PROSTITUTION : CHOIX DE L’EMPLOI OU FORME D’ESCLAVAGE ?

Par Jo-Ann Flora, SNDdeN, déléguée de SND à l’ONU à la Commission sur la condition de la femme 59

Jo-Ann FloraLorsque 8.000 femmes de toute la terre arrivent dans la ville de New York en mars de chaque année, nous savons que c’est le moment de la Commission sur la condition de la femme à l’ONU. Cette année j’ai participé à plusieurs événements parallèles durant la première semaine de la commission. Je me suis concentrée sur les sessions qui traitaient de la traite des humains et de la prostitution. Il était encourageant d’apprendre ce que divers pays font pour mettre fin à la traite et pour aider les victimes à reconstruire leurs vies. Voici des exemples :

Campagne de l’Irlande « éteignez la lampe rouge »
www.turnofftheredlight.ie/ (en anglais)

Le modèle nordique
www.equalitynow.org/fr/UNECE

Plan australien pour réduire la violence envers les femmes
http://bit.ly/1ydq52G  (en anglais)

Un événement particulièrement intéressant fut présenté par la Coalition contre la traite des femmes : Vingt ans après Beijing : prostitution, traite sexuelle, et la quête d’égalité. Des intervenants de plusieurs pays, y compris des survivantes, ont parlé à partir de leur domaine de compétence – médecine, psychologie, activisme pour la justice sociale, plaidoyer pour les droits humains, etc. – sur les progrès effectués et de nouveaux modèles et solutions qui doivent encore être essayés.

Tout au long de la semaine, une distinction importante fut faite au sujet de la prostitution. D’un côté, des représentant(e)s de pays où la prostitution est légale ont dit comment leurs gouvernements la considèrent comme un choix respectable d’emploi pour les femmes. D’autre part, des orateurs et oratrices ont dit clairement que la prostitution doit être traitée telle qu’elle existe, non comme elle est imaginée.  « La prostitution est une violence envers les femmes et une forme d’esclavage. La légalisation peut être vue comme l’effort d’un pays pour aider l’esclave et rendre la vie plus agréable sur la plantation, mais la légalisation n’est pas capable d’éradiquer l’esclavage ni de fermer la plantation. Ces lois aboutissent parfois à réduire le dommage, mais elles échouent à changer le système. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :