PROJET PHOTOVOLTAÏQUE DES SND : LA ‘PUISSANCE DU SOLEIL’ BRILLE AUX NATIONS UNIES

L’essentiel de numéros précédents (2012) :

Lors d’un événement spécial durant la récente Commission des Nations unies sur le développement social, Sister Kristin Hokanson a parlé de l’impact global de notre projet photovoltaïque historique au Congo et au Nigéria. Directrice et fondatrice de l’Ecole virtuelle Notre-Dame (NDVS), Kristin a mis en lumière les projets spéciaux d’éducation qui lient les écoles Notre-Dame dans le soutien au projet photovoltaïque. Grâce à la technologie, les étudiant(e)s de NDVS à travers le monde analysent les graphiques électriques qui proviennent des sites du projet au Congo et au Nigéria ; ils étudient la puissance du soleil et les systèmes de purification de l’eau, et ils utilisent l’électronique pour se connecter entre eux. Vraiment la puissance du soleil brille partout !

Kristin Hokanson, SNDdeN

« L’expérience m’a fait réaliser comment une idée de construire de l’énergie engendrée par le soleil peut unir une communauté pour atteindre des buts qui soutiennent la vie. Aux Nations unies j’ai observé des ONG qui luttent pour créer un monde dans lequel tous vivent avec dignité et respect. Une clé de l’éradication de la pauvreté est l’usage de notre réseau de technologie où nous pouvons communiquer selon des manières qu’on n’aurait jamais cru possibles. C’est grâce à tous les types de technologie que nous sommes en train de créer un monde meilleur, et quelle meilleure place pour partager cette expérience que les Nations unies. »    www.elanguages.org/171170


Mise à jour :
En 2013, pour le 10e anniversaire du projet « puissance du soleil », les Sœurs de Notre-Dame se sont embarquées dans une campagne pour récolter un million de dollars supplémentaire pour établir des sites complets additionnels au Congo et fournir de l’équipement et des matériaux supplémentaires à de multiples sites au Nigéria.

www.sndden.org/en/news-and-events/photovoltaic-project/ (en anglais seulement)

 

FEMMES ET ART : TRANSFORMATION DE LA SOUFFRANCE PRODUITE PAR DES HOLOCAUSTES

Glòria Rognoni Planas

Glòria Rognoni Planas, de Sant Cugat del Vallès près de Barcelone, a participé, comme faisant partie de la délégation de notre ONG, à la Commission de mars sur la condition de la femme (CSW). Lors d’un événement parallèle de la CSW, une artiste a parlé d’aider les femmes à traiter la souffrance grâce à l’art. Glória, ancienne actrice et directrice actuelle du groupe de théâtre social Femarec, partage ses perceptions de cet événement « qui confirme comment l’art est capable de faire grandir non seulement l’artiste, mais aussi le spectateur (la spectatrice). »

Peinture par Anne Kantor Kellett

Peinture par Anne Kantor Kellett

Glòria écrit : « Anne Kanto Kellett a été élevée par des parents qui ont survécu à l’Holocauste. Elle dit que sa mère lui a toujours transmis la douleur qu’elle a soufferte. Elle nous a montré une photo où vous pouvez voir le regard profond, indéfini, triste, perdu de sa mère. Emue par le génocide au Rwanda, Anne a décidé d’y aller pour aider les survivant(e)s. Lorsqu’elle est entrée en contact avec eux(elles), c’était comme si elle trouvait sa propre famille. « Quand vous n’avez pas de famille, les autres survivants deviennent votre famille. » Elle trouve ce même regard perdu de sa mère sur le visage d’un homme. Elle nous montre le portrait : impressionnant, c’est exactement le même regard… Elle nous dit que la souffrance produite par les holocaustes, où qu’ils aient lieu, est la même pour tous les êtres humains qui en souffrent.

Sculpture par Anne Kantor Kellett

Sculpture par Anne Kantor Kellett

Elle évoque toutes ses émotions par l’art. Elle prend des photographies, peint des
peintures abstraites, et elle sculpte aussi.

 Ses sculptures de bois, très impressionnantes, reflètent aussi la même souffrance,
mais chaque sculpture libère un peu de la souffrance. Elle nous montre des illustrations
où les cous sont longs et tortueux et soutiennent des têtes dans la peine.

Anne nous fait remarquer l’évolution : la dernière photo de cette série montre la moitié d’un corps de femme, aussi avec un très long cou, sous lequel vous pouvez voir les poumons et les côtes, mais la femme regarde vers le haut, et à côté des poumons jaillissent deux ailes d’espoir. Voilà, dit-elle, comment elle se sent maintenant et comment elle souhaite transmettre son évolution. A la fin elle montre encore une autre illustration d’une de ses peintures abstraites, une très grande toile avec de forts traits de brun et de noir du côté gauche. A droite il y a une grande tache rouge. En face de la peinture se tient son fils de treize ans, avec un regard lumineux. Anne dit que le regard de son fils est aussi un produit de l’art et c’est ainsi qu’elle regarde la vie maintenant. » www.kantorkellett.com 

(Article traduit de l’espagnol par Guillermo Ayesa Igoa)

 

LE MONDE QUE NOUS VOULONS : ÉGALITÉ DES SEXES, SANTÉ ET TECHNOLOGIE

Janna Ayesa RognoniJanna Ayesa Rognoni de Sant Cugat del Vallès près de Barcelone, en Espagne, a participé en mars à la Commission des Nations unies sur la condition de la femme ; elle faisait partie de la délégation de notre ONG. Janna partage ses perceptions d’un événement auquel elle a participé :

« Un orateur de la Fondation des Nations unies (www.unfoundation.org) aide des femmes de pays sous-développés à avoir de meilleures conditions dans les hôpitaux pour améliorer leur santé, lutter contre la faim, et montrer aux pays développés ce qui se passe ici. Quelques statistiques :

-    60% des femmes dans le monde ont faim
–    Dans les parlements, il n’y a que 21,4% de femmes
–    3 femmes sur 10 souffrent de violence physique ou sexuelle de la part de leurs partenaires
–    800 femmes meurent chaque jour pendant la grossesse ou en donnant naissance à un enfant quelque part dans le monde

Les principaux problèmes de santé concernaient l’électricité : avoir assez de lumière dans les cliniques ; seuls 24% des hôpitaux en Afrique ont de l’électricité et, dans d’autres pays, il y a peu d’électricité. Aussi, l’éclairage basé sur le carburant produit de multiples matériaux dangereux très mauvais pour la santé.  Solutions : que faisons-nous ?

-    Rendre universel l’accès à l’électricité
–    Doubler le taux global d’amélioration de l’efficacité énergétique
–    Développer une énergie durable
–    Développer des outils pour l’éducation à la santé

Une autre oratrice a parlé de l’importance de la technologie mobile pour aider les femmes dans les pays sous-développés. Elle pensait que des solutions innovantes étaient la clé du changement de style de vie des femmes. Les téléphones mobiles fournissent aux femmes l’accès à l’éducation, aux centres de santé, et l’indépendance. Ils aident à les intégrer dans l’égalité des sexes et, dans certains programmes, leur donnent des opportunités de faire des affaires.

Personnellement, le fait qui m’a surprise le plus, c’était que la technologie mobile pouvait aider les femmes qui ont peu d’accès à la vie sociale ou à l’éducation ou à des centres de santé. Pour cette raison, je pense que la technologie est très importante, spécialement dans ces pays, et il serait bon de continuer à enseigner à ces femmes comment utiliser un téléphone mobile pour améliorer leur vies, avoir un emploi, et avoir de meilleures relations avec leur communauté. »

 

ASSISTANCE AUX SESSIONS DES NATIONS UNIES : VOIR LA MISSION DE NOTRE-DAME REFLÉTÉE DANS LES EFFORTS DES ONG

Par Jo-Ann Flora, SNDdeN Durant la semaine du 10 février 2014, j’ai suivi des séances de la Commission pour le développement social aux Nations unies. Malgré l’interférence de Mère Nature, Masako Miyake et moi-même avons réussi à participer à des séances d’une valeur de trois jours.

Jo-Ann Masako CSocD crop

Jo-Ann Flora et Masako Miyake

Une partie essentielle de la semaine fut mon expérience du Forum de la société civile le 10 février. Le centre d’intérêt de ce groupe : promouvoir l’autonomisation des personnes en atteignant l’éradication de la pauvreté, l’intégration sociale, le plein emploi et le travail décent pour tous, témoigne de notre mission de Sœurs de Notre-Dame de Namur envers les personnes qui vivent en pauvreté. Nous entendre rappeler, une fois de plus, que nous sommes soutenues dans cette mission par beaucoup d’autres communautés et organisations de la société civile, était encourageant. La séance de l’après-midi sur « la promotion de l’autonomisation des genres dans le cadre de l’après-2015” témoignait aussi de notre mission de SND envers les femmes et les filles. J’ai trouvé que ce centre d’intérêt soutenait notre travail dans le Groupe de travail sur les filles après 2015 et notre prise de position appelant au but : que les filles soient par elles-mêmes dans le cadre de l’après-2015. Finalement, parmi les nombreux exposés présentés au cours du Forum, l’exposé de sœur Margaret Mayce, du Comité des ONG sur le développement social, reflétait le travail notable qui est accompli par ce comité et par les ONG religieuses aux Nations unies.

