaliser l’avenir que nous voulons : intégrer les problèmes de population dans le développement durable, y compris l’agenda du développement après 2015
www.un.org/en/development/desa/population/commission/sessions/2015/index.shtml (en anglais)

Du 13 au 16 juillet 2015 : 3e International Conference on Financing for Development    (Addis Ababa)
Thème : Revigorer et renforcer le processus de financement en vue du développement et traiter des questions nouvelles et émergentes   www.un.org/esa/ffd/consultations/index.htm  (en anglais)

 

NOUS SOMMES ICI POUR DE BON (POUR LE BIEN) : TRAVAILLER POUR LE BIEN ET RESTER POUR LE LONG TERME

Il y a quelques années, en route pour une réunion de l’ONU au centre de Manhattan, j’ai remarqué une affiche qui disait : « Nous sommes ici pour de bon » (on peut aussi traduire ‘pour le bien’). Ces mots, affichés à la fenêtre de l’association locale de YMCA (association de jeunes chrétiens), m’ont frappée comme décrivant assez bien les Sœurs de Notre-Dame de Namur et les Nations unies. Ces deux organismes travaillent aussi pour le bien et restent pour le long terme.

DPI NGO Conf 2014Alors que l’ONU se prépare à célébrer en 2015 le 70e anniversaire de sa fondation, cela nous rappelle combien le monde a changé depuis que les 51 premiers pays ont signé la charte de l’ONU. Avec 193 nations membres aujourd’hui, les problèmes traités par l’ONU sont nettement plus complexes qu’en 1945. La bonne nouvelle est que la collaboration et la coopération continuent à faciliter régulièrement le changement à travers le monde. Et nous, les organisations non gouvernementales (ONG) accréditées aux Nations unies, nous travaillons ensemble en plaidant auprès des gouvernements pour qu’ils honorent leurs engagements globaux et qu’ils éliminent les injustices partout où elles existent.

Nigerian sisters.jpgLes sœurs et les associées de Notre-Dame continuent à proclamer  la bonté de Dieu et à servir avec les personnes qui vivent en pauvreté, comme nos premières sœurs l’ont fait il y a plus de 200 ans. Nos priorités à l’ONU : éducation, financement du développement, migration, éradication de la pauvreté, développement durable, cessation du trafic humain, droits des femmes et des filles, nous insèrent dans des réseaux qui plaident pour le changement et qui célèbrent ce qui est en train de s’accomplir. Nous sommes ici pour le bien, aussi à long terme.

 

 

Nous choisissons de vivre avec peu jusqu’à ce que tous aient assez.
Sœurs de Notre Dame de Namur

PROJET PHOTOVOLTAÏQUE DES SND : LA ‘PUISSANCE DU SOLEIL’ BRILLE AUX NATIONS UNIES

L’essentiel de numéros précédents (2012) :

Lors d’un événement spécial durant la récente Commission des Nations unies sur le développement social, Sister Kristin Hokanson a parlé de l’impact global de notre projet photovoltaïque historique au Congo et au Nigéria. Directrice et fondatrice de l’Ecole virtuelle Notre-Dame (NDVS), Kristin a mis en lumière les projets spéciaux d’éducation qui lient les écoles Notre-Dame dans le soutien au projet photovoltaïque. Grâce à la technologie, les étudiant(e)s de NDVS à travers le monde analysent les graphiques électriques qui proviennent des sites du projet au Congo et au Nigéria ; ils étudient la puissance du soleil et les systèmes de purification de l’eau, et ils utilisent l’électronique pour se connecter entre eux. Vraiment la puissance du soleil brille partout !

Kristin Hokanson, SNDdeN

« L’expérience m’a fait réaliser comment une idée de construire de l’énergie engendrée par le soleil peut unir une communauté pour atteindre des buts qui soutiennent la vie. Aux Nations unies j’ai observé des ONG qui luttent pour créer un monde dans lequel tous vivent avec dignité et respect. Une clé de l’éradication de la pauvreté est l’usage de notre réseau de technologie où nous pouvons communiquer selon des manières qu’on n’aurait jamais cru possibles. C’est grâce à tous les types de technologie que nous sommes en train de créer un monde meilleur, et quelle meilleure place pour partager cette expérience que les Nations unies. »    www.elanguages.org/171170


Mise à jour :
En 2013, pour le 10e anniversaire du projet « puissance du soleil », les Sœurs de Notre-Dame se sont embarquées dans une campagne pour récolter un million de dollars supplémentaire pour établir des sites complets additionnels au Congo et fournir de l’équipement et des matériaux supplémentaires à de multiples sites au Nigéria.

www.sndden.org/en/news-and-events/photovoltaic-project/ (en anglais seulement)

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.