AGENDA POST-2015 : LE MONDE QUE NOUS VOULONS

L’essentiel de numéros précédents (2012) :

En 2000, les Nations unies se sont mises d’accord sur huit Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) pour répondre aux besoins des plus pauvres du monde d’ici 2015. Alors que les efforts continuent pour atteindre les OMD établis originairement, les Nations unies ont lancé une conversation mondiale pourdéterminer des étapes après 2015. Un groupe de travail inter-gouvernemental est en train de préparer des Objectifs de Développement Durable, et un groupe de haut niveau composé de vingt-six membres de gouvernements, de la société civile et du secteur privé est en train de travailler à un agenda de développement post-2015. Cette question est aussi traitée par ‘Beyond2015.org’, une coalition de plus de 400 organisations. Les Agences des Nations unies coordonnent neuf consultations thématiques et plus de cinquante discussions nationales. Les pays qui participent aux consultations comprennent le Brésil, le Pérou, le Congo, le Kenya, le Nigéria et l’Afrique du Sud ; des plans sont faits pour ajouter davantage de pays à la liste. Pour une vue d’ensemble du processus Post-2015 complet, allez à www.beyond2015.org (en anglais, français, et espagnol).

Une opportunité de participation à un effort de collaboration entre les Nations unies et la société civile : la campagne « Le monde que nous voulons » invite des gens du monde entier à partager leurs visions pour le monde d’après 2015. Des matériaux sont accessibles dans de nombreuses langues. Allez à www.worldwewant2015.org et cliquez sur votre langue.

NATIONS UNIES : INITIATIVES POUR COMBATTRE LE TRAFIC DES HUMAINS

STOP Trafficking in persons

L’essentiel de numéros précédents (2012) :

A New York, les ONG (organisations non gouvernementales), par leur Comité « Stoppez le trafic des personnes », se focalisent sur les événements sportifs mondiaux où les entreprises qui les parrainent peuvent apporter une grande différence en stoppant le trafic humain. En particulier, des membres de groupes de travail ont écrit des lettres au Comité organisateur des Jeux olympiques de Londres et à tous les sponsors olympiques, en leur demandant de prendre publiquement position contre le trafic humain. Les entreprises peuvent prévenir le trafic humain en évaluant leurs chaînes d’approvisionnement en vue de mettre fin au travail forcé, au travail des enfants et à des pratiques non scrupuleuses de recrutement.

L’initiative globale des Nations unies pour combattre le trafic humain, UN.GIFT, a pour mission de promouvoir une approche globale du problème du trafic des personnes. Les réseaux criminels de trafic sont tellement étendus qu’ils ne peuvent être démantelés uniquement par les gouvernements. Le trafic est un crime organisé, aussi il doit être combattu de manière organisée. UN.GIFT fait un effort pour englober tous les groupes concernés» – entreprises, monde académique, gouvernements, société civile et média – en partenariat contre le trafic. Pour des détails complémentaires ou pour soutenir UN.GIFT, allez à

 www.ungift.org/knowledgehub/en/about/index.html (en anglais uniquement)


Ce que vous faites apporte une différence,
et vous devez décider quelle espère de différence vous voulez apporter.
Jane Goodall

FEMMES ET ART : TRANSFORMATION DE LA SOUFFRANCE PRODUITE PAR DES HOLOCAUSTES

Glòria Rognoni Planas

Glòria Rognoni Planas, de Sant Cugat del Vallès près de Barcelone, a participé, comme faisant partie de la délégation de notre ONG, à la Commission de mars sur la condition de la femme (CSW). Lors d’un événement parallèle de la CSW, une artiste a parlé d’aider les femmes à traiter la souffrance grâce à l’art. Glória, ancienne actrice et directrice actuelle du groupe de théâtre social Femarec, partage ses perceptions de cet événement « qui confirme comment l’art est capable de faire grandir non seulement l’artiste, mais aussi le spectateur (la spectatrice). »

Peinture par Anne Kantor Kellett

Peinture par Anne Kantor Kellett

Glòria écrit : « Anne Kanto Kellett a été élevée par des parents qui ont survécu à l’Holocauste. Elle dit que sa mère lui a toujours transmis la douleur qu’elle a soufferte. Elle nous a montré une photo où vous pouvez voir le regard profond, indéfini, triste, perdu de sa mère. Emue par le génocide au Rwanda, Anne a décidé d’y aller pour aider les survivant(e)s. Lorsqu’elle est entrée en contact avec eux(elles), c’était comme si elle trouvait sa propre famille. « Quand vous n’avez pas de famille, les autres survivants deviennent votre famille. » Elle trouve ce même regard perdu de sa mère sur le visage d’un homme. Elle nous montre le portrait : impressionnant, c’est exactement le même regard… Elle nous dit que la souffrance produite par les holocaustes, où qu’ils aient lieu, est la même pour tous les êtres humains qui en souffrent.

Sculpture par Anne Kantor Kellett

Sculpture par Anne Kantor Kellett

Elle évoque toutes ses émotions par l’art. Elle prend des photographies, peint des
peintures abstraites, et elle sculpte aussi.

 Ses sculptures de bois, très impressionnantes, reflètent aussi la même souffrance,
mais chaque sculpture libère un peu de la souffrance. Elle nous montre des illustrations
où les cous sont longs et tortueux et soutiennent des têtes dans la peine.

Anne nous fait remarquer l’évolution : la dernière photo de cette série montre la moitié d’un corps de femme, aussi avec un très long cou, sous lequel vous pouvez voir les poumons et les côtes, mais la femme regarde vers le haut, et à côté des poumons jaillissent deux ailes d’espoir. Voilà, dit-elle, comment elle se sent maintenant et comment elle souhaite transmettre son évolution. A la fin elle montre encore une autre illustration d’une de ses peintures abstraites, une très grande toile avec de forts traits de brun et de noir du côté gauche. A droite il y a une grande tache rouge. En face de la peinture se tient son fils de treize ans, avec un regard lumineux. Anne dit que le regard de son fils est aussi un produit de l’art et c’est ainsi qu’elle regarde la vie maintenant. » www.kantorkellett.com 

(Article traduit de l’espagnol par Guillermo Ayesa Igoa)

 

PÉRENNISER LE PROGRÈS HUMAIN : RÉDUCTION DES VULNÉRABILITÉS ET RENFORCEMENT DE LA RÉSILIENCE

En Juillet le Programme des Nations Unies pour le Développement (UNPD) lancé le rapport sur le développement humain 2014. « Il soutient que la vulnérabilité est une menace pour le développement humain et que, à moins d’être adressé de façon systématique, le progrès de sera ni équitable ni durable. »

Pour télécharger le Rapport 2014 gratuitement, ainsi que des ressources sur ses indices et ses implications à niveau régional, veuillez visiter undp.org/fr (anglais, espagnol, français)

 

21 SEPTEMBRE : CÉLÉBRER LE DROIT DES PEUPLES À LA PAIX

la Journée internationale de la paix

www.peaceoneday.org/fr
(choisissez votre langue)

  • Certaines façons d’observer la Journée internationale de la paix le 21 septembre :
    • Contactez les personnes qui dirigent l’éducation chez vous et plaidez pour un programme d’éducation à la paix.
    • Choisissez de vous réconcilier avec quelqu’un qui vous a offensée.
    • Offrez vos services bénévoles ou de l’argent à une organisation dont la mission est la paix.
    • Lisez un livre ou regardez un film sur le thème de la paix et réfléchissez avec d’autres.
    • Chantez avec Reba McEntire et « Priez pour la paix » : youtube.com/watch?v=YHbv4M8d3As
    • Participer à LA PAIX est L’AVENIR 7-9 Septembre Anvers, Belgique   santegidio.be/pif/fr/

     


S’il vous plaît, dites-moi où on vend la paix et j’irai là en acheter pour mon pays.
Une petite fille en Afghanistan

VISITER LES NATIONS UNIES : APPRENDRE L’INTERNATIONALITÉ À DE NOMBREUX NIVEAUX

Group discussion

Discussion de groupe

Début juillet, vingt-et-une Sœurs de Notre-Dame de Namur d’Afrique et d’Amérique latine ont participé à une orientation de 3 jours aux Nations unies. Avec le personnel auxiliaire, elles ont écouté des ONG bien informées et sources d’inspiration parler des objectifs de développement durable, des mines, du financement du développement et des droits des filles ; elles ont appris des choses sur la structure de l’ONU et notre bureau des SND à l’ONU ; et elles ont célébré la construction de réseaux et le plaidoyer aux niveaux local, national et international.

Participantes souriantes

Participantes souriantes

Du temps pour la conversation était inséré dans le plan de l’atelier où les sœurs ont partagé des récits et des idées venant de leurs divers pays et ministères. En plus des exposés des ONG et des discussions de groupe, les participantes ont passé une journée à visiter l’ONU et à observer des réunions de gouvernements. Les sœurs se sont connectées à travers cultures et langues, elles ont fait l’expérience de la saveur internationale de l’ONU, et elles ont identifié des manières de s’unir en réseau autour de questions globales et d’engager d’autres personnes quand elles retourneront chez elles.

VOLONTAIRES POUR LA MISSION NOTRE-DAME : UN PROGRAMME ÉDUCATIONNEL NATIONAL QUI APPORTE UNE DIFFÉRENCE

NDMVA logo

Fondé par les Sœurs de Notre-Dame de Namur et financé grâce à un partenariat avec AmeriCorps, le groupe de Volontaires pour la mission Notre-Dame (NDMVA) est passé de 6 membres seulement à plus de 400. Les volontaires sont recrutés chaque année dans les communautés locales et les campus des écoles supérieures dans tous les Etats-Unis. Les membres de NDMVA travaillent à autonomiser les économiquement faibles et les opprimés grâce à l’éducation et à un soutien personnel à portée de main.

NDMVA Los Angeles 2012

NDMVA Los Angeles 2012

Ils servent de tuteurs à des enfants et des adultes, organisent des activités après la classe, et créent et enseignent des modèles de résolution des conflits et d’efficacité parentale. Les volontaires servent actuellement dans 23 villes aux Etats-Unis et à Haïti, au Nicaragua et au Nigéria.

Pour plus d’informations, allez à www.ndmva.org (en anglais uniquement).

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.