JOURNÉE INTERNATIONALE POUR L’ÉLIMINATION DE LA PAUVRETÉ : « S’ASSOCIER AVEC LES PERSONNES LES PLUS RETARDÉES POUR CONSTRUIRE UN MONDE QUI ENGLOBE LE RESPECT UNIVERSEL DES DROITS ET LA DIGNITÉ DE L’HOMME »

#1Les Nations Unies commémorent chaque année la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté le 17 octobre. Le thème de la célébration de 2018 est le suivant : « S’associer avec les personnes les plus retardées pour bâtir un monde qui englobe le respect universel des droits et de la dignité de l’homme. » Plus de 700 millions de personnes dans le monde vivent encore dans une pauvreté extrême, avec moins de 1,90 dollars US par jour. (Banque mondiale). Outre l’exclusion économique, les personnes vivant dans la pauvreté souffrent également d’exclusion sociale et politique. Souvent, elles n’ont pas voix au chapitre dans la formulation des politiques qui ont un impact sur leur vie. Par conséquent, comme le dit l’adage, « si vous n’êtes pas à table, vous êtes au menu ». Ainsi, la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté offre aux personnes vivant dans la pauvreté la possibilité de prendre la parole pour parler de leur expérience de la pauvreté. Pour marquer l’événement à l’ONU, des femmes et des hommes vivant dans la pauvreté aux États-Unis et dans d’autres parties du monde ont été invités à s’adresser à l’instance mondiale sur le sort des personnes vivant dans la pauvreté.

 

Dans son allocution d’ouverture, Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies,1 a souligné ce qui suit : « Mettre fin à la pauvreté extrême n’est pas une affaire de charité, mais une question de justice. » Il a souligné ensuite que « La pauvreté n’est pas une fatalité. Ce n’est pas un état naturel d’être ou d’occurrence. C’est souvent le résultat des choix de la société. » Des études ont montré qu’il était possible d’éliminer l’extrême pauvreté au cours de ce siècle si les gouvernements faisaient preuve de volonté politique et y consacraient les ressources nécessaires. En signant les objectifs de développement durable en 2015, les dirigeants mondiaux se sont engagés à éliminer l’extrême pauvreté dans leurs pays respectifs. Il incombe maintenant aux citoyens de tous les pays de tenir leurs gouvernements responsables de cet engagement.

 

Alors que l’ONU célèbre son 70e anniversaire, depuis l’adoption du document historique sur les droits humains, la Déclaration universelle des droits de l’homme, il est naturel de souligner le lien qui existe entre pauvreté et droits de l’homme. L’accès à des services tels que les soins de santé de base, l’éducation, le logement, l’eau potable et l’assainissement est un droit humain que les gouvernements sont obligés de fournir à leur population.

 

Pour en savoir plus :

Regardez l’événement à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté à l’ONU: https://bit.ly/2yowM66

Pour mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030, nous devons lutter contre l’inégalité: https://bit.ly/2OJwfoq

Banque mondiale, septembre 2018, communiqué de presse sur l’extrême pauvreté: https://bit.ly/2qlSIdD

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :