JOURNÉE INTERNATIONALE CONTRE LE TRAVAIL DES ENFANTS : NÉCESSITÉ D’AMÉLIORER LA SÉCURITÉ ET LA SANTÉ DES JEUNES TRAVAILLEURS ET DE METTRE FIN AU TRAVAIL DES ENFANTS

3La date du 12 juin est désignée par les Nations Unies comme la Journée mondiale contre le travail des enfants . L’ Organisation internationale du travail (OIT) définit le travail des enfants comme « travail qui prive les enfants de leur enfance, de leur potentiel et de leur dignité, et est nuisible au développement physique et mental d’un enfant. » Pour être considéré comme le travail des enfants, l’OIT soutient que le travail doit être « mentalement, physiquement, socialement ou moralement dangereux et nocif pour un enfant, et doit également interférer avec l’école d’un enfant, lui faire quitter l’école ou lui requiert de combiner la présence à l’école avec un travail excessivement long et lourd. » Plus de 2 millions d’enfants dans le monde entier, en particulier dans les pays en développement, sont engagés de force  dans les pires formes de travail des enfants , telles que : le travail dans des situations très dangereuses, l’esclavage, le trafic de drogue, la prostitution et les conflits armés, selon un récent rapport de l’OIT. Le thème de 2018 de la journée mondiale contre le travail des enfants est ; « Le besoin mondial d’améliorer la sécurité et la santé des jeunes travailleurs et de mettre fin au travail des enfants. »

Voici les faits et les chiffres d’un récent rapport de l’Organisation internationale du travail sur la situation du travail des enfants dans le monde entier.

  • Dans le monde entier 218 millions d’enfants âgés de 5 à 17 ans ont un emploi.
    Parmi eux, 152 millions sont victimes du travail des enfants ; près de la moitié d’entre eux, 73 millions, travaillent dans une activité dangereuse
  • En chiffres absolus, près de la moitié de la main-d’œuvre enfantine (72,1 millions) se trouve en Afrique; 62,1 millions en Asie et dans le Pacifique; 10,7 millions dans les Amériques; 1,2 millions dans les pays arabes et 5,5 millions en Europe et en Asie centrale.
  • En termes de prévalence, 1 enfant sur 5 en Afrique (19,6 %) est dans le travail des enfants, tandis que dans d’autres régions, la prévalence est de 3 % à 7 %: 2,9 % dans les Etats arabes (1 enfant sur 35) ; 4,1 % en Europe et en Asie centrale (1 sur 25) ; 5,3 % dans les Amériques (1 sur 19) et 7,4 % en Asie et dans la région du Pacifique (1 sur 14).
  • Près de la moitié de tous les 152 millions d’enfants victimes du travail est âgée de 5 à 11 ans. 42 millions (28 %) ont de 12 à 14 ans; et 37 millions (24 %) sont âgés de 15 à 17 ans.
  • Le travail dangereux des enfants est le plus répandu parmi les 15-17 ans. Néanmoins, jusqu’à un quart des enfants dans un travail dangereux (19 millions) sont des enfants de4 moins de 12 ans.
  • Parmi les 152 million d’enfants au travail, 88 millions sont des garçons et 64 millions sont des filles.
  • 58 % de tous les enfants au travail et 62 % de tous les enfants engagés à des travaux dangereux sont des garçons. Les garçons semblent faire face à un risque accru de travail des enfants que les filles, mais cela peut aussi être le reflet d’une sous-déclaration des travaux des filles, en particulier dans le travail domestique des enfants
  • Le travail des enfants est concentré principalement dans l’agriculture (71 %), qui comprend la pêche, la sylviculture, l’élevage de bétail et l’aquaculture dans un cadre d’ agriculture de subsistance et commerciale; 17 % travaillent dans les services; et 12 % dans le secteur industriel, notamment l’exploitation minière. 

 

ACTION : EXPRIME-TOI ! DEVIENS UN DÉFENSEUR CONTRE LE TRAVAIL DES ENFANTS !

Lire la suite : Convention relative aux droits de l’enfant : https://bit.ly/1fVlqsS

Convention concernant l’âge minimum d’admission à l’emploi ; https://bit.ly/1lNdlbG

Les pires formes de Convention du travail des enfants : https://bit.ly/1hZb7jb

Programme international pour l’abolition du travail des enfants : https://bit.ly/1m9ieZE

Publicités

VISITE À L’ONU : ÉTUDIANTES DE NOTRE DAME SEISHIN HIGH SCHOOL, HIROSHIMA, JAPON

4

Les étudiantes au bureau des SNDatUN NY

Ce fut un plaisir d’accueillir 12 élèves du lycée de Notre Dame Seishin, Hiroshima (Japon), au bureau de SNDatUN le 28 mars 2018. Elles étaient accompagnées de sœur Mary Corripio, SNDdeN et Mme Aoyama, un membre du corps professoral. Voici les commentaires de trois étudiantes sur l’expérience de leur visite. D’autres commentaires seront affichés sur le blog SNDatUN.

 

« Je vous remercie de nous avoir reçues à l’ONU J’ai été surprise d’entendre que les Sœurs se réunissent à l’ONU de partout dans le monde. Les problèmes de chaque pays sont différents, alors j’ai pensé que l’effort entrepris était excellent. Aussi, j’ai pensé que les objectifs de développement durable ODD) sont grands. Les ODD couvrent tous les problèmes de manière concrète. Lorsque nous atteindrons les ODD, tous les organismes vivants sur la terre mèneront une vie heureuse. Je tiens à participer aux efforts déployés pour   parvenir aux ODD de toutes façons utiles. » Ryoko Norishige

« De la visite à l’ONU, j’ai appris l’importance de travailler ensemble pour construire un monde meilleur. Avan de venir à New York je savais qu’il y avait beaucoup de problèmes tels que les réfugiés, les conflits et le réchauffement climatique dans le monde entier, mais l’écoute de vos paroles, puis la visite à l’ONU, la vie dans la diversité à New York m’ont permis de prendre conscience de ces problèmes plus étroitement. Je vous remercie de nous avoir donné l’occasion de réfléchir à nouveau sur cesproblèmes dans le monde. »  Ayaka Satani

« J’ai été très surprise du temps nécessaire pour entrer dans l’Organisation des Nations

5

Sr. Amarachi explique son travail aux NU aux étudiantes

Unies, l’autre jour. La porte de l’ONU est aussi difficile à franchir que la porte d’embarquement d’un aéroport et nous devions montrer notre passeport lorsque nous y sommes arrivées. Nous avons fait un tour d’information dans une salle de conférence, puiss avons entendu les explications, nous avons écouté l’exposé de la sœur qui travaille à l’Organisation des Nations Unies. Et puis, j’ai été attirée par elle et par sa manière de penser. Je veux essayer de travailler avec mes amis sur les dix-sept ODD dans le but de collaborer à une société durable. Je vous remercie beaucoup pour cette rencontre charmante. « Yuka Niimi

LES PERSONNES EN MOUVEMENT : « LA MIGRATION EST-ELLE UNE QUESTION FÉMINISTE ? »

3

Des femmes réfugiées avec leur bébé,  Photo de I’ONU

La quatrième série de négociations sur le Pacte mondial pour une Migration sans danger, régulière et ordonnée, a eu lieu du 14 au 18 mai. Les membres de l’organisation de la société civile ont toujours poussé pour intégrer la perspective spécifique au sexe dans toutes les sections du rapport. C’est pour cela que beaucoup croient que la migration est nécessairement un enjeu féministe. Aussi, les Fond de là Population des Nations Unies (FPNU) reconnaît la migration comme un enjeu féministe et suggère que la perspective sexospécifique soit prise en considération lors de l’élaboration des politiques sur les migrations. Voici les cinq raisons invoquées par les FPNU pour l’affirmation ci-dessus :

  • On compte environ 250 millions de migrants internationaux. Près de la moitié d’entre eux sont des femmes et des filles. Les femmes migrent de plus en plus seules ou comme chefs de leur famille.
  • Les femmes migrantes font face à des risques majeurs, y compris l’exploitation sexuelle, le trafic et la violence
  • Les femmes migrantes sont victimes de discrimination double en tant que femmes et migrantes
  • Les femmes ne cessent pas de devenir enceintes quand elles sont en mouvement
  • Les femmes et les filles migrante sont plus susceptibles de faire face à des problèmes de santé, tant en transit qu’une fois arrivées à destination.

Lire la suite :

Fonds de Population des Nations Unies : https://bit.ly/2rBKn6t

Pacte mondial sur les réfugiés et les Migrants : https://bit.ly/2s5RGTE

« JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE 2018 la COUVERTURE UNIVERSELLE DES SOINS DE SANTE : POUR TOUS ET, PARTOUT

1La couverture universelle des soins de santé (UHC) est un droit humain. Selon le directeur général de l’ Organisation mondiale de la santé (OMS), « aucune personne ne devrait devenir malade et mourir soit parce qu’elle est pauvres, soit parce qu’» elle ne peut  accéder à des services de soins de santé. » Malheureusement, un récent rapport par l’OMS indique qu’environ la moitié la population mondiale n’a toujours pas de couverture complète des services de soins de santé essentiels. Afin de mettre en évidence la question, la couverture de soins de  santé universelle a été commémorez le 7 avril lors de la  Journée mondiale de la santé 2018 . Elle décrit une couverture de soins de santé universelle comme moyen qui assure à tous les individus et les communautés les services de santé dont ils ont besoin sans souffrir des difficultés financières. Cela comprendrait l’éventail complet des services essentiels de soins de santé de qualité, la promotion de la prévention, le traitement, la réadaptation et les soins palliatifs.

 

ACTION : Des dirigeants du monde se  sont engagés en 2015 à travers les Objectifs de développement durable a fournir des soins de santé pour tous d’ici l’an 2030. Savez-2vous quels progrès ont été réalisés   par votre pays pour atteindre cet objectif ? Tout le monde peut s’engager pour la couverture universelle des soins de santé, donc vous aussi ! Faites entendre votre voix, commencez une campagne locale sur la CUS. Cliquez ici pour savoir ce que vous pouvez faire, pour vous renseigner sur cette question cruciale. Devenez un défenseur, surtout de ceux qui autrement ne peuvent se permettre des soins de santé dans votre pays !

Lire la suite :

Organisation mondiale de la santé : https://bit.ly/2IztW1r

Kit de plaidoyer téléchargez Journée mondiale de la santé :  https://bit.ly/2rCXC6n

OMS des faits à propos de la couverture maladie universelle : https://bit.ly/2jM1D4w

Infographique : https://bit.ly/2jLnGZe

 

SI CELA VOUS A ÉCHAPPÉ DANS NOTRE LETTRE DE NOUVELLES DE JANVIER :

012018 est le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH).

Connaissez-vous les droits de l’homme ? Etudiez la DUDH. Encouragez les autres à faire de même. Enseignez la DUDH à vos élèves. Cliquez ici pour télécharger une copie illustrée de la DUDH.

 ACTION : Se joindre à la campagne #standup4humanrights  et prendre l’engagement suivant :

  • Je vais respecter vos droits, peu importe qui vous êtes. Je respecterai vos droits, même quand je suis en désaccord avec vous
  • Lorsque les droits de l’homme de quiconque sont déniés, les droits de tous sont compromis, alors je vais ME LEVER
  • J’élèverai ma voix. Je vais agir. Je vais utiliser mes droits pour défendre vos droits.

 

Lire la suite :

Histoire de la Déclaration universelle des droits de l’homme ;  https://bit.ly/21duRWx

Campagne #Standup4humanrights : https://bit.ly/2HG6iDM

Ressources pédagogiques pour l’enseignement de la DUDH aux jeunes :  https://bit.ly/2w0XItE

INSTANCE PERMANENTE SUR LES QUESTIONS AUTOCHTONES : « DROITS COLLECTIFS DES PEUPLES AUTOCHTONES AUX TERRES, TERRITOIRES ET RESSOURCES »

6L’instance permanente des Nations unies sur les questions autochtones a eu lieu du 17 au 28 avril. Le thème du forum de 2018 était : « Droits collectifs des peuples autochtones aux terres, territoires et ressources. » « Les peuples autochtones sont héritiers d’une pratique unique de culture et de façons de faire respectueuses des personnes et de l’environnement. » Ils ont conservé des caractéristiques sociales, culturelles, économiques et politiques qui se distinguent de celles des sociétés dominantes dans lesquelles ils vivent. Plusieurs communautés autochtones de toutes les régions du monde ont été représentées au Forum. Beaucoup d’entre elles avaient la possibilité de présenter des déclarations sur des questions d’intérêt pour leurs différentes communautés.

Dans son allocution d’ouverture au forum, le Président de l’Assemblée générale de

7

Peuples autochtones à I’ONU.  Photo ONU

l’ONU, M. Miroslav Lajčák, a peint le sombre tableau de la situation des quelque 300 millions de populations autochtones du monde entier. Il a noté que, tandis que les peuples autochtones représentent environ 5 pour cent de la population mondiale, ils représentent 15 % des personnes les plus pauvres du monde. Une situation qu’il décrit comme « choquante ». M. Lajčák a également en évidence certains des défis auxquels font face les peuples autochtones en tant que droits humains tels que la marginalisation et la violence pour faire valoir leurs droits. En se concentrant sur le thème des terres autochtones, territoires et ressources, il a dit : « les peuples autochtones sont dépossédés des terres de leurs ancêtres qu’ils appellent leur « foyer », souvent par des agricultures intensives, des multinationales et des sociétés minières.

Selon un rapport récent de Conselho Indigenista Missionaria (Conseil missionnaire indigène – une filiale de la Conférence nationale des évêques du Brésil), certains des défis auxquels font face les collectivités autochtones du Brésil – et cela est vrai également de nombreuses communautés autochtones du monde entier – sont : le taux élevé de suicides, le manque de soins de santé, la mortalité infantile élevée, l’alcool et la drogue, le manque d’éducation autochtone et le manque de soutien général de l’État.

Pour en savoir plus :

Conselho Indigenista Missionaria rapport sur la violence contre les peuples indigènes au Brésil en anglais, espagnol et portugais : https://bit.ly/2F1w133

Nouvelles de l’ONU sur les droits fonciers des peuples autochtones : https://bit.ly/2H4EU1M

 

 

 

 

 

JOURNÉE DE LA TERRE MÈRE : « FIN DE LA POLLUTION PAR LE PLASTIQUE ! »

1Le 22 avril est la journée internationale de la terre mère. Le thème de la célébration pour 2018 est : « fin de la pollution plastique ». La journée internationale de la terre mère est célébrée pour rappeler à chacun de nous que la terre (et ses écosystèmes nous fournissent la vie et la subsistance. C’est notre responsabilité de prendre soin de la terre. La journée de la terre fournit également l’occasion de sensibiliser l’opinion publique dans le monde entier aux enjeux concernant le bien-être de la planète et toute la vie qu’elle prend en charge. Le thème de la célébration cette année est très opportun. Les déchets de matières plastiques sont devenus tellement omniprésents que notre mère la terre est presque « noyée dans l’océan de la pollution plastique ». Si vous regardez votre environnement, vous serez étonnés par le nombre d’éléments dans votre entourage qui sont faits de plastique. On estime qu’il y a plus de 150 millions de tonnes de plastique dans l’océan. La pluution plastique ne se limite pas à l’océan, la terre est aussi lourdement polluée. On dit qu’il faut en moyenne 450 années pour décomposer ces matières !

NOTRE ACTION : Disons NON, ou du moins décidons de minimiser l’utilisation des matières plastiques telles que les sacs à provisions, l’eau embouteillée, les pailles, gobelets et ainsi de suite. Plantons un arbre, si possible. Plantons quelque chose d’organique !

Concernant les objectifs de développement durable :Picture 2

Pour en savoir plus :

Programme des Nations Unies pour l’environnement :

https://bit.ly/2vvDIza

Les dirigeants de religions pour la paix appellent à agir pour protéger la terre : https://bit.ly/2qOIsdt (vidéo)

Journée internationale de la terre mère – animation : https://bit.ly/2FNeZLk (vidéo)

Plastic pollution primer and action toolkit : https://bit.ly/2IWbvo3