BONNES NOUVELLES POUR LES PERSONNES ET POUR LA PLANETE : LES ACCORDS DE PARIS ENTRENT EN VIGUEUR

11-16-2Les conditions pour l’entrée en vigueur de l’accord de Paris ont été atteintes le 6 octobre 2016. À ce jour, 76 des 197 membres ont ratifié les accords de la Convention. L’état actuel de l’accord est de 191 signataires et 81 Parties. Comme le taux exigé de 55% des émissions mondiales totales a été atteint, l’accord de Paris va maintenant entrer en vigueur le 4 novembre 2016. Cette motion marquera le début d’un long périple et l’engagement collectif de la communauté internationale pour sauver notre planète. Cliquez ici pour voir les pays qui ont ratifié l’Accord de Paris.
Lire la suite : http://bit.ly/2dp4RGl

Publicités

JOURNÉE INTERNATIONALE POUR L’ÉLIMINATION DE LA VIOLENCE À L’ÉGARD DES FEMMES : ORANGE LE MONDE : #ECOUTE MOI AUSSI

1« Ce n’est que lorsque la moitié de notre population représentée par les femmes et les filles pourra vivre à l’abri de la peur, de la violence et de l’insécurité, le monde ne pourra pas se vanter d’être juste et équitable. C’est ce que le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a déclaré lors d’un événement commémorant la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Cette journée est célébrée chaque année le 25 novembre pour sensibiliser le public à la violence sexiste. Le thème de la célébration 2018 est Orange le monde : #Ecoute moi aussi. La couleur orange attire l’attention de la communauté internationale sur le problème de la violence à l’égard des femmes, alors que l’hashtag a pour objectif d’amplifier le message des survivantes et des activistes et de le placer au centre de la conversation.

 

Vous trouverez ci-dessous des chiffres alarmants de l’ONU, mettant en évidence la prévalence de la violence à l’égard des femmes et des filles :

 

  • 1 femme et fille sur 3 sont victimes de violences physiques ou sexuelles au cours de leur vie, le plus souvent de la part d’un partenaire intime
  • Seules 52% des femmes mariées ou en union prennent librement leurs propres décisions en matière de relations sexuelles, d’utilisation de contraceptifs et de soins de santé.
  • Près de 750 millions de femmes et de filles vivant dans le monde étaient mariées avant leur 18e anniversaire dans le monde. Alors que 200 millions de femmes et de filles ont subi une mutilation génitale féminine (MGF)
  • 1 femme sur 2 décédées dans le monde a été assassinée par son partenaire ou sa famille en 2012 ; alors que seulement 1 homme sur 20 a été tué dans des circonstances similaires
  • 71% de toutes les victimes de la traite d’êtres humains dans le monde sont des 2femmes et des filles, et trois femmes sur quatre sont exploitées sexuellement
  • La violence à l’égard des femmes est une cause de décès et d’incapacité aussi grave chez les femmes en âge de procréer que le cancer et une cause de morbidité supérieure à celle des accidents de la route et du paludisme combinés.

Êtes-vous au courant de la campagne des 16 jours d’activisme contre la violence sexiste qui commence chaque année le 25 novembre et se termine le 10 décembre (Journée internationale des droits de l’homme)? Selon ONU Femmes, les 16 jours d’activisme sont une occasion de mobiliser l’action pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles dans le monde. Le thème de la campagne de 2018 est « Mettons fin à la violence sexiste dans le monde du travail ».

 Que pouvez-vous faire pour contribuer à mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles ?

Lire la suite :

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : https://bit.ly/2gHNrKvConvention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes : https://bit.ly/1ij0FKG

 

SOEUR JEANNETTE PIERRE-LOUIS : FAIRE CONNAÎTRE LA BIENVEILLANCE DE DIEU AU PEUPLE DE LA SAVANE, HAÏTI

#6

Soeur Jeannette et les femmes

 

Sœur Jeannette Pierre-Louis, Sœur de Notre-Dame de Namur, est d’abord allée des États-Unis à La Savane, en Haïti, en 2009, à la demande de Monseigneur Alix VERRIER, évêque du diocèse des Cayes. La Savane est l’un des 32 bidonvilles de la province des Cayes, avec une population d’environ 25 000 habitants (selon une étude réalisée en 2009 par une équipe interdisciplinaire de chercheurs). Haïti est décrit comme le pays le plus pauvre de l’hémisphère Nord. Le pays fait également face à des défis constants liés aux catastrophes naturelles, telles que les tempêtes tropicales, la foudre, les inondations, les tremblements de terre et les tsunamis. Ces facteurs exacerbent les conditions économiques et sociales déjà déplorables de la population. Les femmes à La Savane, comme dans de nombreuses régions d’Haïti, sont les plus touchées par les conditions économiques et sociales du pays. Beaucoup de ces femmes sont des mères célibataires et, avec peu ou pas d’éducation, la plupart d’entre elles ne peuvent subvenir aux besoins essentiels de leurs enfants. En conséquence, de nombreux enfants âgés de six ans à peine errent dans les rues en quémandant ou en cherchant de la nourriture dans des dépotoirs. Malheureusement, cette situation expose les enfants à des situations d’exploitation et de maltraitance.

Sœur Jeannette Pierre-Louis, SNDdeN, continue de répondre aux besoins des femmes et

#7

Les femmes apprennen à cuisiner

 

des enfants de La Savane depuis 2009. Elle gère le centre d’éducation familiale Notre Dame, où environ 120 femmes sont inscrites au programme d’alphabétisation de base, d’arts culinaires et de pâtisserie, de couture, broderie et art floral. Grâce aux compétences que ces femmes acquièrent au centre, elles sont en mesure de créer leur propre petite entreprise grâce à laquelle elles génèrent des revenus pour nourrir leur famille et payer les frais de scolarité de leurs enfants. Beaucoup d’entre elles confectionnent maintenant des uniformes pour leurs enfants et des vêtements pour elles-mêmes et leur famille. Environ 50 enfants âgés de 6 à 12 ans sont actuellement inscrits au centre d’éducation familiale de Notre Dame. Les enfants apprennent les bases de la lecture, de l’écriture et des mathématiques. En plus d’apprendre à lire et à écrire, les enfants participent à des activités sportives et à d’autres activités extra-scolaires. Ils reçoivent également un repas par jour.

#8

Les enfants viennent de manger

Grâce à la détermination de sœur Jeannette et au soutien des Sœurs de Notre Dame de Namur, des Associés de Notre Dame, des volontaires de Notre Dame Americorp et des donateurs, la plupart des enfants du Centre d’éducation familiale Notre Dame qui n’auraient probablement jamais eu la chance de vivre une éducation formelle, en bénéficient. Sœur Jeannette, très caractéristique d’une sœur de Notre-Dame, estime que « chaque enfant a droit à l’éducation parce que l’éducation est la clé d’un avenir meilleur ». Sœur Jeannette continue à prodiguer des soins affectueux et à témoigner de la bonté de Dieu envers les enfants, les femmes et hommes de La Savane, Haïti.

 

Regardez la vidéo de Sœur Jeannette Pierre-Louis, SNDdeN La Savane : https://bit.ly/2PvI4fc

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FILLE 2018 : « AVEC ELLE : UNE FORCE POUR LES FILLES QUALIFIEES »

#3La Journée internationale des filles est célébrée le 11 octobre de chaque année. L’objectif est d’autonomiser les filles et de mettre en lumière certains des défis auxquels font face les filles du monde entier. Des groupes de défense de la promotion des droits humains des filles sous les auspices du Sommet de la Journée des filles, ont organisé ces dernières années 11 journées d’action (une campagne de plaidoyer) afin de mettre en lumière certains des défis auxquels les filles sont confrontées et de promouvoir leurs droits humains. La campagne des 11 jours d’action commence le 1er octobre et se termine par la célébration de la Journée internationale des filles. Différentes ONG ou groupes d’ONG choisissent de parrainer l’événement pour chaque jour de la campagne, en se concentrant sur un thème particulier pour promouvoir l’autonomisation des filles. Cette année, SNDatUN a coparrainé l’événement du 2 octobre, avec la Société du Sacré-Cœur à l’ONU et Loreto à l’ONU. Nous avons organisé une discussion en ligne sur Twitter. “Le pouvoir de l’éducation pour la non-violence et l’égalité des sexes.”

 Voici quelques-uns des arguments que nous avons soulevés dans notre TWITTER CHAT :#4

 

  • « Sans éducation, une fille a peu d’options, elle peut être maintenue dans un cycle de pauvreté et aura du mal à gagner un revenu. »
  • « Nous avons besoin de filles éduquées pour assumer le leadership futur dans nos sphères sociale, politique et économique afin d’atteindre l’équilibre entre les sexes et de contribuer à apporter de nouvelles perspectives et à créer de nouvelles structures. »
  • « Seulement 22% des parlementaires du monde sont des femmes, nous avons 14 femmes chefs d’État dans le monde et les femmes ne représentent que 4,4% des 500 dirigeants les plus fortunés. »
  • « Les femmes instruites investissent plus de 90% de leurs revenus dans leurs communautés, contre 40% seulement des hommes. »
  • « L’éducation a un rôle central à jouer pour lutter contre les normes sociales négatives qui sous-tendent la violence sexiste »
  • « Une culture de non-violence contribue à maintenir les filles à l’école et à réduire considérablement les chances qu’elles soient utilisées comme arme de guerre (violées) ou victimes de trafic d’esclaves par des groupes armés. »
  • « Les filles continuent d’être l’un des groupes les plus discriminés au monde simplement parce qu’elles sont jeunes et de sexe féminin. Dans le monde, jusqu’à 50% des agressions sexuelles sont commises contre des filles de moins de 16 ans. »
  • « Une culture de non-violence aide les filles à vivre avec un sentiment de sécurité personnelle sur le chemin de l’école. »

Pour en savoir plus :

Journée internationale de la fille : https://bit.ly/1OpUEHQ

Sommet de la Journée des filles 2018 : 11 jours d’action : https://bit.ly/2OOHWu1

Des élèves de la Notre Dame Girls Académie, à Amoyo (Nigéria), parlent de l’éducation des filles : https://drive.google.com/file/d/1IJOBHnk-HvRk2x_pAKu-dpgLYMzLZyPX/view

JOURNÉE INTERNATIONALE POUR L’ÉLIMINATION DE LA PAUVRETÉ : « S’ASSOCIER AVEC LES PERSONNES LES PLUS RETARDÉES POUR CONSTRUIRE UN MONDE QUI ENGLOBE LE RESPECT UNIVERSEL DES DROITS ET LA DIGNITÉ DE L’HOMME »

#1Les Nations Unies commémorent chaque année la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté le 17 octobre. Le thème de la célébration de 2018 est le suivant : « S’associer avec les personnes les plus retardées pour bâtir un monde qui englobe le respect universel des droits et de la dignité de l’homme. » Plus de 700 millions de personnes dans le monde vivent encore dans une pauvreté extrême, avec moins de 1,90 dollars US par jour. (Banque mondiale). Outre l’exclusion économique, les personnes vivant dans la pauvreté souffrent également d’exclusion sociale et politique. Souvent, elles n’ont pas voix au chapitre dans la formulation des politiques qui ont un impact sur leur vie. Par conséquent, comme le dit l’adage, « si vous n’êtes pas à table, vous êtes au menu ». Ainsi, la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté offre aux personnes vivant dans la pauvreté la possibilité de prendre la parole pour parler de leur expérience de la pauvreté. Pour marquer l’événement à l’ONU, des femmes et des hommes vivant dans la pauvreté aux États-Unis et dans d’autres parties du monde ont été invités à s’adresser à l’instance mondiale sur le sort des personnes vivant dans la pauvreté.

 

Dans son allocution d’ouverture, Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies,1 a souligné ce qui suit : « Mettre fin à la pauvreté extrême n’est pas une affaire de charité, mais une question de justice. » Il a souligné ensuite que « La pauvreté n’est pas une fatalité. Ce n’est pas un état naturel d’être ou d’occurrence. C’est souvent le résultat des choix de la société. » Des études ont montré qu’il était possible d’éliminer l’extrême pauvreté au cours de ce siècle si les gouvernements faisaient preuve de volonté politique et y consacraient les ressources nécessaires. En signant les objectifs de développement durable en 2015, les dirigeants mondiaux se sont engagés à éliminer l’extrême pauvreté dans leurs pays respectifs. Il incombe maintenant aux citoyens de tous les pays de tenir leurs gouvernements responsables de cet engagement.

 

Alors que l’ONU célèbre son 70e anniversaire, depuis l’adoption du document historique sur les droits humains, la Déclaration universelle des droits de l’homme, il est naturel de souligner le lien qui existe entre pauvreté et droits de l’homme. L’accès à des services tels que les soins de santé de base, l’éducation, le logement, l’eau potable et l’assainissement est un droit humain que les gouvernements sont obligés de fournir à leur population.

 

Pour en savoir plus :

Regardez l’événement à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté à l’ONU: https://bit.ly/2yowM66

Pour mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030, nous devons lutter contre l’inégalité: https://bit.ly/2OJwfoq

Banque mondiale, septembre 2018, communiqué de presse sur l’extrême pauvreté: https://bit.ly/2qlSIdD

67ème CONFERENCE PNUD / ONG : « NOUS, LES PEUPLES : ENSEMBLE, TROUVER DES SOLUTIONS GLOBALES AUX PROBLEMES MONDIAUX

#5Le département de l’information et des relations avec les organisations non gouvernementales des Nations-unies a tenu sa 67e conférence annuelle au quartier général de l’ONU à New York, du 12 au 13 août 2018. Le thème de la conférence de 2018 était « Nous, les peuples : ensemble pour trouver des solutions globales aux problèmes mondiaux. » La conférence a attiré environ 2000 jeunes et moins jeunes représentants de plus de 300 ONG représentant environ 80 pays. Des représentants officiels du système des Nations-unies, des universitaires, des membres des médias, des décideurs de l’opinion publique, etc., étaient également présents à la conférence pour discuter de questions d’intérêt mondial.

La conférence DPI / ONG offre aux ONG l’occasion de donner une perspective mondiale à une question spécifique. L’objectif de la conférence de 2018 était de promouvoir le multilatéralisme pour relever les défis mondiaux. La conférence DPI / ONG de 2019 aura lieu à Salt Lake City (Utah, États-Unis).

 

Pour en savoir plus :

Cliquez ICI pour lire davantage sur la 67ème conférence DPI / ONG.

Le document final : https://bit.ly/2QdvPUv

73ème SESSION DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS-UNIES : « RENDRE LES NATIONS-UNIES PERTINENTES POUR TOUS : LEADERSHIP MONDIAL ET RESPONSABILITÉS PARTAGÉES POUR DES SOCIÉTÉS PACIFIQUES, ÉQUITABLES ET DURABLES. »

#3

Salle de réunion de I’ONU

L’Assemblée générale (AG), qui est l’un des six organes principaux des Nations-unies (ONU), réunit une représentation égale de tous les États membres de l’organisation. Chaque année, les chefs des 193 États membres des Nations-unies ou leurs représentants du monde entier se réunissent au quartier général à New York pour l’AG. L’Assemblée générale de 2018, également la 73ème session, aura lieu du 18 septembre au 5 octobre avec le thème : « Rendre les Nations-unies pertinentes pour tous : leadership mondial et responsabilités partagées pour des sociétés pacifiques, équitables et durables ». L’Assemblée générale est le principal organe de délibération, de décision et de représentation de l’ONU sur des questions telles que : la supervision du budget, la nomination du Secrétaire général et des membres non permanents du Conseil de sécurité, ainsi que de nombreux autres rôles. Pour la quatrième fois en 73 ans d’histoire de l’ONU, l’AG est dirigée par une femme, Mme María Fernanda Espinosa Garcés. Mme Garcés, qui est actuellement ministre des Affaires étrangères et de la Mobilité humaine de l’Équateur, a été élue comme 73e présidente de l’Assemblée générale le 5 juin 2018. La présidence de l’AG est un poste pour lequel les représentants des États membres votent habituellement chaque année.

Dans son discours d’ouverture de la 73ème session de l’Assemblée générale, Mme Garcés s’est engagée à utiliser son mandat pour amener l’organisation mondiale « plus proche du peuple et pour renforcer son sentiment d’appropriation et de soutien à l’ONU ».

Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des réunions de haut niveau de la 73ème

#4

Mme MFE Garcés

session de l’Assemblée générale des Nations-unies :

                                                                                                                                      

Pour en savoir plus :

Six choses à savoir sur la 73e session de l’Assemblée générale des Nations-unies : https://bit.ly/2NtsVOD

 

 

 

JOURNÉE MONDIALE DE LA PAIX : « LE DROIT À LA PAIX : LA DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’HOMME À 70 »

#1La Journée internationale de la paix est célébrée le 21 septembre de chaque année dans le monde entier. Selon l’Assemblée générale des Nations-unies, cette journée est consacrée au renforcement des idéaux de paix, à la fois au sein des nations et entre toutes les nations et tous les peuples. La paix n’est pas nécessairement l’absence de conflit. Une société véritablement pacifique ne peut être réalisée que si les droits humains des individus dans une société, indépendamment de leur appartenance ethnique, de leur sexe ou de leurs croyances, sont respectés et si leurs besoins fondamentaux sont satisfaits. Le thème de la Journée de la paix 2018 est le suivant : « Le droit à la paix : la Déclaration universelle des droits de l’homme à 70 ». Ce thème a été choisi délibérément pour refléter la célébration du 70e anniversaire de l’adoption (10 décembre 1948) de la Déclaration universelle des droits de l’homme (souvent décrite comme « un document marquant dans l’histoire des droits humains »).

Le 21 septembre, le Secrétaire général, Antonio Guterres, a présidé la cérémonie de la Journée internationale de la paix au Jardin de la paix de l’ONU à New York, avec la sonnerie traditionnelle de la cloche de la paix. Cliquez ICI pour regarder.

 

Ci-dessous le message du Secrétaire général Antonio Guterres à la Journée de la paix 2018 :

M. Guterres sonne la cloche de la paix

« Cette année, nous célébrons la Journée internationale de la paix alors que nous nous

#2

M. Guterres sonne la cloche de la paix

préparons à célébrer le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Ce document fondamental rappelle que la paix prend racine lorsque les gens sont libérés de la faim, de la pauvreté et de l’oppression et peuvent se bien porter et prospérer. Avec la Déclaration universelle des droits de l’homme comme guide, nous devons assurer la réalisation des objectifs de développement durable. Je vous encourage à prendre la parole. Pour l’égalité des sexes. Pour des sociétés inclusives. Pour l’action climatique. Faites votre part à l’école, au travail, à la maison. Chaque pas compte. Agissons ensemble pour promouvoir et défendre les droits de l’homme pour tous, au nom d’une paix durable pour tous. »

 

Pour en savoir plus :

Journée internationale de la paix : http://www.un.org/fr/events/peaceday/

Regardez la cérémonie de la Journée de la paix des Nations Unies : https://bit.ly/2pqhlW1