LETTRE DE NOUVELLES DE SND À L’ONU: RELATIONS AVEC NOS LECTEURS ET LECTRICES

93x85Constant Contact’ accorde une distinction annuelle ‘All Star’ aux entreprises et aux ASBL qui excellent dans l’usage d’outils en ligne pour construire des relations. Les résultats de notre lettre de nouvelles électronique la placent dans les meilleurs 10% de la base internationale de clients de ‘Constant Contact’ Comme en 2012, nous sommes fières d’être reconnues comme ayant de bonnes relations avec nos lecteurs et lectrices.

ASSISTANCE AUX SESSIONS DES NATIONS UNIES : VOIR LA MISSION DE NOTRE-DAME REFLÉTÉE DANS LES EFFORTS DES ONG

Par Jo-Ann Flora, SNDdeN Durant la semaine du 10 février 2014, j’ai suivi des séances de la Commission pour le développement social aux Nations unies. Malgré l’interférence de Mère Nature, Masako Miyake et moi-même avons réussi à participer à des séances d’une valeur de trois jours.

Jo-Ann Masako CSocD crop

Jo-Ann Flora et Masako Miyake

Une partie essentielle de la semaine fut mon expérience du Forum de la société civile le 10 février. Le centre d’intérêt de ce groupe : promouvoir l’autonomisation des personnes en atteignant l’éradication de la pauvreté, l’intégration sociale, le plein emploi et le travail décent pour tous, témoigne de notre mission de Sœurs de Notre-Dame de Namur envers les personnes qui vivent en pauvreté. Nous entendre rappeler, une fois de plus, que nous sommes soutenues dans cette mission par beaucoup d’autres communautés et organisations de la société civile, était encourageant. La séance de l’après-midi sur « la promotion de l’autonomisation des genres dans le cadre de l’après-2015” témoignait aussi de notre mission de SND envers les femmes et les filles. J’ai trouvé que ce centre d’intérêt soutenait notre travail dans le Groupe de travail sur les filles après 2015 et notre prise de position appelant au but : que les filles soient par elles-mêmes dans le cadre de l’après-2015. Finalement, parmi les nombreux exposés présentés au cours du Forum, l’exposé de sœur Margaret Mayce, du Comité des ONG sur le développement social, reflétait le travail notable qui est accompli par ce comité et par les ONG religieuses aux Nations unies.

interfatih-harmony-171L’autre partie essentielle de la semaine était le programme du 12 février intitulé « Harmonie interconfessionnelle mondiale : une clé vitale pour la paix et le développement». Ce programme était une agréable source d’inspiration et d’informations. Le mélange d’exposés fondamentaux, de panels et de performances artistiques offrait un bon équilibre. J’ai apprécié l’accent sur l’influence puissante que les religions du monde peuvent exercer en travaillant ensemble à la résolution de conflits, au rejet des crimes et du langage haineux, au développement communautaire, à la promotion de la paix, à la construction de la confiance en société, et en mettant en avant le bien commun, quels que puissent être les sacrifices. En tant que SND, j’ai particulièrement apprécié l’accent sur la bonté comme élément essentiel de toutes les religions, et la responsabilité que nous avons tous de confirmer et louer la bonté dans l’autre. Je me considère comme très fortunée de vivre aussi près des Nations unies et de pouvoir assister de temps en temps à des événements. Ils contribuent grandement à mon éducation permanente sur des questions relatives à notre mission en tant que SND.

TÉMOIGNAGE : VIVRE AVEC ESPÉRANCE ET COURAGE JUSQU’À CE QUE LA SÉCURITÉ SOCIALE SOIT DISPONIBLE POUR TOUS

Ngidinga2

Par Ines Prisca Bikindou, SNDdeN  « Je travaille à l’hôpital Ste Julie Billiart de Ngidinga, République Démocratique du Congo, comme comptable et caissière. C’est ma première expérience dans ce village ou la population est à majorité pauvre. Ce qui fait que pour payer les frais d’hospitalisations c’est vraiment difficile. Quant à la situation politique cela est triste, la majorité de la population est pauvre, les fonctionnaires le salaire qu’ils reçoivent, ils n’arrivent pas atteindre le bout du mois et à l’est du pays il y a toujours la guerre nous vivons dans l’insécurité total mais Dieu qui est bon nous protège toujours. Malgré la situation de la vie Dieu nous donne le courage d’aller de l’avant et nous ne perdons pas confiance celui qui nous a créer est plus fort. »

 

SOCLE DE SÉCURITÉ SOCIALE : UN INVESTISSEMENT DANS LES PERSONNES

« La sécurité sociale se réfère à un ensemble de politiques et de programmes élaborés pour réduire la pauvreté, la vulnérabilité et l’inégalité. L’ONU choisit une approche de la sécurité sociale basée sur les droits, dans le contexte du cadre du socle de sécurité sociale, qui promeut l’accès universel aux services et transferts sociaux essentiels tout au long de la vie. » Avec ces paroles provocatrices, la Coalition mondiale pour des socles de sécurité sociale, une coalition de plus de 70 organisations, a lancé sa proposition que les gouvernements adoptent un premier niveau (socle) de sécurité sociale fondamentale pour tous, et ensuite qu’ils améliorent la qualité de la sécurité dès que possible. Certains pays le font déjà avec des programmes qui pourraient être adaptés à d’autres situations.

Social ProtectionQu’est-ce qui doit être inclus ? Les soins de santé essentiels ; la nutrition, l’éducation et le soin des enfants ; une sécurité des revenus sous la forme, par exemple, de pensions de retraite ou d’allocations aux personnes handicapées

******************

Si je marche aujourd’hui avec les pauvres,
je pourrai trouver demain une nouvelle personne en moi.
Anonymous

INQUIÉTUDE POUR NOTRE AVENIR PARTAGÉ : DES AUTOCHTONES ÂGÉS PARLENT DE FUKUSHIMA À L’ONU

En septembre 2013, des autochtones âgés et du personnel médical d’Amérique du Nord et du Sud se sont rassemblés en Conseil pour considérer la crise qui continue à Fukushima. A la fin de quatre jours de prière et de discussion, ils ont fait une déclaration officielle. Ils ont insisté sur le fait que « la crise nucléaire de Fukushima est à elle seule une menace pour l’avenir de l’humanité. Cependant, notre préoccupation va bien au-delà de cette seule menace. Notre préoccupation concerne la dévastation cumulative et combinée qui est causée par les actions d’êtres humains à travers le monde. C’est la combinaison d’extraction de ressources, d’organismes génétiquement modifiés, d’échecs moraux, de l’introduction d’espèces invasives, et beaucoup plus, qui menace l’avenir de la vie sur la terre. Des technologies puissantes échappent au contrôle et menacent l’avenir de toute vie. »

Fukushima CC cropLe Chef Arvol Looking Horse de la nation des Sioux a présenté la déclaration du Conseil à une réunion d’ONG au Centre de l’Eglise pour les Nations unies en novembre 2013. En même temps, un projet de résolution était soumis à l’Assemblée générale, demandant qu’une Commission internationale indépendante d’experts assiste le Japon à réduire les radiations et à minimiser les risques pour la santé publique. Jusqu’à présent, aucune action n’a été entreprise par les Nations unies.

Ce que vous pouvez faire :

Soutenir la déclaration du Conseil :   caretakersofmotherearth.com (en anglais)
Lire la résolution de l’ONU :  UNdraftFukushimaResolution.pdf (en anglais)
Apprendre davantage sur les travailleurs :   fukushima-travailleurs
Faire un tour de l’usine par vidéo :   youtube.com/watch ?v=0hGb3x_vJVc

Vous souvenir spécialement du peuple du Japon le 11 mars, 3e anniversaire de la catastrophe.

*********************

Considérez toujours comment une décision particulière affecte les sept générations suivantes.
Deodata Bunzigiye

CRISE DE RADIATIONS À FUKUSHIMA : LE TRAVAIL DÉCENT EST UN DROIT HUMAIN

Masako Miyake 4Par Masako Miyake, SNDdeN
« Le travail décent » est apparu dans « l’agenda pour le 21ème siècle » de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) en 1999. J’en ai entendu parler dans la discussion du troisième comité de l’Assemblée générale au sujet des droits humains. Un agenda d’un « travail décent pour tous » basé sur les droits, l’emploi, la protection et le dialogue social offre des opportunités de travail productif qui donne un revenu juste, de la sécurité sur le lieu de travail et une protection sociale pour les travailleurs et leurs familles.

Fukushima2L’agenda pour un travail décent se focalise essentiellement sur les migrants, les jeunes et les femmes. Mais « travail décent » me rappelle les travailleurs à l’usine de production d’énergie nucléaire de Fukushima. A l’encontre des paroles du premier ministre Abe, la situation pourrait empirer beaucoup. Des milliers de travailleurs sont effectivement au milieu de l’usine. Il y a eu des fuites d’eau irradiée en août et à nouveau en octobre 2013 à l’usine de production d’énergie nucléaire de Fukushima Daiichi (à gauche). Ces fuites sont causées par des négligences dans la surveillance effectuée par les travailleurs. La décontamination de la station dépend hautement de travaux manuels. Les travailleurs ne sont pas membres de la société « Tokyo Electric Power Company ». Ce sont des travailleurs journaliers engagés par les sous-traitants ou envoyés par des agences d’intérim. Les travailleurs qualifiés sont partis, certains intentionnellement et certains à cause de la contamination radioactive trop forte. Beaucoup de travailleurs sont des amateurs inexpérimentés, y compris des fermiers âgés du district. Du fait que des fonds publics importants sont investis pour la décontamination, plusieurs centaines de sociétés, même des organisations de gangsters, s’y sont jointes. Il y a des problèmes pour les conditions de travail et des restrictions de salaires.

Fukushima1Même sans ces problèmes, c’est un site très dangereux avec beaucoup de tensions. Les travailleurs de l’usine de production d’énergie nucléaire (à droite) sont soumis chaque jour à des radiations, et même s’ils ont une certaine assurance quand ils travaillent, les symptômes physiques se manifesteront des années plus tard. Comment seront-ils pris en charge à ce moment-là ? La pénurie de travailleurs, qui s’accentue à la fois en nombre et en qualité, fait empirer les conditions de travail. En même temps le risque d’accidents augmente.

En revenant à l’Agenda de l’OIT, je ne peux pas appeler « travail décent » le travail à l’usine de Fukushima. Les travailleurs et les anciens travailleurs ont commencé à élever la voix. Il n’y a pas de considération, de respect, ni de diffusion du fait sur le site de leur travail. Je suis certaine que des travailleurs migrants seront invités dans un futur proche. Il y aura alors plus de soucis. Nous savons que certains travaux sont dangereux et difficiles mais décents. Nous ne pouvons éviter un travail dangereux et difficile pour restaurer et cesser l’opération du réacteur nucléaire, mais nous ne devrions pas traiter sévèrement les travailleurs. Lorsqu’il n’y a pas de droits humains, il est impossible de réussir une opération. Le « travail décent » n’est pas toujours en relation avec la pauvreté. C’est un problème de droits humains.

Ce que vous pouvez faire :

Apprendre davantage sur les travailleurs :   fukushima-travailleurs
Faire un tour de l’usine par vidéo :   youtube.com/watch ?v=0hGb3x_vJVc

Vous souvenir spécialement du peuple du Japon le 11 mars, 3e anniversaire de la catastrophe.

 

LA CRÉATIVITÉ DES FEMMES EN MILIEU RURAL : DÉVELOPPEMENT DURABLE EN ACTION


Women-Prize-frLa Fondation Sommet Mondial des Femmes (
www.woman.ch) invite à soumettre des candidatures pour la 20ème édition du Prix pour la créativité des femmes en milieu rural. Le Prix « honore chaque année des femmes et des organisations féminines du monde ayant fait preuve de créativité, de courage et d’un engagement exceptionnel visant l’amélioration de la qualité de vie dans les communautés rurales. » Nominations doivent être envoyées par courrier postal avant le 30 avril.  http://bit.ly/1e4tTCT

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.