TRAITE DES ETRES HUMAINS : FORME MODÈLE D’ESCLAVAGE

2Par Juliana Marquée Boyd, SNDatUN Stagiaire : Des millions de personnes dans le monde entier sont victimes de la traite et de la contrainte dans la servitude ou dans le commerce du sexe par des bandes ou des individus criminels. Souvent décrite comme une forme moderne d’esclavage, la traite des êtres humains prospère dans de nombreuses sociétés et génère des profits astronomiques pour les criminels. Selon l’Organisation internationale du Travail, le travail forcé, une forme d’exploitation dans laquelle les humains sont victimes de la traite, génère 150 milliards de dollars par année, alors que l’indice mondial de l’esclavage suggère qu’il pourrait y avoir jusqu’à 45,8 millions de personnes asservies. Un nombre très important de victimes de la traite des êtres humains sont des femmes et des enfants.

Le 21 juin 2017, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), des représentants des gouvernements, des spécialistes, des survivants et des organisations non gouvernementales (ONG) se sont réunis aux Nations Unies pour discuter des stratégies de lutte et de fin de la traite des êtres humains, ainsi que pour souligner la pertinence du Plan d’action mondial Global Plan of Action et des Objectifs de développement durable 5.2, 8.7 et 16.2. Le Plan d’action mondial (une résolution adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2010) est un cadre qui aide les États membres à lutter contre la traite des personnes. Le document est examiné tous les ans par l’Assemblée générale. La deuxième partie du Plan d’action mondial sera examinée en septembre 2017. Cette dernière vise à promouvoir la paix et la prospérité durables dans le monde entier.

Parmi des questions soulignées lors de la session figuraient que la traite se développait dans les sociétés où il y a un niveau élevé de pauvreté, de chômage, de manque d’opportunités socioéconomiques, de problèmes culturels et de discrimination fondée sur le genre et dans les zones touchées par les conflits et la guerre. Les gouvernements ont été mis au défi de poursuivre les acheteurs sexuels et d’aider les victimes de la traite. Il est crucial d’éliminer toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles dans les domaines public et privé. On a également souligné que la traite des personnes se déroule dans tous les pays. La session a confirmé l’engagement et la réalisation significatifs du gouvernement panaméen et suédois dans la lutte contre la traite des êtres humains en favorisant la décriminalisation des travailleurs du sexe et la poursuite des acheteurs de sexe à la place.

En parlant à l’occasion, la Représentante permanente de Panama auprès des Nations Unies, Laura Flores a souligné que la traite des êtres humains traverse de multiples frontières dans les pays d’origine, de transition et de destination. Pour cette raison, la coopération internationale doit être renforcée pour lutter contre la traite des êtres humains

Lire la suite : Le Global Slavery Index : : http://bit.ly/2uZTG09

Rapport du Plan d’action mondial : : http://bit.ly/2ufWol8

Organisation des Nations Unies pour le crime et la drogue https://www.unodc.org/

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :