L’ONU : « UNE COMMUNAUTÉ DE LA RACE HUMAINE ! »

1

De gauche sont : Sœurs : Mary Akinyi (K), Patricia Shanahan (US), Adele Ndona (DRC), JuanaJacqueline Castillo Salvador (P), Fidelia Chukwu (N) Christiana Sidi (N), Florette Mbonzi (DRC), and Praxides Awino (K

Juillet 2018 a été un mois particulièrement occupé au bureau des SND à l’ONU à New York. L’ONU a organisé plusieurs conférences importantes, y compris le Forum politique de haut niveau (HLPF) sur les objectifs de développement durable (ODD). Le HLPF a été suivi par huit sœurs de Notre-Dame de Namur venant des États-Unis, du Pérou, du Nigeria, du Kenya et de la République démocratique du Congo. Les sœurs étaient aux États-Unis pour participer à la Conférence de la congrégation de mise en réseau pour la Mission qui a eu lieu à Boston avec la présence de plus de 300 sœurs de Notre-Dame de Namur, associés et collaborateurs de différentes parties du monde. Dans le cadre de l’expérience de la mission globale de notre congrégation, quelques-unes des sœurs sont venues à New York pour mieux connaître les Nations Unies et participer à la deuxième moitié du HLPF. Comme représentante d’ONG pour la congrégation à l’ONU, j’ai eu le privilège d’accueillir nos sœurs à New York pendant cinq jours et de leur partager quelque chose du travail de l’ONU et de la mission des Sœurs de Notre-Dame de Namur en tant qu’organisation non gouvernementale accréditée au Conseil économique et social des Nations unies.

Voici de courtes réflexions de certaines sœurs sur l’expérience de leur visite à l’ONU :

Praxides Awino et Mary Akinyi, SNDdeN – Kenya : «   Il était intéressant d’en savoir plus sur l’évolution des objectifs de développement durable et sur le programme mondial pour le changement qui met l’accent sur les trois dimensions de l’environnement, de l’impact social et économique sur les personnes dans les différents continents. Après différentes présentations, nous en sommes venues à comprendre que les Nations unies, comme organisation internationale, ont été fondées pour répondre aux objectifs de développement durable par la promotion des droits et du bien-être des individus.

En tant que Sœurs de Notre-Dame de Namur, nous sommes reliées à ce que l’ONU fait parce que nous sommes appelées à promouvoir la justice et la paix et le bien-être des gens que nous servons.

 Vision 2030, avec son slogan de «ne laisser personne en arrière » était clair d’après les rapports de tous les pays qui se sont réunis des différentes régions du monde. Toutefois, la question est si « ils prêchent l’eau et boivent du vin. » Cela fait une différence quand les dirigeants prêchent par l’exemple !

Il était évident que les jeunes n’ont pas été oubliés comme en témoigne la « Journée des 2compétences des jeunes 2018» qui a été célébrée. En tant que dirigeants actuels et futurs dans un monde en évolution rapide, les jeunes rassemblés pour l’événement ont partagé leurs espoirs, leurs défis et leurs frustrations. Une chose qui est ressortie clairement est le besoin de soutenir les jeunes par les compétences numériques nécessaires pour la transition vers le marché mondial futur.

Nous remercions les Sœurs de Notre-Dame de Namur pour l’occasion qui nous est donnée d’assister à la conférence et la Sœur Amarachi de nous avoir invitées au forum des Nations Unies. Dorénavant nous ne serons jamais plus les mêmes qu’en arrivant. Nous espérons pouvoir mettre en pratique ce que nous avons appris et entendu. Comme Nelson Mandela dit, «Cela semble toujours impossible jusqu’à ce que ce soit fait.»

Christiana Sidi, SNDdeN – Nigéria «Le fait d’assister à quelques sessions du Forum politique de haut niveau 2018 sur les objectifs de développement durable aux Nations unies, particulièrement à l’écoute des rapports sur les ODD, m’a interpellée pour faire un pas de plus. J’ai réalisé plus que jamais la nécessité pour moi d’enseigner et d’éclairer les sœurs dans mon unité, le personnel et les élèves dans nos écoles Notre-Dame après mon retour au Nigeria, me souvenant de l’appel à l’action dans la promotion et la réalisation de l’Agenda mondial 2030 dans notre pays.

3J’ai été frappée par les rapports de pays qui sont dans des situations économiques et socio-politiques similaires à celles de mon pays, le Nigeria. Il était très clair que nous sommes tous dans le même bateau en difficulté, quelle que soit la situation géographique, la race ou l’idéologie. Comme l’ancien premier ministre indien, Indira Ghandi disait, «la pauvreté est la pire forme de pollution.» Nous avons donc tous la responsabilité de faire des efforts pour l’éradication de la pauvreté et de l’ignorance dans notre monde.

Comme j’ai écouté des représentants de pays qui donnent des rapports sur leurs efforts vers la réalisation des ODD, j’ai été frappée de ce qu’il importe de rendre compte dans le processus. Les citoyens de tous les pays ont la responsabilité de tenir leurs gouvernements responsables de leur engagement à parvenir aux ODD en 2030.

Mon expérience à l’ONU confirme également ma croyance en l’interdépendance de la race humaine. Chaque personne est affectée positivement ou négativement par les actions ou l’inaction de l’autre. En quittant les Nations unies, je suis résolue à inculquer désormais les idéaux des Nations unies dans ma communauté, dans le travail et dans la vie quotidienne.

Je remercie les Sœurs de Notre Dame de Namur et sœur Amarachi Grace Ezeonu pour cette4 merveilleuse occasion à l’ONU. Nous formons effectivement une famille mondiale ! »

 SNDdeN JuanaJacqueline Castillo Salvador – Pérou .« C’était une expérience formidable d’en savoir plus sur tout le travail qui est fait à l’ONU. En me promenant dans l’environnement, mon cœur frémit fortement parce que les SOUVENIRS qui y sont gardés SONT DES SOUVENIRS VIVANTS de notre monde grand et fragile influencé par les actions de l’humanité. Je pouvais percevoir la force d’action qui émerge de l’ONU dans le monde entier, en particulier dans les pays qui composent l’organisation. Le travail de l’ONU est difficile et essentiel, et je veux continuer à travailler à ma place en participant à cette GRANDE COMMUNAUTE DE L’HUMANITE. »

Lire la suite : Déclaration ministérielle sur le FPHN 2018 : https://bit.ly/2Maq3FE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :