« CARRY ON » : C’EST-CE QUE NOUS FAISONS

N.B. Le texte anglais joue sur le verbe « to carry on » qui peut signifier, soit transporter des objets, soit continuer à avancer même dans des circonstances difficiles. Le premier paragraphe utilise le premier sens.

La cité de New York a 422 stations de métro dans son système de transport au service de plus de 8 millions de personnes. La plupart de ces stations ont des expositions permanentes d’art, entretenues par le programme « MTA Arts for Transit » (arts pour le transit de l’autorité des transports métropolitains) : mosaïques, céramique, tuiles, bronze, acier ou verre. J’ai découvert récemment une exposition intitulée « Carry on » montrant divers objets que les gens emmènent avec eux dans les rues de New York. Cette série de 194 silhouettes par l’artiste Janet Zweig embellit toutes les parois de tuiles de cette station de métro. En attendant mon train, j’ai été ravie du détail de ces silhouettes et de la manière dont cette artiste saisit des actions humaines aussi simples que le transport d’objets. (Apprenez plus sur http://www.janetzweig.com/public/06.html; texte en anglais et une dizaine de photos)

Persévérer, c’est ce que nous faisons toutes en avançant fidèlement dans notre vie quotidienne avec nos fardeaux parfois lourds dans les mains et en visant nos destinations. Celles d’entre nous qui sont à l’ONU voient des exemples de cette fidélité dans les délégué(e)s des pays, le personnel de l’ONU et des membres des ONG lorsqu’ils s’occupent de questions de notre temps aussi complexes que maintien de la paix, éradication de la pauvreté, égalité des genres, changement climatique, crise financière mondiale, migration et traite des humains. Même quand les négociations s’interrompent, que la technologie échoue à nous connecter, ou que les buts globaux semblent impossibles à atteindre, nous continuons à travailler ensemble pour trouver des solutions alternatives. Persévérer, c’est ce que nous faisons.

Voici ce que nous cherchons : une compassion qui peut se tenir
dans une crainte respectueuse
devant ce que les pauvres ont à porter,
plutôt que de juger la manière dont ils le portent.

Gregory Boyle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :