SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE : UN OUTIL POUR RÉDUIRE LES INÉGALITÉS ET LA PAUVRETÉ EXTREME

5La Banque mondiale définit l’extrême pauvreté pour la personne vivant avec moins de 1,90 $ par jour. L’organisation estime qu’environ 10,7 % de la population du monde, soit 760 millions de personnes vivent encore dans une pauvreté extrême. Les dirigeants du monde se sont engagés en 2015 grâce à l’adoption des Objectifs de développement durable (ODD) à éradiquer l’extrême pauvreté à l’horizon 2030. L’ODD 1 réclame une « fin à la pauvreté sous toutes ses formes partout. » L’accès à la Protection sociale ou à la sécurité sociale a été identifié comme clé de l’ODD 1. Par conséquent, ODD 1:3 demande instamment aux gouvernements  » Mettre en œuvre des systèmes et des mesures de protection sociale appropriés au niveau national pour tous, incluant une protection sociale minimale,  et d’ici à 2030  assurer une couverture substantielle des pauvres et des personnes vulnérables » Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), la Protection sociale ou sécurité sociale est un ensemble de politiques et de programmes visant à réduire et à prévenir la pauvreté et la vulnérabilité à travers le cycle de la vie. Cela comprend neuf domaines principaux : prestations pour enfants et famille, protection de la maternité, protection contre le chômage, prestations d’accidents de travail, prestations de maladie, protection de la santé, prestations de vieillesse, d’invalidité et soutien aux survivants.

 

Le directeur général de l’OIT, M. Guy Ryder, affirme que « lorsque l’accès à des prestations et services essentiels est garanti aux mères et aux enfants, aux personnes ayant une déficience ou une maladie, pour les personnes âgées et au chômage, les pays font effectivement des économies résilientes tout en garantissant les droits humains à la sécurité sociale. Malheureusement, seulement 1 personne sur 5 dans le monde jouit d’une couverture sociale universelle comme indiqué dans le rapport de Protection sociale du monde 2017-2019. Les gouvernements doivent reconnaître que donner la protection sociale à leur peuple n’est pas seulement la bonne chose à faire, c’est effectivement une chose intelligente très économique à faire. En effet les pays qui ont déployé des efforts pour élargir leurs programmes de filet de sécurité ont constaté une diminution rapide du taux de pauvreté.

 

Lire la suite :

ILO la Rapport de Protection sociale OIT mondial 2017-2019 : https://bit.ly/2xUTNj6

Infographie : https://bit.ly/2JlO23i

Publicités

JOURNÉE INTERNATIONALE CONTRE LE TRAVAIL DES ENFANTS : NÉCESSITÉ D’AMÉLIORER LA SÉCURITÉ ET LA SANTÉ DES JEUNES TRAVAILLEURS ET DE METTRE FIN AU TRAVAIL DES ENFANTS

3La date du 12 juin est désignée par les Nations Unies comme la Journée mondiale contre le travail des enfants . L’ Organisation internationale du travail (OIT) définit le travail des enfants comme « travail qui prive les enfants de leur enfance, de leur potentiel et de leur dignité, et est nuisible au développement physique et mental d’un enfant. » Pour être considéré comme le travail des enfants, l’OIT soutient que le travail doit être « mentalement, physiquement, socialement ou moralement dangereux et nocif pour un enfant, et doit également interférer avec l’école d’un enfant, lui faire quitter l’école ou lui requiert de combiner la présence à l’école avec un travail excessivement long et lourd. » Plus de 2 millions d’enfants dans le monde entier, en particulier dans les pays en développement, sont engagés de force  dans les pires formes de travail des enfants , telles que : le travail dans des situations très dangereuses, l’esclavage, le trafic de drogue, la prostitution et les conflits armés, selon un récent rapport de l’OIT. Le thème de 2018 de la journée mondiale contre le travail des enfants est ; « Le besoin mondial d’améliorer la sécurité et la santé des jeunes travailleurs et de mettre fin au travail des enfants. »

Voici les faits et les chiffres d’un récent rapport de l’Organisation internationale du travail sur la situation du travail des enfants dans le monde entier.

  • Dans le monde entier 218 millions d’enfants âgés de 5 à 17 ans ont un emploi.
    Parmi eux, 152 millions sont victimes du travail des enfants ; près de la moitié d’entre eux, 73 millions, travaillent dans une activité dangereuse
  • En chiffres absolus, près de la moitié de la main-d’œuvre enfantine (72,1 millions) se trouve en Afrique; 62,1 millions en Asie et dans le Pacifique; 10,7 millions dans les Amériques; 1,2 millions dans les pays arabes et 5,5 millions en Europe et en Asie centrale.
  • En termes de prévalence, 1 enfant sur 5 en Afrique (19,6 %) est dans le travail des enfants, tandis que dans d’autres régions, la prévalence est de 3 % à 7 %: 2,9 % dans les Etats arabes (1 enfant sur 35) ; 4,1 % en Europe et en Asie centrale (1 sur 25) ; 5,3 % dans les Amériques (1 sur 19) et 7,4 % en Asie et dans la région du Pacifique (1 sur 14).
  • Près de la moitié de tous les 152 millions d’enfants victimes du travail est âgée de 5 à 11 ans. 42 millions (28 %) ont de 12 à 14 ans; et 37 millions (24 %) sont âgés de 15 à 17 ans.
  • Le travail dangereux des enfants est le plus répandu parmi les 15-17 ans. Néanmoins, jusqu’à un quart des enfants dans un travail dangereux (19 millions) sont des enfants de4 moins de 12 ans.
  • Parmi les 152 million d’enfants au travail, 88 millions sont des garçons et 64 millions sont des filles.
  • 58 % de tous les enfants au travail et 62 % de tous les enfants engagés à des travaux dangereux sont des garçons. Les garçons semblent faire face à un risque accru de travail des enfants que les filles, mais cela peut aussi être le reflet d’une sous-déclaration des travaux des filles, en particulier dans le travail domestique des enfants
  • Le travail des enfants est concentré principalement dans l’agriculture (71 %), qui comprend la pêche, la sylviculture, l’élevage de bétail et l’aquaculture dans un cadre d’ agriculture de subsistance et commerciale; 17 % travaillent dans les services; et 12 % dans le secteur industriel, notamment l’exploitation minière. 

 

ACTION : EXPRIME-TOI ! DEVIENS UN DÉFENSEUR CONTRE LE TRAVAIL DES ENFANTS !

Lire la suite : Convention relative aux droits de l’enfant : https://bit.ly/1fVlqsS

Convention concernant l’âge minimum d’admission à l’emploi ; https://bit.ly/1lNdlbG

Les pires formes de Convention du travail des enfants : https://bit.ly/1hZb7jb

Programme international pour l’abolition du travail des enfants : https://bit.ly/1m9ieZE

SI CELA VOUS A ÉCHAPPÉ DANS NOTRE LETTRE DE NOUVELLES DE JANVIER :

012018 est le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH).

Connaissez-vous les droits de l’homme ? Etudiez la DUDH. Encouragez les autres à faire de même. Enseignez la DUDH à vos élèves. Cliquez ici pour télécharger une copie illustrée de la DUDH.

 ACTION : Se joindre à la campagne #standup4humanrights  et prendre l’engagement suivant :

  • Je vais respecter vos droits, peu importe qui vous êtes. Je respecterai vos droits, même quand je suis en désaccord avec vous
  • Lorsque les droits de l’homme de quiconque sont déniés, les droits de tous sont compromis, alors je vais ME LEVER
  • J’élèverai ma voix. Je vais agir. Je vais utiliser mes droits pour défendre vos droits.

 

Lire la suite :

Histoire de la Déclaration universelle des droits de l’homme ;  https://bit.ly/21duRWx

Campagne #Standup4humanrights : https://bit.ly/2HG6iDM

Ressources pédagogiques pour l’enseignement de la DUDH aux jeunes :  https://bit.ly/2w0XItE

INSTANCE PERMANENTE SUR LES QUESTIONS AUTOCHTONES : « DROITS COLLECTIFS DES PEUPLES AUTOCHTONES AUX TERRES, TERRITOIRES ET RESSOURCES »

6L’instance permanente des Nations unies sur les questions autochtones a eu lieu du 17 au 28 avril. Le thème du forum de 2018 était : « Droits collectifs des peuples autochtones aux terres, territoires et ressources. » « Les peuples autochtones sont héritiers d’une pratique unique de culture et de façons de faire respectueuses des personnes et de l’environnement. » Ils ont conservé des caractéristiques sociales, culturelles, économiques et politiques qui se distinguent de celles des sociétés dominantes dans lesquelles ils vivent. Plusieurs communautés autochtones de toutes les régions du monde ont été représentées au Forum. Beaucoup d’entre elles avaient la possibilité de présenter des déclarations sur des questions d’intérêt pour leurs différentes communautés.

Dans son allocution d’ouverture au forum, le Président de l’Assemblée générale de

7

Peuples autochtones à I’ONU.  Photo ONU

l’ONU, M. Miroslav Lajčák, a peint le sombre tableau de la situation des quelque 300 millions de populations autochtones du monde entier. Il a noté que, tandis que les peuples autochtones représentent environ 5 pour cent de la population mondiale, ils représentent 15 % des personnes les plus pauvres du monde. Une situation qu’il décrit comme « choquante ». M. Lajčák a également en évidence certains des défis auxquels font face les peuples autochtones en tant que droits humains tels que la marginalisation et la violence pour faire valoir leurs droits. En se concentrant sur le thème des terres autochtones, territoires et ressources, il a dit : « les peuples autochtones sont dépossédés des terres de leurs ancêtres qu’ils appellent leur « foyer », souvent par des agricultures intensives, des multinationales et des sociétés minières.

Selon un rapport récent de Conselho Indigenista Missionaria (Conseil missionnaire indigène – une filiale de la Conférence nationale des évêques du Brésil), certains des défis auxquels font face les collectivités autochtones du Brésil – et cela est vrai également de nombreuses communautés autochtones du monde entier – sont : le taux élevé de suicides, le manque de soins de santé, la mortalité infantile élevée, l’alcool et la drogue, le manque d’éducation autochtone et le manque de soutien général de l’État.

Pour en savoir plus :

Conselho Indigenista Missionaria rapport sur la violence contre les peuples indigènes au Brésil en anglais, espagnol et portugais : https://bit.ly/2F1w133

Nouvelles de l’ONU sur les droits fonciers des peuples autochtones : https://bit.ly/2H4EU1M

 

 

 

 

 

JOURNÉE INTERNATIONALE DE COMMÉMORATION DES VICTIMES DE L’ESCLAVAGE ET DE LA TRAITE TRANSATLANTIQUE DES ESCLAVES : TRIOMPHES ET LUTTES POUR LA LIBERTE ET L’EGALITE

5L’ère de la traite transatlantique des esclaves qui a duré d’environ 1501 à 1803, a marqué un des chapitres les plus sombres de l’histoire de l’humanité. Avec plus 15 millions d’enfants, de femmes et d’hommes provenant du continent africain et réduits en esclavage en Europe et en Amérique, pour travailler principalement dans les plantations, la traite négrière transatlantique est devenue la plus grande migration forcée dans l’histoire. Pour commémorer les victimes de cet acte odieux contre l’humanité, l’Assemblée générale des Nations Unies, dans la résolution 61/122 du 17 décembre 2007, a déclaré le 25 mars comme la Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves. Le thème de la commémoration de 2018 est : « Les triomphes et les luttes pour la liberté et l’égalité. » L’Assemblée générale de l’ONU, également en 2014, a déclaré 2015-2024, comme la Décennie internationale pour les personnes d’ascendance africaine. Certains des principaux objectifs de la décennie internationale sont, selon les Nations Unies :

 

Bien que le commerce transatlantique des esclaves ait été officiellement aboli au 19e  siècle, l’esclavage des temps modernes continue de prospérer jusqu’à ce jour. Dans son allocution à l’occasion de l’inauguration du Mémorial Permanent aux victimes du commerce transatlantique des esclaves au siège de l’ONU en 2015, le Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, a exprimé l’espoir que « l’arche de retour servira également d’ appel à l’action contre les nombreuses manifestations contemporaines de l’esclavage, du trafic d’êtres humains et l’esclavage sexuel à la servitude pour dettes. »

 

Lire la suite : Brésil : l’histoire de l’esclavage ; http://bit.ly/2I3xzfM

Journée internationale du souvenir des victimes de l’esclavage et la traite négrière transatlantique : http://bit.ly/15e9sGC

Haut-Commissaire des Nations unies pour les droits de l’homme sur la Décennie internationale pour les personnes d’ascendance africaine : http://bit.ly/2ocpCOc

 

2018 JOURNÉE MONDIALE DE LA JUSTICE SOCIALE : « LES TRAVAILLEURS EN MOUVEMENT : LA RECHERCHE DE LA JUSTICE SOCIALE »

5Le 20 février est la Journée mondiale de la justice sociale. La poursuite de la justice sociale est au cœur de la mission mondiale des Nations unies visant à promouvoir le développement et la dignité humaine. « La justice sociale est un principe sous-jacent d’une coexistence pacifique et prospère au sein des nations et entre elles. Nous défendons les principes de la justice sociale lorsque nous promouvons l’égalité des sexes ou les droits des peuples autochtones et des migrants. Nous faisons progresser la justice sociale lorsque nous éliminons les obstacles auxquels les personnes sont confrontées en raison de leur sexe, de leur âge, de leur race, de leur appartenance ethnique, de leur religion, de leur culture ou de leur handicap. (ONU)

Le thème de la Journée mondiale de la justice sociale 2018 est : « Travailleurs en mouvement : la quête de la justice sociale ». La plupart des gens migrent à la recherche de travail. L’Organisation internationale du travail (OIT) estime qu’il y a environ 150 millions de travailleurs migrants dans le monde. 56% d’entre eux sont des hommes et 44% sont des femmes. Selon le directeur général du BIT, M. Guy Ryder, « Les travailleurs migrants, comme tous les travailleurs, ont droit à un traitement équitable, et un traitement équitable des travailleurs migrants est également essentiel pour préserver le tissu social de nos sociétés et le développement durable.

Pour en savoir plus : Journée mondiale de la justice sociale : http://bit.ly/1zS1WgL

Organisation internationale du travail : http://bit.ly/1xEpgL7

 

DECLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’HOMME : « NOUS SOMMES TOUS EGAUX DANS LA DIGNITE ET LES DROITS »

01L’Organisation des Nations Unies (ONU) a été fondée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale en 1945. Prévenir la tragédie d’une autre guerre mondiale, ”promouvoir le progrès social et de meilleures conditions de vie, favoriser les droits de l’homme et les libertés” tels étaient les buts essentiels de l’organisation. Le 10 décembre 1948, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) en complément de la Charte des Nations Unies. La Déclaration universelle des droits de l’homme, qui énonce les droits fondamentaux des personnes à promouvoir universellement, est née de l’expérience de la seconde guerre mondiale. Elle est considérée comme la feuille de route de l’ONU pour garantir les droits et libertés des individus partout dans le monde. La DUDH a été traduite dans plus de 500 langues, ce qui en fait le document le plus traduit de l’histoire.

Le 10 décembre 2018 marquera le 70e anniversaire de l’adoption de la DUDH. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a lancé, le 10 décembre 2017, une campagne d’une année pour marquer le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Cette campagne, intitulée  » STANDUP4HUMANRIGHTS » (debout pour les droits humains), a pour but de souligner l’importance de la DUDH dans la vie des gens du monde entier. Selon le HCDH, la campagne vise trois objectifs principaux : engager une vaste base d’observateurs à travers le monde, pour aider à promouvoir une compréhension de la façon dont la Déclaration universelle des droits de l’homme nous donne du pouvoir à tous, encourager une réflexion plus approfondie sur les moyens dont chacun d’entre nous dispose pour défendre chaque jour les droits humains.

Ce que tu peux faire :

CONNAISSEZ VOS DROITS HUMAINS FONDAMENTAUX : Vous instruire sur la DUDH. Encouragez d’autres à faire de même. Enseigner la DUDH dans les écoles cette année. Cliquez ici pour télécharger la brochure illustrée de la DUDH

Participer à la campagne « standup4humanrights » en prenant l’engagement suivant :

  • Je respecterai vos droits indépendamment de qui vous êtes. Je respecterai vos droits même si je ne suis pas d’accord avec vous.
  • Quand les droits humains de quelqu’un sont niés, les droits de chacun sont minés, alors je vais me lever pour protester
  • Je vais élever la voix. Je vais prendre des mesures. Je vais utiliser mes droits pour défendre vos droits.

Pour en savoir plus

Histoire de la Déclaration universelle des droits de l’homme; http://bit.ly/21duRWx

campagne #Standup4humanrights : http://bit.ly/2A5a81t (en anglais)

Livret illustré de la DUDH: http://www.un.org/fr/udhrbook/