L’APPEL POUR METTRE FIN À LA PAUVRETÉ : UN CHEMIN VERS DES SOCIÉTÉS PACIFIQUES ET INCLUSIVES

2L’extrême pauvreté est une violation des droits de l’homme. Le 22 décembre 1992, l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU), dans sa résolution 47/196, a déclaré le 17 octobre Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Le thème de la célébration de 2017 est «Répondre à l’appel du 17 octobre pour mettre fin à la pauvreté: un chemin vers une société pacifique et inclusive». L’observance du 17 octobre s’inspire de l’appel à l’action du père Joseph Wresinski, fondateur du Mouvement international ATD. Quart monde, une organisation non gouvernementale qui vise à éradiquer l’extrême pauvreté à travers une approche fondée sur les droits de l’homme. Depuis l’adoption de cette résolution, des progrès ont été accomplis vers l’éradication de la pauvreté dans le monde. Pourtant, un travail important en direction de cet objectif demeure.

Il y a suffisamment de ressources dans le monde pour une allocation équitable à chaque 1individu, mais des millions de personnes vivent dans l’extrême pauvreté. Cet événement est dû au fait que seule une poignée de la population mondiale contrôle l’essentiel des ressources mondiales, laissant la majorité de la population mondiale dans la pauvreté. Un rapport récent d’Oxfam International illustre clairement cette triste situation. Selon ce rapport publié par Oxfam  en janvier 2017, intitulé Une économie pour les 99%, huit hommes possèdent la même richesse que les 3,8 milliards de personnes qui constituent la moitié la plus pauvre de l’humanité. Ce n’est tout simplement pas acceptable ! Comme l’a déclaré l’ancien président des États-Unis, Barack Obama, à l’Assemblée générale des Nations Unies en 2016, « un monde où 1% de l’humanité contrôle autant de richesse que les 99% inférieurs ne sera jamais stable ».

En 2015, les dirigeants du monde, sous les auspices des Nations Unies, se sont engagés à éradiquer l’extrême pauvreté d’ici 2030 en adoptant les objectifs de développement durable, l’objectif premier étant l’éradication de la pauvreté.

Lire la suite :

Message de l’UNSG sur la pauvreté https://youtu.be/GQ_ehELVScY

Une économie pour les 99% : http://bit.ly/2lEsAer

La pauvreté est politique : ces 3 choses nous aideront à l’éliminer : http://bit.ly/2yzT31B

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES: 72EME SESSION DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

1Tous les ans, les chefs de gouvernement des 193 États membres des Nations Unies se réunissent au siège de l’organisation à New York pour l’Assemblée générale (AG). L’Assemblée générale (l’un des six organes de l’ONU) est la seule occasion qui rassemble les dirigeants de tous les États membres. La session de 2017 de l’Assemblée générale, qui était la 72ème depuis la création de l’ONU, s’est tenue du 12 au 28 septembre.

Qu’est-ce que l’Assemblée générale?  Voici quelques faits sur l’Assemblée générale et un coup d’œil rapide.

(Extrait du site Web de l’ONU).Créée en 1945, l’Assemblée générale est le cœur démocratique de l’ONU.L’Assemblée générale comprend 193 États membres. Chacun a une voix égale dans la prise de décision.Elle aborde les problèmes urgents qui touchent des millions de personnes; Paix et sécurité, Droits de l’homme, Développement, et bien d’autres 2… Il nomme le Secrétaire général de l’ONU. Et élit les membres non permanents du Conseil de sécurité  L’Assemblée générale est l’endroit où les décisions clés touchant tous les États membres sont prises. Plus de 500 traités ont été établis  sous les auspices de l’Assemblée générale. La Déclaration universelle des droits de l’homme a été convenue en 1948. Les objectifs de développement durable de 2015 ont été approuvés par l’Assemblée générale comme moyen d’éradiquer la pauvreté et de lutter contre le changement climatique d’ici 2030

La 72ème Assemblée générale a mis en place  une cérémonie de signature du nouveau Traité visant à interdire les armes nucléaires et un débat général sur ce qui suit: Réforme de l’ONU, Changement climatique Prévenir l’exploitation et les abus sexuels et l’autonomisation économique des femmes.

Un certain nombre de points chauds internationaux concernant  la République centrafricaine, le  Soudan du Sud et le  Yémen ont également joué un rôle important  lors  de la 72ème Assemblée générale.

Lire la suite: Assemblée générale des Nations Unies; ; http://www.un.org/en/ga/

 

2017 POLITIQUE DE HAUT NIVEAU FORUM SUR LES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE : « ÉLIMINER LA PAUVRETÉ ET PROMOUVOIR LA PROSPÉRITÉ ÉCONOMIQUE DANS UN MONDE EN MUTATION »

1Le Forum de haut niveau politique (HLPF) sur le développement durable High Level Political Forum (HLPF) on Sustainable Development  est la principale plate-forme pour le suivi et l’examen de la mise en œuvre des objectifs de développement durable Sustainable Development Goals par les États membres des Nations Unies et ses institutions spécialisées. Le thème central du thème  de la HLPF qui a eu lieu à Redbourn du 10 au 19  Juillet était « éradiquer la pauvreté et promouvoir la prospérité dans un monde en mutation ». Les objectifs suivants, y compris l’objectif 17 (moyens de mise en œuvre) ont été examinés au cours du forum :

Objectif 1. Fin de la pauvreté sous toutes ses formes partout.

Objectif 2. Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire et améliorer la nutrition et promouvoir une agriculture durable.

Objectif 3. Assurer une vie saine et promouvoir le bien-être pour tous à tous les âges.

Objectif 5. Assurer l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles.

Objectif 9. Construire une infrastructure résiliente, promouvoir l’industrialisation et favoriser l’innovation inclusive et durable.

Objectif 14. Conservation et utilisation durable des océans, des mers et des ressources marines pour le développement durable.

Dans le cadre des mécanismes de suivi et d’observation, les États membres de l’ONU sont encouragés à examiner régulièrement les progrès tant au niveau national que sous-national. Ces examens sont effectués sur une base volontaire, et encouragés par les pays. Parmi les 43 pays qui ont déjà mené volontairement leur examen sur les ODD nationaux au cours du forum 2017 figurent le Nigeria, le Kenya, la Belgique, le Brésil, le Pérou, le Japon et le Zimbabwe. Les membres des organisations de la société civile, les agences des Nations Unies, le secteur privé, des universités et d’autres parties prenantes ont participé activement au forum.

Lire la suite : En savoir plus : l’adresse du Secrétaire général Antonio Guterres et l’analyse du professeur Jeffrey Sachs sur « l’état du monde » au HLPF : http://bit.ly/2ux9NFf

Forum de haut niveau politique sur le développement durable : http://bit.ly/1dNceHw

LA CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES OCEANS: « SAUVEZ NOS OCEANS »

#1L’impact des activités humaines sur la santé des océans et des mers et le besoin urgent d’action pour protéger cette partie de notre planète ont fait l’objet d’une discussion lors de la toute première Conférence des Nations Unies sur l’océan qui a eu lieu à New York du 6 au 9 juin. Dans son discours d’ouverture à la conférence, le Secrétaire général de l’ONU, M. Antonio Guterres, a appelé les gouvernements et d’autres parties prenantes à collaborer davantage pour protéger les océans. Selon M. Guterres, «l’amélioration de la santé de nos océans est un test du multilatéralisme et nous ne pouvons pas nous permettre d’échouer». Il a exhorté les gouvernements à allouer les fonds promis pour le Programme de Développement durable de 2030, l’Accord de Paris sur les changements climatiques et l’agenda de l’action d’Addis Abeba, ainsi que d’améliorer la collecte de données et de partager leurs meilleures expériences.

Le président de l’Assemblée générale des Nations Unies, M. Peter Thomson, a également#2 joint sa voix à l’appel pour protéger les océans. Il a fait appel aux participants à la conférence en ces mots : « Nous sommes ici au nom de l’humanité, pour rétablir la durabilité, l’équilibre et le respect de nos relations avec notre mère primitive, la source de la vie, l’Océan « . M. Thomson a qualifié «d’inexcusables» des actions telles que le dumping (la décharge) de l’équivalent d’un gros camion à ordures de plastique dans les océans chaque minute. D’après les experts ceci conduirait à diminuer les stocks de poissons jusqu’au point d’effondrement et détruirait la vie marine par acidification et désoxygénation.

L’océan joue un rôle essentiel dans la santé et le bien-être des humains et d’autres espèces, car il génère de l’oxygène et absorbe le dioxyde de carbone de l’atmosphère. Cependant, les activités humaines telles que le déversement de déchets dans les océans et les mers menacent la santé de l’océan et de la mer (et notre santé aussi). La nécessité de protéger l’océan n’a jamais été aussi urgente, car nous faisons face aux défis sans précédent du changement climatique.

Voici quelques faits fondamentaux que vous devez connaître à propos de l’océan et de la mer.

Document de Sea Change Project (www.seachangeproject.eu)

*L’océan est le système de soutien à la vie sur la planète Terre: L’océan joue un rôle fondamental dans le soutien de la vie sur terre en réglementant notre climat. Il le fait en stockant et en transportant d’énormes quantités de chaleur, d’eau et de gaz à effet de serre (comme le dioxyde de carbone). En absorbant la chaleur ainsi que de grandes quantités de dioxyde de carbone, l’océan diminue les effets du changement climatique sur terre. Cependant, cela coûte cher à la santé des océans et donc à la santé humaine. Nous pouvons réduire le stress que nous mettons sur l’océan et limiter les changements climatiques en réduisant notre empreinte carbone (mesure de l’impact environnemental en unités de dioxyde de carbone).

 * « Fruits de mer et santé humaine »: depuis l’antiquité, la pêche et l’aquaculture (élevage de poissons, crustacés et plantes aquatiques) ont été une source importante de nourriture. Ces activités offrent également des avantages économiques à des millions de personnes engagées dans la récolte, la culture, la transformation et le commerce le long des rivages du monde et des cours d’eau. Aujourd’hui, nous sommes confrontés au défi de la demande croissante pour les fruits de mer avec une diminution des captures de la pêche maritime mondiale. Par conséquent, des pêcheries bien gérées sont essentielles pour continuer à fournir de l’alimentation dans le futur.

 * Pollution marine et santé humaine: bon nombre de nos déchets se retrouvent dans la mer. Cela comprend des déchets visibles et invisibles tels que des produits chimiques provenant de produits de soins personnels et de produits pharmaceutiques que nous évacuons par nos toilettes et nos égouts. Une fois dans la mer, ces polluants peuvent se déplacer dans l’océan, mettant en danger la vie marine par l’enchevêtrement, l’ingestion et l’intoxication.

 * L’océan est aussi un trésor pour la médecine humaine: l’océan abrite une vaste variété d’organismes, diversifiés dans leurs adaptations au milieu marin. Les organismes marins produisent une abondance de produits naturels pour se défendre contre les prédateurs, pour localiser leurs congénères, pour communiquer entre eux et pour obtenir l’espace et la nourriture nécessaire. Beaucoup de ces composés n’ont pas d’équivalent sur terre et sont uniques en termes de structure chimique et d’activité biologique. Il existe 7 médicaments dérivés du monde marin en usage clinique; Trabectedin, Equilum Mesylate, Cytarabine, Brentuximab, Ziconotide, Vidarabine, les acides gras omega-3-

 * La mer contribue à notre bien-être physique et mental: passer du temps au bord de la mer a longtemps été associé à des avantages pour la santé et à un sentiment de bien-être. Reconnaissant l’importance de l’influence de la mer sur notre santé mentale et physique, le concept Blue Gym se réfère à l’utilisation de l’environnement côtier spécifiquement pour promouvoir la santé et le bien-être en augmentant l’activité physique, en réduisant le stress et en construisant des communautés plus fortes.

Lire la suite : Conférence Sur Les Océans ;   http://bit.ly/2r4ajW0

COLLABORATION POUR LE BIEN : VISITE DE LA RESPONSABLE DE LA CONGREGATION DES SOEURS DE NOTRE DAME DE NAMUR AU BUREAU DES SND A L’ONU

1Par Teresita Weind SNDdeN, responsable de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de Namur s’exprime : Il y a une grande différence entre parler des problèmes du monde, être aspirée dans un gouffre de désespoir et être ensemble avec des personnes déterminées à se rencontrer et à collaborer à des changements positifs pour le bien de notre planète et de nos peuples. Sœur Grace Amarachi Ezeonu, SNDdeN, notre représentante de l’ONG aux Nations Unies, a choisi quelques événements pour que nous puissions participer pendant ma visite au siège de l’ONU durant la première semaine de Pâques. Les trois événements ont porté sur les changements positifs, avec « Youth Voices on Substance Abuse » la voix des jeunes sur l’abus de substances toxiques. Les panélistes académiques ont abordé la reprise de la politique nationaliste et les implications politiques sur la migration et ont participé à un dialogue interactif sur l’harmonie avec la nature. Grace Amarachi est au septième mois de ce ministère à l’ONU, elle travaille avec des collègues et des comités à l’ONU, elle noue des contacts avec nos provinces dans le domaine de la justice sociale. Notre Congrégation remercie Grace Amarachi qui se consacre à des changements positifs et à la guérison de notre monde blessé. Merci, Grace Amarachi.

JOURNÉE MONDIALE DE L’EAU : « POURQUOI LES EAUX USÉES ? »

InicefLe 22 mars a été Journée mondiale de l’eau. Selon une source de l’ONU, plus de 1,8 milliard de personnes dans le monde utilisent encore des sources d’eau potable contaminées par des matières fécales. Cela les expose au risque de contracter le choléra, la typhoïde, la poliomyélite, la dysenterie et d’autres maladies d’origine hydrique. Dans de nombreuses régions du monde, les femmes parcourent des UNICEF/NYHQ2012-2002/Shehzad Nooran kilomètres pour aller chercher de l’eau à des fins domestiques. Cela les expose parfois au risque d’attaques ou d’agressions sexuelles. Beaucoup de filles dans les communautés rurales manquent encore à l’école parce qu’elles doivent marcher de longues distances pour aller chercher de l’eau.

L’accès à une eau saine et propre est un droit de l’homme. En 2015, les 193 Etats SDG 6Membres des Nations Unies ont adopté les 17 Objectifs de développement durable qui incluent l’accès à l’eau potable et à l’assainissement (Objectif 6). La cible 6.3 de la SDG nous oblige, d’ici 2030, à « améliorer la qualité de l’eau en réduisant la pollution, en éliminant le déversement et en réduisant au minimum la libération de produits chimiques et de matériaux dangereux ». Douche pendant trop longtemps : n’oubliez pas la question de l’ONU : « Pourquoi l’eau usée ? »

Cliquez ici pour télécharger une Fiche d’information sur l’eau.

LES NATIONS UNIES : REUNIR LES PERSONNES ET LES PROBLEMES POUR PROMOUVOIR UNE ACTION COLLECTIVE POUR UN MONDE DURABLE

Picture 1Leonore Coan, SNDdeN ; Déléguée de SNDatUN pour la 55e Commission pour le développement social : Au début de février (du 1er au 10 février 2017), les Nations unies ont accueilli la 55e session de la Commission pour le développement social. Le thème prioritaire pour la révision et le cycle de politique de 2017-2018 de la Commission pour le développement social serait “Stratégies pour l’éradication de la pauvreté pour atteindre le développement durable pour tous”. Le but ambitieux de la Commission est d’éradiquer toute pauvreté d’ici 2030.

Les sessions plénières de la Commission et les événements parallèles planifiés par le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU (en anglais UNDSA), en collaboration avec des membres d’organisations de la société civile (OSC) présentaient des informations pour développer des politiques pour les objectifs de développement durable et suggéraient des stratégies pour la mise en œuvre par les états membres de l’ONU.

C’était un privilège d’avoir une occasion de participer à des sessions de la Commission pendant les premiers jours de la réunion. J’ai été honorée de participer à quelques événements parallèles et à deux sessions plénières qui traitaient les problèmes des jeunes et des personnes handicapées.

 Les réunions auxquelles j’ai participé durant mes quelques jours traitaient l’inclusion des Picture 2jeunes, et spécialement des filles, dans la planification des programmes et des sessions de stratégie. Le fait d’inclure les jeunes dans les programmes de développement aura un impact sur la poursuite du développement futur. J’ai interprété ceci pour suggérer que des femmes qui participent à des sessions de planification et des développements de programmes dans leurs communautés respectives amènent des jeunes, spécialement des filles, aux réunions. Ils ne sont pas trop jeunes pour apprendre. Ce concept a été promu dans un événement parallèle sur “Femmes comme agents de changement dans la construction d’une société partagée” parrainé par Club de Madrid/UN Women/ UUNDESA/DSPD.

Picture 3Le vendredi matin j’ai observé la séance plénière où des représentants de plusieurs pays présentaient des déclarations préparées qui engageaient leurs états membres respectifs à l’inclusion de personnes handicapées dans le courant principal des prises de décisions pour le développement de bonnes communautés solides. A la fin des présentations prévues, un membre de la société civile demanda la parole. Cette personne était visiblement handicapée. Son exposé oral était hésitant à cause de difficultés d’élocution. Ce qu’il demandait des états membres était “une place à la table” pour l’inclusion dans ces séances de planification. Dans tous les exposés des états membres, il avait entendu la promesse d’inclusion fiscale et humanitaire grâce à un budget et une programmation, mais aucune mention d’inclusion physique. Sa déclaration fut clairement entendue.

Mon temps était limité mais l’ordre du jour de la 55e session de la Commission était et est étendu. A mesure que le temps passe, l’ordre du jour se développe. Traiter les problèmes présentés avec les 17 objectifs de développement durable, c’est l’œuvre de toute une vie pour chacun(e). En promouvant le travail des Objectifs, l’ONU espère arriver à une mise en œuvre réussie d’ici l’année 2030.

Pour en savoir plus : 55th Commission on Social Development ; http://bit.ly/2j9xFIM (en anglais)                                                                                                                                                          Civil Society Déclaration ;  Social Protection Floors as the Preeminent Strategy for eradicating poverty