LES PERSONNES EN MOUVEMENT : « LA MIGRATION EST-ELLE UNE QUESTION FÉMINISTE ? »

3

Des femmes réfugiées avec leur bébé,  Photo de I’ONU

La quatrième série de négociations sur le Pacte mondial pour une Migration sans danger, régulière et ordonnée, a eu lieu du 14 au 18 mai. Les membres de l’organisation de la société civile ont toujours poussé pour intégrer la perspective spécifique au sexe dans toutes les sections du rapport. C’est pour cela que beaucoup croient que la migration est nécessairement un enjeu féministe. Aussi, les Fond de là Population des Nations Unies (FPNU) reconnaît la migration comme un enjeu féministe et suggère que la perspective sexospécifique soit prise en considération lors de l’élaboration des politiques sur les migrations. Voici les cinq raisons invoquées par les FPNU pour l’affirmation ci-dessus :

  • On compte environ 250 millions de migrants internationaux. Près de la moitié d’entre eux sont des femmes et des filles. Les femmes migrent de plus en plus seules ou comme chefs de leur famille.
  • Les femmes migrantes font face à des risques majeurs, y compris l’exploitation sexuelle, le trafic et la violence
  • Les femmes migrantes sont victimes de discrimination double en tant que femmes et migrantes
  • Les femmes ne cessent pas de devenir enceintes quand elles sont en mouvement
  • Les femmes et les filles migrante sont plus susceptibles de faire face à des problèmes de santé, tant en transit qu’une fois arrivées à destination.

Lire la suite :

Fonds de Population des Nations Unies : https://bit.ly/2rBKn6t

Pacte mondial sur les réfugiés et les Migrants : https://bit.ly/2s5RGTE

Publicités

IMPACT GLOBAL SUR LA MIGRATION : MIGRATION SÛRE, ORDONNÉE ET RÉGULIÈRE

3La migration est une expérience humaine. Les gens ont toujours migré et continueront à migrer. Les grands mouvements de réfugiés et de migrants de certains pays du Moyen-Orient et d’Afrique vers l’Europe il y a quelques années à la suite de conflits et l’instabilité socio-économique et politique dans certaines parties de ces régions donnaient l’impression d’une crise mondiale des réfugiés / migrants. Alors que quelques pays, individus et organisations ont répondu positivement en offrant l’hospitalité et l’aide humanitaire nécessaire, d’autres n’ont pas été aussi disponibles. Pourtant, dans quelques pays, certains tenants de la ligne dure ont manipulé la situation, présentant les migrants comme des menaces à la sécurité et propageant des sentiments haineux et xénophobes, souvent à des fins politiques.

Toutefois, les Nations unies ont réagi aux grands mouvements de population en convoquant une réunion de haut niveau au cours de laquelle l’Assemblée générale a adopté la Déclaration de New York sur les migrants et les réfugiés (NYD) le 26 septembre 2016. Le but du NYD était d’engranger la volonté politique des dirigeants du monde de s’engager à partager au niveau mondial la responsabilité de sauver des vies et de protéger les droits humains des migrants et des réfugiés. Le NYD a également appelé à deux pactes mondiaux: le Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière et un Pacte mondial pour les réfugiés. Chacun de ces accords aura un cadre distinct pour traiter les questions relatives à la migration et aux réfugiés au niveau mondial grâce à la coopération internationale et au partage des responsabilités. Le Pacte mondial sur les réfugiés (PMR) se concentrera en grande partie sur un partage plus juste des charges et des responsabilités liées à l’accueil, à la sécurité et au soutien des réfugiés dans le monde. Le but du Pacte mondial sur la migration est de rendre la migration sûre, ordonnée, régulière et finalement volontaire.

Les négociations intergouvernementales sur le PMR ont débuté ce mois-ci et se poursuivront par la suite dans les cinq prochains mois. Cinq jours par mois seront consacrés aux négociations intergouvernementales, au siège de l’ONU à New York. Le document final sera adopté par les États membres début décembre 2018, à Marrakech, au Maroc. La tâche d’élaboration du Pacte mondial pour les réfugiés a été confiée au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), en consultation avec les gouvernements et d’autres parties prenantes.

S’exprimant avec les membres du Comité des ONG sur les migrations, l’un des co-4facilitateurs des négociations intergouvernementales sur le Pacte mondial sur la migration a qualifié le pacte de « colonne vertébrale » pour aborder les questions migratoires actuelles. Il a également ajouté que le succès des pactes reposerait largement sur la volonté politique des gouvernements nationaux de les adopter et de les mettre en œuvre. C’est d’autant plus vrai que les pactes ne sont pas juridiquement contraignants. Les membres des organisations de la société civile ont depuis entamé un plaidoyer rigoureux auprès des gouvernements pour s’assurer que les deux pactes répondent aux besoins des 258 millions de migrants et 22,5 millions de réfugiés du monde entier.

Pour en savoir plus :

Réflexion sur le Carême de l’Internationale Franciscaine 2018 sur la migration mondiale : http://bit.ly/2GOujDt

Vidéo du pape François sur les migrants et les réfugiés : http://bit.ly/2BFL8kO (italien)

Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés : http://bit.ly/2dsnVEq (anglais)

CONFÉRENCE SUR LES FEMMES ET LES MIGRATIONS DANS LE CONTEXTE AFRICAIN : UNE EXPERIENCE INFORMATIVE ET UN DEFIT POUR TOUS

4Par Elizabeth Chinamo, SNDdeN : J’ai eu le privilège de participer à une conférence de deux jours sur les femmes et les migrations en Afrique, qui s’est tenue à Nairobi, au Kenya, du 6 au 8 juin. La conférence a été parrainée par six Congrégations religieuses catholiques accréditées en tant qu’organisation non gouvernementale auprès des Nations Unies. Plus de 90 participants d’environ 10 pays africains ont assisté à la conférence. Certains des participants étaient déjà engagés dans le travail avec des migrants, certains étaient des migrants, tandis que d’autres étaient intéressés à en apprendre davantage sur les problèmes de migration. Ont participé sept sœurs de Notre Dame de Namur des provinces du Kenya, du Congo-Kinshasa et du Zimbabwe / Afrique du Sud. Sœur Joan Burke (Kenya) faisait partie de l’équipe organisatrice locale. J’ai personnellement trouvé cette conférence à la fois instructive et stimulante.

Nous avons bénéficié d’une participation des représentants du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, de l’Organisation internationale pour les migrations, du Gouvernement kényan, de la Conférence des évêques kenyans et d’autres organisations et individus, y compris les réfugiés et les migrants. Il s’agissait d’accueillir des réfugiés qui sont maintenant des bénévoles. J’ai également été très impressionnée d’entendre que le délégué du gouvernement kenyan félicite les femmes et les hommes religieux catholiques qui fournissent des services aux migrants et aux réfugiés et sont actifs contre la traite des êtres humains. Il a exprimé le désir du gouvernement de s’associer avec eux à l’avenir.

L’apport des différents présentateurs a stimulé les discussions entre les participants sur5 des questions telles que la protection adéquate des migrants et des réfugiés, les victimes de la traite des êtres humains, ainsi que la lutte contre certains des facteurs qui forcent les gens à migrer. Au cours de la conférence, nous avons participé à des groupes de travail et travaillé sur différents sujets, par exemple, l’environnement et les migrations, les migrations et la santé publique, la traite des êtres humains et le plaidoyer. J’ai rejoint 24 autres participants pour former un groupe qui a travaillé sur « trafic m d’êtres humains ». Le groupe a élaboré un plan d’action à 7 points sur lequel nous avons été mis au défi de continuer à travailler avec nos réseaux lorsque nous retournons dans nos différents pays ou les régions.

En savoir plus : À propos de la Conférence de Nairobi ; ; http://nairobi2017.weebly.com/

JOURNÉE MONDIALE DU RÉFUGIÉ: LORSQUE NOUS PRENONS LA DEFENSE DES RÉFUGIÉS, NOUS AGISSONS AUSSI POUR LE RESPECT ET LA DIVERSITÉ POUR TOUS _________________________________

#5Le 20 juin, c’est la Journée Mondiale des Réfugiés. Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), «le nombre de personnes contraintes de fuir leurs foyers à cause de la guerre et des persécutions a atteint un niveau record pour la troisième année consécutive, avec 65,6 millions de personnes déplacées dans le monde – La dernière étude annuelle sur les tendances mondiales de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) rapporte qu’une personne a été obligée de quitter son domicile toutes les trois secondes en 2016. Le nombre de personnes déplacées l’an dernier était supérieur de 3,000, 000 à celui de 2015. Selon le rapport, le nombre de réfugiés était le plus élevé jamais atteint en 2016, à 22,5 millions, avec la majorité des personnes originaires de Syrie, d’Afghanistan et du Sud-Soudan. La moitié de tous les réfugiés étaient des enfants

« Ce jour-là, nous réfléchissons sur le courage de ceux qui ont fui et nous montrons notre  compassion pour ceux qui les accueillent », le Secrétaire général de l’ONU, M. Antonio Guterres.

Cliquez sur ici pour signer la pétition «StandwithRefugee» du Haut-Commissariat des réfugiés pour montrer votre soutien aux réfugiés

RELIGIEUX ET MIGRATIONS AU 21ème SIÈCLE: LES FEMMES ET LA MIGRATION DANS LE CONTEXTE AFRICAIN

5Six Congrégations religieuses catholiques présentes aux Nations Unies, à savoir: Les Sœurs de Notre Dame de Namur, les Congrégations de Saint Joseph, les Franciscains Internationaux, Augustins International, Passionistes Internationaux  et VIVAT International parrainent en collaboration un atelier de deux jours à Nairobi, au Kenya, du 6 au 8 juin. Cela fait partie d’un effort de ces congrégations / ONG religieuses catholiques à l’ONU pour éduquer et responsabiliser leurs membres à la base sur la question cruciale de la migration et de la traite des êtres humains. Le thème de l’atelier est: « Les femmes et les migrations dans le contexte africain: les religions et les migrations au XXIe siècle »

 

Lire la suite:

Les femmes et les migrations dans le contexte africain: : http://bit.ly/2pGFXYt

Organisation internationale pour les migrations  :  http://gmdac.iom.int/

Fiche d’information sur les tendances des migrations mondiales par l’Organisation Internationale pour les migrations: : http://bit.ly/2nJo1iy

JOURNÉE INTERNATIONALE DES MIGRANTS : LE PROBLEME DES MIGRATIONS ACTUELLES ATTIRE A NOUVEAU L’ATTENTION DE L’ONU ____________________________

newsletter-6Les Nations Unies (ONU) célèbrent la Journée internationale des migrants International Migrants Day le 18 décembre. Les questions liées aux migratio reçoivent actuellement une plus grande attention à l’ONU que par le passé. Le 19 septembre, l’Assemblée générale des Nations Unies, composée des 193 États membres, a adopté la Déclaration de New York sur les migrations et les réfugiés. Dans le cadre de cette initiative, un processus très intensif impliquant les États membres, ainsi que la participation active du secteur privé, de la société civile et de la diaspora des migrants, a commencé avec l’intention de produire un Pacte mondial sur la migration. Le processus sera très rigoureux et s’étendra tout au long de 2017 jusqu’au début de 2018. L’objectif principal de l’initiative est d’avoir le document du Pacte mondial sur la migration prête à être adopté par les États membres de l’ONU en 2018.
Dans son discours lors de l’adoption de la Déclaration de New York le 19 septembre, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a indiqué que l’événement représente une percée dans les efforts collectifs des Etats membres de l’ONU pour relever les défis de la mobilité humaine. Le Pacte mondial sur la migration n’augmentera son impact qu’une fois adopté.
Lire la suite : La question des migrations attire l’attention des Nations Unies : migration-issues-world’s- refugees

SOMMET DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU : LA SÉCURITÉ ET LA DIGNITÉ DES RÉFUGIÉS ET DES MIGRANTS

Refugees summit page en.pngL’ampleur du problème des migrants et des réfugiés vivant actuellement dans le monde est sans précédent. Selon des données de 2015 de l’Organisation des Nations Unies (ONU), le nombre des réfugiés et des migrants dans le monde s’élève à plus de 244 millions, (une augmentation de 41% par rapport à 2000). La migration est un problème mondial très complexe qui exigera des efforts concertés de la communauté internationale pour trouver des solutions réalistes et durables. L’ONU a pris la
responsabilité de mobiliser les États membres pour une action mondiale sur ce phénomène. Le 19 Septembre 2016, l’Assemblée générale de l’ONU organisera un Sommet de haut niveau, le premier jamais réuni pour les chefs d’Etat et de gouvernement sur les grands mouvements de réfugiés et de migrants « Large Movements of Refugees and Migrants » (en plusieurs langues dont le français). Les principales tâches du sommet comprendront des considérations concernant la meilleure façon pour la communauté internationale de répondre aux problèmes croissants des réfugiés et des migrants, et de formuler un plan pour l’amélioration des réponses internationales, régionales et nationales à la situation.

En tant que chef de file du Sommet du 19 Septembre, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon refugees.pngM. Ban Ki-moon, a publié un rapport en mai 2016, intitulé In Safety and Dignity : Addressing Large Movements of Refugees and Migrants « Dans la sécurité et la dignité : comment aborder les grands mouvements de réfugiés et de migrants. » Ce rapport fournit la matière de discussion pour le Sommet de septembre. Il appelle également à un cadre global pour faire face aux grands mouvements des migrants et des réfugiés, aux causes profondes de ces mouvements, et à la nécessité de protéger les droits fondamentaux des personnes contraintes de se lancer dans de tels voyages souvent périlleux.

Pour en savoir plus :

« J’attendais la récréation. Journal d’un enfant placé en détention » remporte      la      première édition du « Prix de la justice pour les enfants » :                                                      defenceforchildren.org (plusieurs langues dont le français).
La carte interactive montrant origins and destinations of migration 1990-2015      «        les origines et les destinations de migration 1990-2015 » permet de                                      sélectionner un pays et une année. Vous cliquez ensuite sur un autre pays pour                voir combien de ses habitants ont immigré dans ou émigré du premier pays                      durant la même année.