VOIX PARTICIPANTES À LA 61ème COMMISSION SUR LE STATUT DES FEMMES : DÉLÉGUÉES DE SND AT UN

Par Eileen Burns, SNDdeN du centre d’éducation Notre Dame, Lawrence, MA, États-Unis.2 Lorsque vous faites une tournée aux Nations Unies, on vous explique que vous n’êtes pas dans un pays, mais que vous vous trouvez sur un territoire international appartenant à toutes les nations. Cela m’a frappée avec force combien il fallait que l’ONU ait une place sur une terre consacrée aux conversations, au dialogue menant à des actions dans la poursuite de la paix. La 61ème session de la Commission de la condition de la femme a eu lieu à New York du 13 au 24 mars et environ 8 000 délégués sont venus de toute la planète pour y participer. Le thème était « Les femmes dans le monde du travail en mutation ». Nous sommes tellement heureuses d’être une organisation non gouvernementale accréditée à l’ONU, et la Sœur Grace Amarachi Ezeonu nous représente bien. J’ai pu assister à des séances plénières dans la salle de l’Assemblée générale, comme aussi à de multiples événements parallèles organisés par de nombreux pays et des événements parallèles organisés par la société civile. C’était un excellent cadeau pour moi d’assister et j’encourage d’autres personnes parmi nous à envisager de participer l’année prochaine.

Il y a une place

qui défie les limites

Où tous sont invités

A  montrer leur visage

 

Les femmes se sont rassemblées à l’ONU

Venant de près et de loin

Elles ont réfléchi à l’égalité entre les sexes

Et se demandent où et quand

 

Les idées et les actions entreprises ont été partagées

Dans la foi, ou sans la foi, les femmes se sont rassemblées

L’Esprit inspire des rêves ambitieux

 

Combien de temps, ô Dieu, combien de temps ?

Jusqu’à ce que les femmes fortes, les femmes faibles, toutes les femmes

soient mises en valeur et aimées

Pour qui chantent-elles leur chanson ?

————————————————————————-

 

Gabrielle Pascarella et Nahnsejay Mouwon sont toutes deux étudiantes infirmières à l’université de Seton Hall Collège of Nursing, South Orange, NJ, États-Unis.

3Par Gabrielle Pascarella : Mon expérience durant la 61e Commission des Nations Unies sur le statut de la femme fut vraiment une chose que je n’oublierai jamais. Nous avons été accueillies par les nombreux drapeaux ondulants représentant des pays du monde entier. Une fois à l’intérieur de l’ONU, nous avons vu notre première exposition. Il y avait un mur de réalisations faites par des femmes. Son but était de faire avancer le leadership des femmes et son importance. Sur ce mur de réalisations, apparaissaient aussi les photos des nombreuses femmes fortes du monde entier. Après avoir visionné cette exposition, nous avons pu assister à des événements parallèles distincts.

Le premier événement parallèle auquel nous avons assisté fut de voir les effets que l’alcool a sur les femmes physiquement et émotionnellement. Dans cette session, nous avons écouté les représentantes du pays du Botswana, elles ont parlé de différentes façons de combattre ce problème. Les intervenants ont discuté du lien entre l’alcool et la violence, ainsi que le lien entre l’alcool et le VIH. Certaines des statistiques qu’elles ont partagées ont été très ouvertes. La plupart des personnes concernées sont des jeunes femmes. Participer à cet événement parallèle a précisé qu’il y a dans le monde beaucoup de problèmes sur lesquels nous devons attirer l’attention.

Le prochain événement parallèle auquel nous avons assisté était mon événement préféré de la journée. Le sujet portait sur l’importance du rôle de la famille dans la vie d’une femme. Nous avons d’abord entendu un conférencier qui se concentrait sur la relation entre une femme et son père. Il a parlé de la façon dont les médias et certaines célébrités jettent une ombre sur la relation père-fille, alors qu’en réalité, il existe des statistiques pour montrer tous les avantages que cette relation peut offrir dans la vie d’une femme. À plusieurs égards, le conférencier lui-même, ainsi que l’auditoire, ont manifesté une4 pensée émotionnelle à propos de leurs relations personnelles père-fille et son importance. La prochaine conférencière de cet événement s’est concentrée sur l’unité familiale et sur la façon dont les parents devraient enseigner à leurs enfants, surtout leurs filles, un bon caractère. Elle a parlé de la façon dont les enfants des écoles apprennent une grande variété de sujets, mais aucun d’entre eux ne comprend comment avoir un bon caractère. Je crois que cet événement parallèle a été l’un des plus importants parce qu’il a parlé des problèmes auxquels beaucoup de participantes peuvent se rapporter. Elle  a également souligné que nous devons recruter davantage d’hommes dans la lutte pour l’égalité des femmes. Beaucoup de points et de recommandations auxquels ils ont répondu sont des choses que je ramènerai à mon unité familiale.

Je suis tellement honorée d’avoir participé à cette expérience incroyable. Avec un tel intérêt pour les soins de santé des femmes, cela a beaucoup contribué à voir certaines des questions auxquelles les femmes sont confrontées dans le monde entier. Cela m’a donné la détermination d’aider à lutter contre bon nombre de ces problèmes, et je vais certainement partager mon expérience avec les nombreuses femmes que je rencontre.

——————————————————————

Par Nahnsejay Mouwon : en tant qu’organe intergouvernemental mondial, la CSW favorise l’égalité entre les sexes et encourage les femmes à être responsables. Quelque chose que j’admire vraiment. Au cours de la 61ème Commission de la condition féminine, j’ai appris davantage sur la promotion des droits de la femme, sur la façon de documenter et de parler de la réalité de la vie des femmes dans le monde entier. L’idée de façonner les normes mondiales sur l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes est quelque chose qui, je crois, mérite une discussion mondiale et, à ce titre, je me sens honorée de faire partie de cette discussion.

SDGNous le réalisons grâce à des organisations comme CWS pour donner de l’espoir aux femmes et aux enfants du monde entier, les aider à prendre courage pour rendre le monde meilleur. Cette conférence devrait être la plate-forme idéale pour parler directement aux jeunes et aux femmes. En tant que personne ne qui se passionne pour les droits des femmes et l’égalité entre les sexes, je suis déterminée à enseigner aux autres ce que j’ai appris de la conférence. J’ai déjà commencé à parler de certains des principaux sujets décrits lors de la conférence. Je crois que lorsque les femmes commenceront à engager activement les décideurs en matière d’égalité des sexes, de violence sexuelle et d’autres sujets liés aux femmes, le monde deviendra un endroit bien meilleur.

 

LES NATIONS UNIES : REUNIR LES PERSONNES ET LES PROBLEMES POUR PROMOUVOIR UNE ACTION COLLECTIVE POUR UN MONDE DURABLE

Picture 1Leonore Coan, SNDdeN ; Déléguée de SNDatUN pour la 55e Commission pour le développement social : Au début de février (du 1er au 10 février 2017), les Nations unies ont accueilli la 55e session de la Commission pour le développement social. Le thème prioritaire pour la révision et le cycle de politique de 2017-2018 de la Commission pour le développement social serait “Stratégies pour l’éradication de la pauvreté pour atteindre le développement durable pour tous”. Le but ambitieux de la Commission est d’éradiquer toute pauvreté d’ici 2030.

Les sessions plénières de la Commission et les événements parallèles planifiés par le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU (en anglais UNDSA), en collaboration avec des membres d’organisations de la société civile (OSC) présentaient des informations pour développer des politiques pour les objectifs de développement durable et suggéraient des stratégies pour la mise en œuvre par les états membres de l’ONU.

