LE MONDE QUE NOUS VOULONS : ÉGALITÉ DES SEXES, SANTÉ ET TECHNOLOGIE

Janna Ayesa RognoniJanna Ayesa Rognoni de Sant Cugat del Vallès près de Barcelone, en Espagne, a participé en mars à la Commission des Nations unies sur la condition de la femme ; elle faisait partie de la délégation de notre ONG. Janna partage ses perceptions d’un événement auquel elle a participé :

« Un orateur de la Fondation des Nations unies (www.unfoundation.org) aide des femmes de pays sous-développés à avoir de meilleures conditions dans les hôpitaux pour améliorer leur santé, lutter contre la faim, et montrer aux pays développés ce qui se passe ici. Quelques statistiques :

-    60% des femmes dans le monde ont faim
–    Dans les parlements, il n’y a que 21,4% de femmes
–    3 femmes sur 10 souffrent de violence physique ou sexuelle de la part de leurs partenaires
–    800 femmes meurent chaque jour pendant la grossesse ou en donnant naissance à un enfant quelque part dans le monde

Les principaux problèmes de santé concernaient l’électricité : avoir assez de lumière dans les cliniques ; seuls 24% des hôpitaux en Afrique ont de l’électricité et, dans d’autres pays, il y a peu d’électricité. Aussi, l’éclairage basé sur le carburant produit de multiples matériaux dangereux très mauvais pour la santé.  Solutions : que faisons-nous ?

-    Rendre universel l’accès à l’électricité
–    Doubler le taux global d’amélioration de l’efficacité énergétique
–    Développer une énergie durable
–    Développer des outils pour l’éducation à la santé

Une autre oratrice a parlé de l’importance de la technologie mobile pour aider les femmes dans les pays sous-développés. Elle pensait que des solutions innovantes étaient la clé du changement de style de vie des femmes. Les téléphones mobiles fournissent aux femmes l’accès à l’éducation, aux centres de santé, et l’indépendance. Ils aident à les intégrer dans l’égalité des sexes et, dans certains programmes, leur donnent des opportunités de faire des affaires.

Personnellement, le fait qui m’a surprise le plus, c’était que la technologie mobile pouvait aider les femmes qui ont peu d’accès à la vie sociale ou à l’éducation ou à des centres de santé. Pour cette raison, je pense que la technologie est très importante, spécialement dans ces pays, et il serait bon de continuer à enseigner à ces femmes comment utiliser un téléphone mobile pour améliorer leur vies, avoir un emploi, et avoir de meilleures relations avec leur communauté. »

 

DES FILLES PRENNENT LA PAROLE : INNOVER POUR L’ÉDUCATION DES FILLES

journee fillesLe 11 octobre l’ONU souhaitera la bienvenue à des filles du monde entier pour partager des stratégies en vue du changement et pour parler avec des gouvernements et des agences des Nations unies de la manière dont la communauté internationale peut soutenir leurs efforts.

‘Filles exprimez-vous’ participera en continu sur www.DayoftheGirlSummit.org (en anglais)

Pour plus d’informations, allez à : www.un.org/en/events/girlchild/ (choisir votre langue)

APPRENDRONT-ILS JAMAIS ? TOUS LES ENFANTS MÉRITENT UNE ÉDUCATION ET UNE INSTRUCTION

 

Malala Yousafzai

Malala Yousafzai

Les Nations unies vont fêter le 16e anniversaire de Malala Yousafzai le12 juillet. En cette journée spéciale, Malala s’adressera à un groupe de jeunes aux Nations unies à New York, elle leur parlera de l’importance de l’éducation. Cet événement, organisé par l’Envoyé spécial des Nations unies pour l’éducation mondiale, sera la première prise de parole publique de Malala depuis son rétablissement remarquable après l’attaque qu’elle a subie parce qu’elle plaidait pour l’éducation des filles.  Les Talibans du Pakistan ont essayé de faire taire Malala mais maintenant le monde entier entend sa voix.

Le jour de Malala, le groupe de plaidoyer des jeunes pour la première Initiative pour l’éducation mondiale présentera une résolution aux Nations unies. Leur déclaration, L’éducation que nous voulons, recommande six buts accessibles, y compris amener chaque enfant à l’école et garantir aux jeunes une voix dans la mise au point de leur éducation. Lisez le texte des jeunes et commentez-le sur www.worldwewant2015.org/node/352851 (choisissez votre langue: le français se trouve à la suite de l’anglais et de l’espagnol).


◊ White Ribbon (ruban blanc)
demande aux hommes
de ne jamais commettre de violence contre les femmes et les filles,
ni trouver des excuses à cette violence ou rester silencieux à son propos.
Cette campagne s’est étendue à plus de 60 pays.
www.whiteribbon.ca/what-can-you-do/  (en anglais)  ◊ 

11 OCTOBRE : CÉLÉBREZ LA PASSION ET L’ENGAGEMENT DES JEUNES FILLES

Photo par : Paul Walters

Les jeunes filles, victimes de discrimination à la fois pour leur genre et leur âge, sont le groupe le plus marginalisé de notre monde.

Le 19 décembre 2011, avec le soutien de pétitions venant de jeunes filles du monde entier, l’Assemblée générale des Nations unies a déclaré que le 11 octobre serait la journée internationale de la jeune fille, « pour aider à galvaniser dans le monde entier l’enthousiasme pour des objectifs en vue d’améliorer les vies des jeunes filles, en leur offrant une opportunité de faire preuve de leadership et d’atteindre leur plein potentiel. »

Voici quelques-uns des défis auxquels des jeunes filles font face :

ANALPHABETISME – D’ici 2015, les jeunes filles et les femmes constitueront 64% de la population adulte mondiale incapable de lire.

ABANDON DE L’ECOLE – Seules 30% des filles du monde sont inscrites dans une école secondaire.

MARIAGE FORCE – Dans les pays en développement, une jeune fille sur sept est mariée avant l’âge de 15 ans.

Apprenez davantage au sujet des problèmes auxquels les filles sont affrontées : plan-international.org/girls/ (en anglais)

Inscrivez-vous maintenant pour le Sommet virtuel de la journée de la jeune fille,

qui aura lieu le 11 octobre 2012 : dayofthegirlsummit.com/register/ (en anglais)

 

FEMMES PERSPECTIVE SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Enquête mondiale des femmes sur les questions de développement durable

Les femmes de l’ONU et la Fondation Rockefeller ont lancé une enquête mondiale sur le développement durable et la Conférence des Nations Unies pour le développement durable (CDD, ou Rio+20), visant à soutenir le Groupe des femmes de Rio+20 Major(WMG).

L’enquête vise à recueillir des entrées qui reflètent les divers points de vue des femmes dans le monde entier sur la question de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, et d’identifier les domaines d’intérêt et de convergence qui contribueront à les Rio+20 négociations et le cadre pour l’action. Il sera également collecter des informations sur les projets de femmes ayant réussi et les politiques de soutien pour mettre en valeur les initiatives qui peuvent être améliorées. En outre, WMG va utiliserles résultats de l’enquête à: préparer des documents de position et les synthèses;préconiser des délégués gouvernementaux, et proposer des ajouts et des modifications de texte, entre autres activités.

Participez à l’enquête (disponible en anglais, français et espagnol): http://www.surveymonkey.com/s/Rio20_Gender

 

UNE COMMISSION DES NATIONS UNIES SE FOCALISE SUR LES FEMMES RURALES : DES SŒURS DU NICARAGUA Y ASSISTANT

En mars Sandra Price (g.) et Lidia Roque Cantillano (dr.) ont voyagé vers New York City pour assister à la 56e session de la Commission de la condition de la femme, organe des Nations unies. Cette réunion s’est focalisées sur l’autonomisation des femmes rurales et sur leur rôle dans l’élimination de la pauvreté et de la faim, le développement et des défis actuels. Ce sujet répond particulièrement aux expériences de Sandy et Lidia, qui vivent et travaillent avec des communautés rurales au Nicaragua.

Sandy et Lidia partagent leurs impressions de la Commission : « Nous avons apprécié l’expérience du travail en groupes régionaux et le fait que nos contributions ont été reflétées dans le rapport résumé qui a été donné après la première session. Nous avons appris quelque chose des stratégies pour exercer un changement aux niveaux gouvernementaux dans notre pays, et l’importance du travail fait au niveau de la base aussi bien qu’aux niveaux local et national.

L’expérience nous a donné plus d’une perspective pour voir notre réalité locale dans un contexte global, ainsi qu’une appréciation des progrès réalisés par le Nicaragua dans le domaine de l’égalité des genres et dans certains programmes pour alléger la pauvreté et la faim. Nous avons aussi vu à quel point les progrès des gouvernements sont difficiles et lents lorsqu’il s’agit de s’occuper des nombreuses injustices et inégalités qui existent encore pour les femmes rurales en particulier, et d’y remédier. Nous sommes davantage conscientes des souffrances des femmes dans le monde et des interrelations entre les problèmes, les besoins et les victoires que les femmes ont obtenues. » Contactez Sandy et Lidia à price@sndden.org

CREATIVITE DES FEMMES DANS LA VIE RURALE : UNE INVITATION

La Fondation « Sommet mondial des femmes » prépare son 18e prix annuel pour la créativité des femmes dans la vie rurale. Elle veut honorer des femmes créatives et courageuses et des organisations dans le monde, qui travaillent à améliorer la qualité de vie dans les communautés rurales. Envisagez de nominer quelqu’un que vous connaissez. Date limite : 30 avril 2012http://www.woman.ch/index.php?page=nomination-guidelines&hl=fr_FR

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.