ODD 3 : LA SANTÉ MENTALE CRUCIALE POUR LE BIEN-ÊTRE DES FEMMES ET DES FILLES

11-16-7Par Katie Blawie : Pour la première fois dans l’histoire, l’ensemble des objectifs de développement durable des Nations Unies aborde directement la santé mentale et le bien-être. L’Objectif 3 vise à « assurer une vie saine et promouvoir
le bien-être pour tous à tous les âges ». L’Objectif 3.4 stipule que nous devons « d’ici 2030, réduire d’un tiers la mortalité prématurée de maladies non transmissibles par la prévention et le traitement, et de promouvoir la santé mentale et le bien-être ». Nous ne pouvons pas avoir de développement durable
si nous ne parvenons pas à donner la priorité au bien-être et à la santé – pas seulement physique, mais aussi mentale – avec des indicateurs mesurables solides.

Les politiques et les programmes de santé mentale dans tous les pays sontF_SDG_Icons-01-03
cruciaux pour rendre les femmes et les filles plus autonomes. La mauvaise santé mentale chez les femmes est une menace majeure pour le développement durable dans le monde entier. Les femmes et les malades mentaux sont deux groupes marginalisés dans la société. Lorsque ces deux facteurs sont combinés, l’exclusion devient encore pire. Kofi Annan a lancé un défi à la collectivité afin que tous les peuples du monde collaborent au leadership mondial et acquièrent une saine vision sur ces questions. Nous appelons tous les gouvernements à travers le monde à donner la priorité à la santé mentale,
au suivi des indicateurs et des politiques spécifiques et mesurables pour une plus grande prise de responsabilités des femmes et des filles dans notre agenda mondial pour le développement durable. Laissez-nous bien sûr reconnaître et confirmer que la fourniture d’opportunités économiques pour nos sociétés, et pour les femmes et les filles en particulier, améliore notre personne et le bien-être collectif. Améliorer la santé mentale des femmes et des filles soutient la santé mentale pour tous dans notre monde.

POUR UNE BONNE SANTÉ ET UNE SENSATION DE BIEN-ÊTRE, L’EDUCATION ET LES TRAITEMENTS SONT ESSENTIELS

11-16-5Par Rose Ndianefo, SNDdeN : Le Centre Médical de Notre-Dame à Amoyo, Nigeria, assure les consultations prénatales et les soins à l’accouchement, de même que la prise en charge des soins à l’enfance tels que : conseils sur le bénéfice de l’allaitement maternel exclusif; l’éducation sur la nutrition appropriée pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans;
suppléments nutritionnels pour les femmes enceintes et les enfants; l’éducation sanitaire sur le paludisme et la prévention de l’hépatite B, les tests et un programme de vaccination pour les nourrissons; la vaccination des enfants et des adultes contre l’hépatite B et
la méningite; le traitement des maladies telles que le diabète, l’hypertension, les infections des voies urinaires, le paludisme, la fièvre typhoïde, et bien d’autres lorsque le besoin s’en fait sentir. L’équipe comprend des médecins, infirmières, sages-femmes, agents de vulgarisation sanitaire communautaires, et des techniciens de laboratoire. Le Centre dessert environ 230 femmes, 200 nourrissons et enfants de moins de cinq ans et 350 adolescents et les adultes, y compris les enfants orphelins et vulnérables.

DERNIERES NOUVELLES : LES NATIONS UNIES SE SONT CHOISI UN NOUVEAU SECRETAIRE GENERAL

11-16-3L’Assemblée générale des Nations Unies, le 13 octobre 2016, a nommé M. Antonio Guterres comme nouveau Secrétaire général. La nomination de M. Guterres a été faite par acclamation sur la recommandation du Conseil de sécurité suite à l’adoption de la résolution lors d’une réunion privée.

De nombreux observateurs ont décrit le processus pour l’élection de M. Guterres comme le processus le plus transparent et ouvert dans l’histoire de l’élection d’un secrétaire général de l’ONU. Le processus comprenait un débat public à l’Assemblée générale en juillet. Les candidats pour le poste ont répondu aux questions de diplomates et membres de la société civile. Il y avait aussi plusieurs sondages organisés par le Conseil de sécurité. Beaucoup de ceux qui avaient espéré une femme Secrétaire générale étaient un peu déçus.
M. Ban ki-Moon a salué la nomination de M. Guterres, et l’a décrite comme « un excellent 11-16-4choix. » M. Guterres apporte à son nouveau rôle son expérience en tant qu’ancien Premier ministre du Portugal et responsable du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Il prendra ses nouvelles fonctions en tant que chef de l’ONU le premier janvier 2017, après que M. Ban ki-Moon ait terminé son mandat le 31 décembre.

Lire la suite : http://bit.ly/2ei1CpM

BONNES NOUVELLES POUR LES PERSONNES ET POUR LA PLANETE : LES ACCORDS DE PARIS ENTRENT EN VIGUEUR

11-16-2Les conditions pour l’entrée en vigueur de l’accord de Paris ont été atteintes le 6 octobre 2016. À ce jour, 76 des 197 membres ont ratifié les accords de la Convention. L’état actuel de l’accord est de 191 signataires et 81 Parties. Comme le taux exigé de 55% des émissions mondiales totales a été atteint, l’accord de Paris va maintenant entrer en vigueur le 4 novembre 2016. Cette motion marquera le début d’un long périple et l’engagement collectif de la communauté internationale pour sauver notre planète. Cliquez ici pour voir les pays qui ont ratifié l’Accord de Paris.
Lire la suite : http://bit.ly/2dp4RGl

COMITÉ DES NATIONS UNIES SUR LES ONG: PORTE D’ACCES AU STATUT CONSULTATIF

un-charter-frL’article 71 de la Charte des Nations Unies prévoit des consultations avec les organisations non-gouvernementales (ONG). Le Comité des Nations Unies sur les ONG UN Committee on NGOs se réunit deux fois par an pour examiner les demandes de statut consultatif des ONG et des rapports quadriennaux de ces ONG déjà accréditées auprès de l’ONU. En mai 2016, le comité a examiné 464 demandes, il a revu 426 rapports quadriennaux, et envoyé ses recommandations au Conseil économique et social pour approbation en juillet 2016. Malheureusement l’examen de nombreuses applications et rapports d’ONG a été reporté à plus tard, dans bien des cas après plusieurs années de retards répétés. Les membres du Comité sont l’Afrique du Sud, l’Azerbaïdjan, le Burundi, la Chine, Cuba, les États- Unis d’Amérique, la Fédération de Russie, la Grèce, la Guinée, l’Inde, l’Iran, Israël, la Mauritanie, le Nicaragua, le Pakistan, le Soudan, la Turquie, l’Uruguay et le Venezuela.

« VEILLER À CE QUE PERSONNE NE SOIT LAISSÉ EN ARRIÈRE: «CHAQUE PERSONNE, CHAQUE COMMUNAUTÉ DOIT ÊTRE COMPRISE »

patience-mpelaPar Patience Mpela, SNDdeN: J’ai été heureuse d’être présente à l’Organisationdes Nations Unies (ONU) pour le Forum 2016 de l’ONU de haut niveau politique (HLPF) sur les objectifs de développement durable (ODD) : 2016 UN High Level Political Forum (HLPF) on the Sustainable Development Goals (SDGs). Le thème du forum, qui a eu lieu du 11 au 22 juillet a été « Veiller à ce que personne ne soit laissé en arrière. » Le HLPF, je l’ai appris, est une plate-forme pour l’examen orienté vers la mise en oeuvre des ODD par les États membres. Vingt-deux pays ont passé volontairement en revue leurs progrès dans la mise en oeuvre des ODD lors du forum.
Il est impératif que les dirigeants africains, dans leurs pays respectifs, prennent la mise en oeuvre des ODD en 2030 très au sérieux. L’analphabétisme, les services de soins de santé
inadéquats, l’inégalité entre les sexes, le manque d’eau potable, le manque d’énergie, et qde nombreux autres défis, sont encore habituels dans de nombreux pays africains. Les dirigeants doivent être tenus responsables de leur engagement à atteindre les 17 ODD en 2030. Les organisations non gouvernementales (ONG) seraient bien avisées de se livrer à la surveillance des niveaux d’avancement réalisés par les gouvernements respectifs, dans la mise en oeuvre des ODD, tout en éduquant les citoyens sur les objectifs de sorte qu’ils puissent également se renseigner. Dans la mise en oeuvre des ODD, les gouvernements ne doivent pas se concentrer uniquement sur les villes. Chaque coin du pays et chaque individu doit être inclus tout en « veillant à ce que personne ne soit laissé en arrière. »

71e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES : en bref

un-logo-light-blueLes dirigeants des 193 États Membres des Nations Unies (ONU) se sont réunis à New York pour la 71e Assemblée générale (AG) 71st General Assembly de l’organisation du 19 au 21 septembre. Leurs délibérations portent principalement sur les points suivants : les réfugiés et les migrants, les objectifs de développement durable, et l’accord de Paris sur les changements climatiques.

Year 1: Event to mark the anniversary of the adoption of the 2030 Agenda  and the Sustainable Development Goals
Le Sommet de haut niveau sur les réfugiés et les migrants, “New York Declaration on Refugees and Migrants » tenu le 19 septembre, a été le premier de son genre demandé par l’Assemblée générale à des chefs d’États et de gouvernements afin qu’ils agissent sur les importants mouvements de réfugiés et de migrants. Selon un site web des Nations Unies ce fut « Un moment décisif pour renforcer la gouvernance de la migration internationale et une occasion unique pour la création d’un système organisé et responsable pour répondre aux grands mouvements de réfugiés et de migrants. » L’AG a adopté une résolution appelée « Déclaration de New York sur les réfugiés et les migrants » durant cette réunion au sommet. Le président des Etats-Unis, Barack Obama, a également accueilli le Sommet des leaders sur les réfugiés le 20 septembre L’objectif de ce sommet était de faire appel aux gouvernements pour promettre de nouveaux engagements importants en ce qui concerne les réfugiés. La journée du 20 septembre a été consacrée à la réalisation des « objectifs de développement durable » Sustainable Development Goals , que les États membres ont adoptés à cette époque l’année dernière. Enfin, les délibérations sur l’Accord de Paris sur les changements climatiques Paris Agreement on Climate Change ont eu lieu le 21septembre. Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a invité les Etats membres à ratifier, accepter, ou s’engager publiquement à ratifier l’accord. Jusqu’à présent, soixante pays ont ratifié l’accord. Ces 60 pays sont responsables de 47,76% des émissions mondiales de gaz. L’Accord de Paris entrera en vigueur le 30e jour après la date à laquelle au moins 55 parties de la convention (responsables d’une proportion estimée de 55% du
total mondial des émissions) auront ratifié l’instrument. Les objectifs majeurs de cet accord incluent la limitation de l’augmentation globale de température à un maximum de 2 degrés Celsius et l’allocation annuelle de 100 milliards de dollars US au financement du climat pour les pays en développement d’ici 2020.