JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA JEUNE FILLE : RESPONSABILISER LA JEUNE FILLE PAR L’ÉDUCATION

1Dans une résolution adoptée en décembre 2011, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 11 octobre de chaque année la Journée internationale des jeunes filles. Le but de cette journée est d’accroître la sensibilisation et de répondre aux besoins et aux défis auxquels font face les filles du monde entier. C’est aussi un jour de plaidoyer spécifique pour l’autonomisation des filles et la promotion de leurs droits humains. Parmi les défis auxquels les filles sont confrontées dans le monde figurent le manque d’accès à une éducation de qualité, la discrimination fondée sur le sexe, le mariage forcé, le manque de soins de santé de qualité et bien d’autres.

Il est important que les enseignants et ceux qui travaillent avec les enfants, en particulier les filles, se familiarisent avec certains des instruments pertinents des Nations Unies relatifs aux droits de l’homme afin de protéger les droits de ces enfants. La Convention relative aux droits de l’enfant, la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et la Convention relative aux droits des personnes handicapées figurent parmi les mécanismes de référence pertinents en matière de droits de l’enfant.

Lire la suite :

Convention relative aux droits de l’enfant ; http://bit.ly/1l7WdON

Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes;   http://bit.ly/1ij0FKG

Convention relative aux droits des personnes handicapées ; http://bit.ly/2l5QTSi

 

 

 

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA JEUNESSE : LA JEUNESSE CONTRIBUE À LA SOCIÉTÉ, AU DÉVELOPPEMENT ET À LA PAIX

Le 12 août, journée internationale de la jeunesse, nous présente à tous une opportunité de célébrer et de promouvoir l’engagement des jeunes dans les sociétés à travers le monde. Comme le dit l’UNESCO, agence des Nations unies : « Plus d’efforts sont nécessaires pour faire prendre davantage conscience de l’importance de l’engagement civique des jeunes et de ses bénéfices pour l’individu et pour la société, y compris pour le développement durable aussi bien que la résilience et le bien-être. »

diverse-youth-group

L’ONU définit la jeunesse mondiale comme le groupe d’âge entre 15 et 24 ans, qui équivaut au sixième de la population humaine. Bien que plus de 4 millions de jeunes aillent chaque année étudier à l’étranger, 74 millions sont chômeurs et ne sont pas non plus en classe. Lorsque les jeunes sont engagés dans leurs communautés, ils en profitent ainsi que la société. La formation à des compétences et des programmes communautaires peut coûter cher à des pays qui ont des ressources limitées, mais finalement ne pas fournir ce soutien à la société coûtera encore plus cher.

  • IYD_20152 copyRenseignez-vous sur les événements mondiaux pour la journée de la jeunesse : http://bit.ly/1Gr5GVk
  • Participez aux activités locales de la journée de la jeunesse

SAT-7 KIDS SATELLITE TV : ÉDUCATION POUR DES ENFANTS SYRIENS ET IRAKIENS DÉPLACÉS

Gordon Brown, envoyé des Nations unies pour l’éducation globale a fait appel à un fonds d’urgence de plusieurs millions de dollars pour l’éducation, en notant que les enfants réfugiés ont le moins d’opportunités d’instruction. Bonne nouvelle : une école innovante par télévision permet à des enfants syriens et irakiens, dont l’éducation a été interrompue par la guerre, de recommencer à apprendre : http://bit.ly/1BiOd0g

CRISE DES RÉFUGIÉS EN SYRIE : LA PLUS GRANDE URGENCE HUMANITAIRE DU MONDE

Anna ShketPar Anna Shket, stagiaire au bureau de SND à l’ONU

Le vendredi 24 avril, le Conseil de Sécurité de l’ONU a tenu une réunion sur la situation au Moyen-Orient, particulièrement sur la crise des réfugiés en Syrie. Près de quatre millions de Syriens sont réfugiés dans des pays voisins ; de plus, le nombre de personnes qui ont besoin d’assistance humanitaire en Syrie a augmenté jusqu’à atteindre 12,2 millions aujourd’hui. En 2014, la Syrie a reçu 40% de toute l’aide humanitaire de OCHA (Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU). Ce fait démontre que la crise est devenue la plus grande urgence humanitaire du monde.

Ainsi la question reste: pourquoi les Nations unies échouent-elles à empêcher et terminer le conflit en Syrie ? J’aimerais souligner que, inconditionnellement, ce n’est pas seulement un souci du gouvernement syrien, mais de toutes les parties impliquées dans le conflit. De plus, mettre fin à la souffrance des civils relève de la responsabilité de la communauté internationale tout entière. Ertharin Cousin, directrice exécutive du Programme alimentaire mondial, a exhorté durant la réunion à la stabilité et la sécurité régionales. Les paiements pour combler les manques engendrent une extrême pauvreté, ce qui rend les réfugiés vulnérables aux trafiquants et aux extrémistes, et qui limite des plans tels que les initiatives de l’UNICEF pour atteindre les femmes enceintes et offrir aux enfants des programmes de nutrition.

Angelina Jolie-Pitt, l’envoyée spéciale de l’ONU pour les réfugiés, déclare que l’ONU échoue à rassembler les pays. « Si nous ne pouvons pas mettre fin au conflit, nous avons un devoir moral indéniable d’aider les réfugiés et d’offrir des voies légales vers la sécurité. » Il n’a pas fallu longtemps pour vérifier cette déclaration, puisqu’environ une heure plus tard, les représentants de la Turquie et de la Syrie avaient une polémique sur les responsabilités dans la poursuite de la crise. C’est l’obligation de tous les états d’arrêter la détérioration de la crise syrienne, de trouver des solutions diplomatiques et de collaborer pleinement afin d’assister des gens innocents qui n’ont aucune part dans un conflit continuel. Trouver une solution politique est une responsabilité de tous les états membres de l’ONU.

Pour en savoir plus :
Crise syrienne des réfugiés : http://bit.ly/1Kd9nlz
Déplacement massif de la population syrienne :    www.fmreview.org/fr/syrie