FEMMES QUI RÉSISTENT À L’EXTRÉMISME RELIGIEUX : « LES VENTS DE LA FOLIE SONT EN TRAIN DE SOUFFLER »

Amarachi Grace EzeonuPar Grace Amarachi Ezeonu, SNDdeN, stagiaire au bureau de SND à l’ONU

Il n’y a pas de meilleure expression pour décrire l’insanité des extrémistes religieux que les paroles d’Elie Wiesel, survivant de l’Holocauste, qui décrit l’extrémisme comme les « vents de la folie ». En fait c’est le vent de la folie qui souffle actuellement à travers le monde, que personne n’est encore capable de dompter ni de contraindre alors qu’il étend son domaine. L’extrémisme religieux est souvent alimenté par un conflit continu, l’échec social, l’intolérance, un gouvernement faible, et d’autres facteurs. Au cours de la dernière décennie, il a mené à la mort et au déplacement de dizaines de milliers de personnes dans le monde, spécialement au Moyen-Orient et en Afrique. C’est aussi devenu une nouvelle forme de violence envers les femmes et les filles une tendance commune partagée par des organisations extrémistes comme Boko Haram et le soi-disant Etat islamique.  Non seulement les femmes sont la cible de violences, elles sont de plus en plus recrutées dans divers groupes religieux extrémistes.

Photo: Kathleen Caulderwood

Photo: Kathleen Caulderwood

Bien que les droits humains des femmes et des filles soient souvent violés par des extrémistes religieux, les femmes peuvent aussi agir comme agents du changement et elles peuvent jouer un rôle-clé dans la lutte contre l’extrémisme. Les femmes sont souvent une force sous-représentée dans beaucoup de traditions religieuses, et elles doivent être incluses dans les efforts pour créer une société saine, y compris des mouvements vers l’expression religieuse progressiste et l’égalité des genres dans diverses cultures.

Photo: Jamesdale10/Flicker

Photo: Jamesdale10/Flicker

Dans la lutte pour contrer l’expansion et l’effet destructeur de l’extrémisme religieux, les gouvernements, dirigeants religieux, dirigeants de communautés, et diverses parties prenantes doivent reconnaître le rôle et la valeur des femmes qui enrichissent leurs communautés par leur participation autonome. M. Nassir Abdulaziz Al-Nasser, représentant de l’Alliance de civilisation des Nations unies, a fait écho à l’assertion ci-dessus durant un débat thématique de haut niveau « sur la promotion de la tolérance et de la réconciliation : promouvoir des sociétés pacifiques et inclusives et contrer l’extrémisme violent », tenu au quartier général de l’ONU à New York les 21 et 22 avril.

Pour en savoir plus (en anglais) :   http://bit.ly/1Jf8SZm      http://bit.ly/1EIH1L1 


Dans une guerre d’idées, ce sont les gens qui sont tués.
Stanislaw Jerzy Lec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :