TÉMOIGNAGE : VIVRE AVEC ESPÉRANCE ET COURAGE JUSQU’À CE QUE LA SÉCURITÉ SOCIALE SOIT DISPONIBLE POUR TOUS

Ngidinga2

Par Ines Prisca Bikindou, SNDdeN  « Je travaille à l’hôpital Ste Julie Billiart de Ngidinga, République Démocratique du Congo, comme comptable et caissière. C’est ma première expérience dans ce village ou la population est à majorité pauvre. Ce qui fait que pour payer les frais d’hospitalisations c’est vraiment difficile. Quant à la situation politique cela est triste, la majorité de la population est pauvre, les fonctionnaires le salaire qu’ils reçoivent, ils n’arrivent pas atteindre le bout du mois et à l’est du pays il y a toujours la guerre nous vivons dans l’insécurité total mais Dieu qui est bon nous protège toujours. Malgré la situation de la vie Dieu nous donne le courage d’aller de l’avant et nous ne perdons pas confiance celui qui nous a créer est plus fort. »

 

SOCLE DE SÉCURITÉ SOCIALE : UN INVESTISSEMENT DANS LES PERSONNES

« La sécurité sociale se réfère à un ensemble de politiques et de programmes élaborés pour réduire la pauvreté, la vulnérabilité et l’inégalité. L’ONU choisit une approche de la sécurité sociale basée sur les droits, dans le contexte du cadre du socle de sécurité sociale, qui promeut l’accès universel aux services et transferts sociaux essentiels tout au long de la vie. » Avec ces paroles provocatrices, la Coalition mondiale pour des socles de sécurité sociale, une coalition de plus de 70 organisations, a lancé sa proposition que les gouvernements adoptent un premier niveau (socle) de sécurité sociale fondamentale pour tous, et ensuite qu’ils améliorent la qualité de la sécurité dès que possible. Certains pays le font déjà avec des programmes qui pourraient être adaptés à d’autres situations.

Social ProtectionQu’est-ce qui doit être inclus ? Les soins de santé essentiels ; la nutrition, l’éducation et le soin des enfants ; une sécurité des revenus sous la forme, par exemple, de pensions de retraite ou d’allocations aux personnes handicapées

******************

Si je marche aujourd’hui avec les pauvres,
je pourrai trouver demain une nouvelle personne en moi.
Anonymous

PRIORITÉS MONDIALES : POUR UN MONDE MEILLEUR

MyWorldVous pourriez être surprises de voir quelles priorités arrivent comme une partie de l’enquête mondiale en ligne des Nations unies pour un monde meilleur. Vous pouvez filtrer les réponses par pays, par âge, par sexe, et par niveau d’éducation : 

           www.myworld2015.org/?lang=fr&page=results

Ajoutez votre propre vote : www.myworld2015.org
(choisissez votre langue : language = French)

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT : RÉFLEXION SUR LA PAUVRETÉ DANS LE MÉTRO

poverty subwayEmmitouflée contre le froid de l’hiver, une femme sans domicile fixe avait toutes ses possessions près d’elle. Les autres passagers du métro de New York étaient attentifs à la laisser tranquille et elle dormait tranquillement malgré les annonces constantes et les arrêts et départs des trains. Assise en face d’elle, je réfléchissais au fait que, pour moi, il va de soi de pouvoir dormir chaque nuit dans un lieu chaud et sûr. Je me demandais ce qui l’avait amenée à ces circonstances et où elle trouve le courage de continuer chaque jour dans des conditions tellement difficiles.

Les gens comme elle sont l’histoire non racontée derrière les crises économiques et financières que nous, aux Nations unies, travaillons à résoudre. Le premier des huit objectifs du millénaire pour le développement promet d’éradiquer l’extrême pauvreté et la faim dans le monde entier d’ici 2015. C’est un objectif admirable mais il n’est pas réalisé assez vite pour ma compagne du métro et d’innombrables autres femmes comme elle dans notre monde. Continuons à travailler ensemble pour que tous les huit objectifs du millénaire pour le développement deviennent une réalité le plus tôt possible.

La pauvreté n’est pas un accident. Comme l’esclavage et l’apartheid,
elle est créée par des humains
et elle peut être enlevée par les actions d’êtres humains.
Nelson Mandela

LE MONDE QUE NOUS VOULONS : QU’EST-CE QUI SE PASSE ENSUITE ?

Dire non à la pauvreté

Dire non à la pauvreté

En septembre 2000 la déclaration du millénaire des Nations unies a identifié des objectifs significatifs : paix, sécurité et désarmement/développement et éradication de la pauvreté/protection de notre environnement commun/droits humains, démocratie et bonne gouvernance/protection des personnes vulnérables/répondre aux besoins spéciaux de l’Afrique renforcer les Nations unies. Afin d’atteindre ces objectifs louables et de se focaliser en particulier sur l’éradication de la pauvreté, les Nations unies ont approuvé huit objectifs de développement pour le millénaire (ODM) avec une date cible de réalisation : 2015.

Nous sommes maintenant à deux ans de 2015 et, ces jours-ci, la question principale à l’ONU est « Et ensuite ? » Une consultation mondiale sans précédent est en cours pour déterminer ce qui arrivera après 2015. Jusqu’à présent, le consensus qui émerge est de continuer le travail des ODM sous forme d’objectifs de développement durable ré-exprimés, qui seront applicables à tous les pays, pas seulement aux pays en développement. Ils se focaliseront sur la soutenabilité, de sorte que leur mise en œuvre ne compromette pas le futur de la planète. Il y a de grands espoirs pour ce processus qui inclut la conformité aux actions déjà acceptées et la lutte contre les inégalités mondiales sur une échelle plus large.

La conversation inclut aussi la manière de financer les choses à faire à l’avenir. Une idée est de revoir l’attribution des ressources de financement. Le coût annuel estimé des ODM est 40 à 60 milliards de dollars ; actuellement les dépenses militaires du monde se montent à 1.700 milliards de dollars par an. Une modeste réduction annuelle de 10% des dépenses militaires mondiales financerait trois fois les ODM et les objectifs de développement durable.

  • Lisez au sujet des dépenses militaires : www.globalissues.org/article/75/world-military-spending
    (en anglais)
  • Découvrez davantage sur le processus d’après 2015 : www.worldwewant2015.org cherchez ‘select language’ et cliquez sur ‘French’. Le grand titre reste en anglais mais les articles sont
    en français, pas toujours impeccable.
  • Ajoutez votre voix à la consultation sur le monde que nous voulons : www.worldwewant2015.org cherchez ‘select language’ et cliquez sur ‘French’. Cliquez sur ‘Votez maintenant’ et redemandez ‘select language’ : français.
  • Réfléchissez et priez à propos des changements nécessaires pour aller vers un monde meilleur :

                               PGJ booklet 2013
    Our Shared Destiny in a Post-2015 World
    (notre destinée commune dans un monde après 2015)
    livret en anglais disponible pour 2 € + frais d’envoi,
    chez Partnership for Global Justice
    www.partnershipforglobaljustice.com/our-shared-destiny.html

UN RÊVE QUI NOUS RÊVE TOUS ET TOUTES : UN MONDE SANS GUERRE

Il y a un rêve qui nous rêve.
Bushman (indigène) de la terre de Kalahari

Dans l’article 9 de la constitution japonaise, le pays s’engage à ne jamais faire usage de la force, sauf pour se défendre. Quelle merveilleuse réalisation ce serait si toutes les nations du monde prenaient le même engagement ! Pour le moment, certains sont en train de travailler au Japon pour faire tomber cet article dans le cadre d’une révision de la constitution. On espère qu’au contraire le peuple japonais choisira de garder cet article et qu’ainsi il continuera à proclamer que la guerre n’est pas une solution justifiable pour résoudre des différends.

第九条

日本国民は、正義と秩序を基調とする国際平和を誠実に希求し、国権の発動たる戦争と、武力による威嚇又は武力の行使は、国際紛争を解決する手段としては、永久にこれを放棄する。

前項の目的を達するため、陸海空軍その他の戦力は、これを保持しない。国の交戦権は、これを認めない。

« Aspirant sincèrement à une paix internationale fondée sur la justice et l’ordre, le peuple japonais renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation, ou à la menace, ou à l’usage de la force comme moyen de règlement des conflits internationaux.

Pour atteindre le but fixé au paragraphe précédent, il ne sera jamais maintenu de forces terrestres, navales et aériennes, ou autre potentiel de guerre. Le droit de belligérance de l’État ne sera pas reconnu. »

Le Traité historique de commerce des armes, adopté par l’Assemblée générale des Nations unies en avril 2013 pour réguler les ventes d’armes mondiales, est programmé pour entrer en vigueur lorsque 50 nations l’auront ratifié. Comme nous toutes encourageons les dirigeants de notre pays à signer ce traité important le 3 juin et ensuite à le ratifier dans notre loi nationale, continuons à rêver et à travailler pour un monde où on n’aura plus besoin de tels traités sur les armes. www.un.org/disarmament/ATT/  (anglais, espagnol, français)

LA BANQUE MONDIALE DES FEMMES : L’HISTOIRE D’UNE RÉUSSITE

Women's World BankingLa Banque mondiale des femmes (BMF), un réseau de micro-financement de 39 organisations financières de 28 pays, investit dans des femmes chefs d’entreprises à faible revenu. Des femmes font sortir leurs familles de la pauvreté, améliorent leur situation et éduquent leurs enfants lorsqu’on leur donne accès à des services financiers. Des histoires de réussites comme celle de la BMF sont de puissants rappels de la manière dont des partenariats créatifs peuvent aider à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement, spécialement l’éradication de la pauvreté. Regardez la petite vidéo de BMF à http://bit.ly/10T1TgL et participez à ses efforts sur www.swwb.org (en anglais seulement).

« L’ESSOR DU SUD : LE PROGRÈS HUMAIN DANS UN MONDE DIVERSIFIÉ »

Le programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a publié son rapport de 2013 sur le développement humain, « L’essor du Sud : le progrès humain dans un monde diversifié ». D’après le PNUD, « le Sud est en train de se développer à un rythme sans précédent dans l’histoire humaine, avec des centaines de millions de personnes qui sont tirées de la pauvreté dans des nations en développement et des milliards qui se dressent pour rejoindre une nouvelle classe moyenne mondiale. »

Comme on s’y attendait, les nations « BRICS » (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) sont en train de devenir des forces majeures dans l’économie globale du monde, mais il est plus surprenant de voir mettre en lumière les nations de Bangladesh, Chili, Ghana, Indonésie, Ile Maurice, Malaisie, Ouganda, République de Corée, Rwanda, Thaïlande, Turquie et Vietnam parmi celles qui atteignent un haut développement humain.

 Pour télécharger gratuitement le rapport de 2013 dans dix langues et d’autres ressources, veuillez visiter le site http://hdr.undp.org (choisissez votre langue).

COMMENT LE CHANGEMENT CLIMATIQUE DÉTRUIT LA TERRE : UNE INFOGRAPHIE

climate-changeMerci à Allison Lee (allie.lee77@gmail.com) qui nous partage un visuel graphique coloré sur les effets désastreux du changement climatique, qui nous informe et nous engage.

Voyez cette infographie puissante à www.learnstuff.com/climate-change/
(en anglais uniquement)

ENGAGEMENT DES ÉTUDIANTES : AMENER L’ONU À L’ÉCOLE

Leah Bury & Juliana Lamond

Leah Bury &
Juliana Lamond

Leah Bury, une aînée à l’Académie de Notre-Dame de Namur à Villanova, PA, juste au sud de New York City, a été intriguée lorsqu’elle a appris la présence des Sœurs de Notre-Dame de Namur aux Nations unies. Avec son amie Juliana Lamond, elle a fondé un club scolaire pour conscientiser au sujet de différents problèmes mondiaux tels que la pauvreté, le fait d’être sans abri, la maladie, l’éducation (ou son manque), les conditions de travail et le commerce équitable dans leur communauté Notre-Dame et au-delà.  Selon les termes de Leah, « le club de prise de conscience mondiale encourage nos étudiantes à se passionner pour aider les autres et devenir des citoyennes responsables, mondialement conscientes. » Lors de la dernière réunion de leur club, elles se sont focalisées sur la faim et la sécurité alimentaire à travers le monde, en donnant des statistiques et des faits aussi bien qu’en dénonçant des mythes et des idées erronées sur la crise mondiale de la faim. Elles ont parlé des causes réelles et des solutions à la crise de la faim et elles ont aussi montré quelques vidéos. Pour voir leur exposé avec les vidéos, allez à : http://prezi.com/jbjhht7rejbg/untitled-prezi/ (en anglais uniquement)

Rioux1Entre-temps, au nord de New York à Boston, MA, plus de 3.000 délégués de 48 pays participaient à la 59e session de « Conférence Nationale sur le modèle de l’ONU». Emmanuel College participe à cet événement annuel et cette année une des déléguées d’Emmanuel, Elizabeth Rioux, représentait l’ONG des Sœurs de Notre-Dame de Namur. Elizabeth partage son expérience : « J’ai eu un tel plaisir à représenter l’ONG des SND à Harvard ! Entrer dans le modèle de l’ONU à partir d’une école qui a une tradition SND m’a fait réaliser énormément de ce que j’avais appris au sujet des SND. Par exemple, la Commission sur la condition de la femme discutait la féminisation de la pauvreté, aussi dans mon exposé à cette commission, j’ai pu donner des exemples réels de ce que les SND font dans leurs ministères, comme le projet photovoltaïque africain. Les déléguées du comité ont inclus le travail des SND dans un projet de résolution qui a été adopté. J’ai aussi parlé à la Commission sur le développement durable et je lui ai donné des recommandations sur l’agriculture durable à petite échelle, en utilisant comme modèle le travail de Sister Dorothy Stang au Brésil. En me préparant pour la conférence, j’ai passé énormément de temps à faire de la recherche et à parcourir les documents des SND à l’ONU sur la politique, mais cela a vraiment été fructueux parce qu’un grand nombre de mes recommandations sur la politique ont été incluses dans des projets de résolutions qui ont finalement été approuvés. »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.