C’était un privilège d’avoir une occasion de participer à des sessions de la Commission pendant les premiers jours de la réunion. J’ai été honorée de participer à quelques événements parallèles et à deux sessions plénières qui traitaient les problèmes des jeunes et des personnes handicapées.

 Les réunions auxquelles j’ai participé durant mes quelques jours traitaient l’inclusion des Picture 2jeunes, et spécialement des filles, dans la planification des programmes et des sessions de stratégie. Le fait d’inclure les jeunes dans les programmes de développement aura un impact sur la poursuite du développement futur. J’ai interprété ceci pour suggérer que des femmes qui participent à des sessions de planification et des développements de programmes dans leurs communautés respectives amènent des jeunes, spécialement des filles, aux réunions. Ils ne sont pas trop jeunes pour apprendre. Ce concept a été promu dans un événement parallèle sur “Femmes comme agents de changement dans la construction d’une société partagée” parrainé par Club de Madrid/UN Women/ UUNDESA/DSPD.

Picture 3Le vendredi matin j’ai observé la séance plénière où des représentants de plusieurs pays présentaient des déclarations préparées qui engageaient leurs états membres respectifs à l’inclusion de personnes handicapées dans le courant principal des prises de décisions pour le développement de bonnes communautés solides. A la fin des présentations prévues, un membre de la société civile demanda la parole. Cette personne était visiblement handicapée. Son exposé oral était hésitant à cause de difficultés d’élocution. Ce qu’il demandait des états membres était “une place à la table” pour l’inclusion dans ces séances de planification. Dans tous les exposés des états membres, il avait entendu la promesse d’inclusion fiscale et humanitaire grâce à un budget et une programmation, mais aucune mention d’inclusion physique. Sa déclaration fut clairement entendue.

Mon temps était limité mais l’ordre du jour de la 55e session de la Commission était et est étendu. A mesure que le temps passe, l’ordre du jour se développe. Traiter les problèmes présentés avec les 17 objectifs de développement durable, c’est l’œuvre de toute une vie pour chacun(e). En promouvant le travail des Objectifs, l’ONU espère arriver à une mise en œuvre réussie d’ici l’année 2030.

Pour en savoir plus : 55th Commission on Social Development ; http://bit.ly/2j9xFIM (en anglais)                                                                                                                                                          Civil Society Déclaration ;  Social Protection Floors as the Preeminent Strategy for eradicating poverty

 

PLEINS FEUX SUR LES QUESTIONS MONDIALES : PARTICIPATION AUX RÉUNIONS A L’ONU EN 2017

11-16A travers le Bureau ONG des Sœurs Notre Dame de Namur, les personnes intéressées sont en mesure de participer aux grandes réunions des Nations unies. Il n’y a pas de frais pour assister à ces sessions de l’ONU, mais les participantes sont responsables de leur logement, la nourriture et le transport tout en participant à la réunion. Des fonds sont disponibles pour aider les Sœurs de Notre Dame de Namur d’Amérique latine et d’Afrique. Si vous êtes intéressées à assister à une importante réunion de l’ONU à New York en 2017, contactez Grace Amarachi Ezeonu dès que possible à SNDatUN@sndden.org . Vous pouvez également suivre les réunions des Nations Unies par diffusion sur la toile  à http://webtv.un.org/.

 

  • 1er – 10 février 2017 : 56e Commission sur le développement social (NewYork)       Thème : « Stratégies pour l’élimination de la pauvreté pour réaliser les buts d’un développement durable »
  • 13 – 24 mars 2017 : 61e Commission sur la condition de la femme (New York)  Thème : L’autonomisation économique des femmes dans le monde du travail en mutation : http://www.unwomen.org/fr/csw/csw61-2017
  • 24 avril – 5 mai : 16ème forum permanent sur les questions des peuples autochtones (New York)

Thème : « Dixième anniversaire de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples : Les mesures prises pour mettre en œuvre la Déclaration « .

 

SOMMET DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU : LA SÉCURITÉ ET LA DIGNITÉ DES RÉFUGIÉS ET DES MIGRANTS

Refugees summit page en.pngL’ampleur du problème des migrants et des réfugiés vivant actuellement dans le monde est sans précédent. Selon des données de 2015 de l’Organisation des Nations Unies (ONU), le nombre des réfugiés et des migrants dans le monde s’élève à plus de 244 millions, (une augmentation de 41% par rapport à 2000). La migration est un problème mondial très complexe qui exigera des efforts concertés de la communauté internationale pour trouver des solutions réalistes et durables. L’ONU a pris la
responsabilité de mobiliser les États membres pour une action mondiale sur ce phénomène. Le 19 Septembre 2016, l’Assemblée générale de l’ONU organisera un Sommet de haut niveau, le premier jamais réuni pour les chefs d’Etat et de gouvernement sur les grands mouvements de réfugiés et de migrants « Large Movements of Refugees and Migrants » (en plusieurs langues dont le français). Les principales tâches du sommet comprendront des considérations concernant la meilleure façon pour la communauté internationale de répondre aux problèmes croissants des réfugiés et des migrants, et de formuler un plan pour l’amélioration des réponses internationales, régionales et nationales à la situation.

En tant que chef de file du Sommet du 19 Septembre, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon refugees.pngM. Ban Ki-moon, a publié un rapport en mai 2016, intitulé In Safety and Dignity : Addressing Large Movements of Refugees and Migrants « Dans la sécurité et la dignité : comment aborder les grands mouvements de réfugiés et de migrants. » Ce rapport fournit la matière de discussion pour le Sommet de septembre. Il appelle également à un cadre global pour faire face aux grands mouvements des migrants et des réfugiés, aux causes profondes de ces mouvements, et à la nécessité de protéger les droits fondamentaux des personnes contraintes de se lancer dans de tels voyages souvent périlleux.

Pour en savoir plus :

« J’attendais la récréation. Journal d’un enfant placé en détention » remporte      la      première édition du « Prix de la justice pour les enfants » :                                                      defenceforchildren.org (plusieurs langues dont le français).
La carte interactive montrant origins and destinations of migration 1990-2015      «        les origines et les destinations de migration 1990-2015 » permet de                                      sélectionner un pays et une année. Vous cliquez ensuite sur un autre pays pour                voir combien de ses habitants ont immigré dans ou émigré du premier pays                      durant la même année.

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX : LES ODD SONT LES FONDEMENTS DE LA PAIX

La journée internationale de la paix est observée le 21 septembre de chaque année. Laposter- Peace Day 2016 SDGs Fr.jpg paix n’est pas seulement l’absence de guerre. La paix positive n’est possible que lorsque les droits des individus dans une société donnée sont respectés et que tous peuvent satisfaire leurs besoins fondamentaux tout en garantissant leur bienêtre. La pauvreté engendre la violence. En tant que lauréat du prix Nobel de la paix 2006, Mohammad Yunus souligne de façon poignante :

     La pauvreté est l’absence de tous les droits humains. Les frustrations, l’hostilité et la colère        générées par une pauvreté abjecte ne peuvent soutenir la paix dans aucune société. Pour la        construction d’une paix stable, nous devons trouver des moyens de fournir aux gens                      l’occasion de vivre une vie décente.

Au bout d’un an dans le cycle de vie de l’Agenda global pour 2030, le Secrétaire général de l’ONU a choisi « Les objectifs de développement durable : les fondements de la paix » comme thème de la Journée internationale de la paix de cette année. Quelle meilleure façon pour nos gouvernements de construire un monde juste et pacifique que d’honorer l’engagement qu’ils ont pris vis à vis de leurs citoyens l’année dernière à pareille époque : mettre fin à la pauvreté, à la faim, fournir des soins de qualité, assurer l’éducation, …, d’ici 2030.

Pour en savoir plus sur la première année des ODD, cliquez sur un objectif pour plus de détails ; cliquez sur le rapport pour voir ce que les pays ont fait de cette première année : http://unstats.un.org/sdgs/report/2016 (en anglais)

FACILITER LE PLAIDOYER DE TERRAIN : OPPORTUNITÉS POUR ACTIVITÉS FUTURES

Par Nancy Rodriguez, étudiante de l’Université Pace parrainée par les Sœurs de Notre-Dame de Nancy Rodriguez.jpgNamur pour participer à la Commission sur la condition de la femme :  J’ai eu la chance de rencontrer beaucoup de gens incroyables et j’ai ai été grandement inspirée. Je veux travailler pour incorporer dans mes activités futures les histoires importantes et les leçons que j’ai recueillies à partir de cette expérience, parce que je suis vraiment passionnée dans le domaine des droits des femmes et de la justice sociale. Je vais continuer à tendre la main et à travailler avec un grand nombre de personnes que j’ai rencontrées en ces jours. J’espère prêter toute l’aide possible à des organisations comme la vôtre comme aussi aux gens merveilleux engagés dans la lutte pour les droits humains.

Pam Stoner.jpgPar Pamela Stoner, déléguée de SNDàl’ONU à la 60e Commission sur la condition de la femme : L’ampleur et la qualité des événements parallèles tenus chaque jour par les ONG près de l’ONU étaient tout à fait impressionnantes. J’ai particulièrement apprécié tous les différents événements dans le but non seulement d’informer, mais de former les participants pour le plaidoyer et l’activisme sur le terrain. Pour la deuxième année consécutive, les ONG et la Commission de la condition de la femme ont organisé des ateliers « Formation au plaidoyer » pour différentes régions du monde en anglais et en français, en se concentrant sur la façon dont l’ONU est structurée, comment elle fonctionne, et en fournissant un aperçu / boîte à outils pour la défense dans cet environnement. KADEM en Turquie nous a fourni le manuel et la feuille de route sur l’activisme civil. Des groupes sont axés sur l’utilisation des arts créatifs pour aider à transformer les victimes en survivants, d’autres utilisent les arts narratifs pour faire connaitre des histoires vécues au monde entier –  bien des idées concrètes pour aller de l’avant et encourager le changement.

Un autre monde est non seulement possible, mais en devenir.
Dans une journée tranquille, vous pouvez entendre sa respiration.
Arundhati Roy

CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES : INSPIRÉE PAR UNE FEMME EXTRAORDINAIRE

 aliu.jpgPar Priscilla Aliu, SNDdeN : Lors de mon dernier jour à la Commission de la condition de la femme (CSW), j’ai rencontré Mme Matoti du Libéria. Elle n’est pas allée à l’école et ne peut ni lire ni écrire. Elle m’a dit qu’elle est venue à CSW dans le but d’être la voix pour les personnes sans instruction. Elle aime parler pour les gens qui sont comme elle parce qu’elle sent qu’elle comprend leur situation d’une manière accessible seulement à une personne qui a le même passé.
Sans la capacité de lire ou d’écrire ou d’être assise entre les Matoti crop.jpgquatre murs d’une salle de classe, elle a fait des choses remarquables dans son pays. Elle a ouvert un orphelinat pour les enfants dont les mères sont mortes pendant la guerre de 1990 au Libéria. Elle a construit une école et une église près de l’orphelinat pour répondre aux besoins éducatifs et spirituels des enfants. Elle est aussi une agricultrice qualifiée et co-présidente de l’organisation coopérative d’agriculteurs qu’elle a fondée. Elle a fièrement remporté le trophée de l’agriculteur pour son pays. Tout à fait extraordinaire ! N’est-il pas vrai que selon l’adage nous sommes soit mutilées soit formées par les expériences de notre vie ? Conformément à l’enseignement « Intentional Creativity » (créativité intentionnelle), Mme Matoti a en effet transformé son histoire personnelle en une vie de réalisations et de guérison.