interfatih-harmony-171L’autre partie essentielle de la semaine était le programme du 12 février intitulé « Harmonie interconfessionnelle mondiale : une clé vitale pour la paix et le développement». Ce programme était une agréable source d’inspiration et d’informations. Le mélange d’exposés fondamentaux, de panels et de performances artistiques offrait un bon équilibre. J’ai apprécié l’accent sur l’influence puissante que les religions du monde peuvent exercer en travaillant ensemble à la résolution de conflits, au rejet des crimes et du langage haineux, au développement communautaire, à la promotion de la paix, à la construction de la confiance en société, et en mettant en avant le bien commun, quels que puissent être les sacrifices. En tant que SND, j’ai particulièrement apprécié l’accent sur la bonté comme élément essentiel de toutes les religions, et la responsabilité que nous avons tous de confirmer et louer la bonté dans l’autre. Je me considère comme très fortunée de vivre aussi près des Nations unies et de pouvoir assister de temps en temps à des événements. Ils contribuent grandement à mon éducation permanente sur des questions relatives à notre mission en tant que SND.

ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES : CE QUE NOUS FAISONS AUX NATIONS UNIES

Amarachi Grace Ezeonu 1Par Amarachi Ezeonu, SNDdeN

Un de mes amis m’a téléphoné récemment et, au cours de notre conversation, je lui ai dit que j’étais en stage avec les Sœurs de Notre-Dame de Namur aux Nations unies à New York. Il était très surpris et il voulait savoir ce que les Sœurs de Notre-Dame de Namur font aux Nations unies. « Je pensais que vous étiez des religieuses. Qu’est-ce que vous faites à l’ONU ? » demandait-il. Je lui ai expliqué que, bien que nous soyons une congrégation religieuse, nous sommes aussi une organisation non gouvernementale (ONG) à cause de notre service à l’humanité. C’est grâce à notre statut d’ONG que les Sœurs de Notre-Dame de Namur sont présentes aux Nations unies. J’ai aussi expliqué à mon ami qu’en tant qu’ONG, les Sœurs de Notre-Dame de Namur ont un statut consultatif auprès du Conseil économique et social (ECOSOC), un des organes du système des Nations unies. Mon ami semblait encore plus surpris et il voulait en savoir davantage sur le statut consultatif des ONG à l’ONU. « Quelle contribution les ONG avec statut consultatif apportent-elles aux Nations unies ? » demandait-il. Je crois que, comme mon ami, certaines personnes peuvent apprécier d’avoir quelques notions concernant les rôles joués aux Nations unies par des organisations non gouvernementales et la société civile.

UN meetingLes Nations unies ont maintenu des partenariats avec des organisations non gouvernementales et la société civile depuis leur début en 1945. Bien que des ONG aient divers types de relations avec le système de l’ONU, je me concentre ici sur la relation des ONG avec ECOSOC. Ce Conseil, un des cinq organes de l’ONU, est chargé de la responsabilité de toutes les questions économiques, sociales et de développement rencontrées par les systèmes de l’ONU. Les ONG à statut consultatif à ECOSOC sont engagées dans des activités relatives au développement économique et social. La modalité de cette relation est clairement prévue dans la Charte de l’ONU, chapitre X, article 71. Elle s’énonce ainsi :

« Le Conseil économique et social peut prendre toutes dispositions pour que des représentants des institutions spécialisées participent, sans droit de vote, à ses délibérations et à celles des commissions instituées par lui, et pour que ses propres représentants participent aux délibérations des institutions spécialisées. »

L’article ci-dessus de la Charte de l’ONU rend possible la collaboration entre les Nations unies et des ONG. Le nombre d’ONG à statut consultatif auprès d’ECOSOC a augmenté de 45 lors de la fondation de l’ONU à environ 3.400 actuellement. Ces ONG s’affilient au Secrétariat de l’ONU, à ses programmes, fonds et agences, et elles consultent aussi des états membres d’ECOSOC. Cette relation est mutuellement bénéfique pour les deux parties.

Je suis très consciente que cet article ne fait qu’effleurer la surface du travail des ONG et de la société civile à l’ONU. Vous pouvez lire et en apprendre davantage sur la relation entre l’ONU et les ONG à partir des sources que j’ai énumérées ci-dessous. Entre-temps, je continuerai cette discussion avec mon ami quand nous nous rencontrerons. Je suis reconnaissante pour l’opportunité d’expérimenter la vie aux Nations unies en qualité de stagiaire d’une ONG. L’expérience m’a donné une appréciation plus profonde de la présence de ma congrégation religieuse, les Sœurs de Notre-Dame de Namur, aux Nations unies. Elle m’a aussi donné une grande appréciation du système de l’ONU. Bien que l’ONU ne soit pas parfaite, je crois toujours que c’est une des plus grandes réalisations mondiales du 20e siècle !

Pour plus d’informations, allez à
http://csonet.org/index.php?menu=30 (en arabe, anglais, français, espagnol) – pour le français, cliquez sur FR
www.un.org/fr/documents/charter/ (existe en arabe, chinois, anglais, français, russe, espagnol)

~~~~~~~~~~~~~~

Les gens ne sont pas uniquement bénéficiaires du développement,
ils sont plutôt des partenaires.
Michelle Bachelet, présidente du Chili

ELARGISSEZ LE CERCLE : PARTICIPEZ À DES RÉUNIONS DE L’ONU EN 2014

NGOsPar l’intermédiaire du bureau de l’ONG des Sœurs de Notre-Dame de Namur, des personnes ont la capacité de participer à des réunions majeures de l’ONU à New York City. Il n’y a pas de droit d’entrée pour suivre ces séances, mais les participants sont responsables de leurs frais de transport, de logement et de restauration. Des fonds sont disponibles pour aider des Sœurs de Notre-Dame de Namur qui viennent d’Amérique latine et d’Afrique. Si vous êtes intéressée à participer à une réunion importante de l’ONU à New York en 2004, contactez Jean Stoner dès que possible à SNDatUN@sndden.org

Du 11 au 21 février 2014 : 52e Commission sur le développement social (CSocD 52)
Thème : Promouvoir l’autonomisation des personnes en réalisant l’éradication de la pauvreté, l’intégration sociale ainsi que le plein emploi et un travail décent pour tous
http://undesadspd.org/CommissionforSocialDevelopment/Sessions/2014.aspx (en anglais mais des documents sont disponibles en français)

Du 10 au 21 mars 2014 : 58e Commission de la condition de la femme (CSW 58)
Thème : Défis et réalisations dans la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le Développement pour les femmes et les filles http://www.un.org/womenwatch/daw/csw/58sess.htm  (en anglais mais des documents sont disponibles en français)

Du 12 au 23 mai 2014 : 13e instance permanente sur les questions autochtones (UNPFII 13)
Thème : Principes de bonne gouvernance conformes à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones http://undesadspd.org/indigenousfr/Home.aspx   en français.

De petites actions, lorsqu’elles sont multipliées par des millions de personnes, peuvent changer le monde.

Howard Zinn

COMPRÉHENSION PLUS LARGE : BÉNÉFICES DE L’ENGAGEMENT À L’ONU

Des personnes qui ont participé récemment à des conférences des Nations unies à New York City partagent leurs expériences :

Zarmina Kochi« Grâce aux Sœurs de Notre-Dame de Namur, j’ai pu présenter une causerie à la Commission de la condition de la femme des Nations unies. J’ai pu parler avec confiance sur une question à laquelle je crois beaucoup : l’importance de l’éducation des femmes immigrantes. J’espère que, d’une certaine manière, j’ai apporté une différence aux personnes de la salle qui entendaient ma causerie. Non seulement cette opportunité a permis de faire entendre ma voix à d’autres, elle a aussi accru ma compréhension et mon point de vue sur les rôles des femmes dans la société actuelle.  Il y avait des sujets sur la violence envers les femmes, l’injustice du handicap, et beaucoup d’autres. Cela m’encourage de savoir que d’innombrables autres personnes viennent au secours des moins fortunées dans leurs besoins. »
– Zarmina Kochi, réfugiée enfant de la guerre Afghanistan-Russie, maintenant adulte résidant en Californie.

  

Rosario« Aller aux Nations unies m’a donné une opportunité de partager ce que les écoliers ressentent quand ils quittent leur patrie. Il n’y a pas de mots pour expliquer ce que représente être un enfant dans un nouveau pays. Quand j’ai lu ma causerie, je me sentais bien parce que je savais que le fait de raconter mon histoire aiderait d’autres enfants à savoir qu’ils ne sont pas seuls. Je voulais que les adultes comprennent que, non seulement ils ont des difficultés, mais que nous, enfants immigrants, avons aussi nos propres peines. Je ne puis assez vous remercier de m’avoir donné l’opportunité de partager mon histoire à la Commission de la condition de la femme des Nations unies. »
–  Rosario Campos, enfant immigrante de Mexico, maintenant en 8e année en Californie.

Becky

« C’était ma seconde expérience de participation à l’Instance permanente sur les questions autochtones. J’ai établi quelques contacts dont j’espère qu’ils seront utiles mutuellement et j’ai pris de la documentation utile. Bien qu’il ne soit pas possible de participer à tous les événements, il y a beaucoup à voir et à faire et beaucoup de personnes à rencontrer. L’ONU est belle, merveilleuse, fascinante, elle a de la grandeur et de la moralité. Je suis fière et contente de ce que nous, Sœurs de Notre-Dame, y sommes représentées et j’espère que nous maintiendrons toujours cette présence. »
– Sr. Rebeca Spires, au service de peuplades autochtones au Brésil.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.